Fermer
menu

Martinique : « des opportunités pour des profils pointus »

Gaëlle a habité en Martinique entre 2009 et 2011. Elle y a travaillé comme freelance et nous livre quelques conseils précieux et son point de vue sur le marché du travail en Martinique. Retour sur son interview réalisée par JobTrotter & Mode(s) d’Emploi en 2011.

Depuis quand es-tu en Martinique et pourquoi es-tu venue t’y installer?
Je suis arrivée en Martinique en août 2010 suite à la mutation professionnelle de mon mari. C’était une décision commune : nous souhaitions repartir en famille dans un Dom-Tom (nous avions déjà vécu 2 ans à la Réunion mais sans enfants à l’époque).

Martinique : des opportunités pour des profils pointusTu travailles en freelance, le fait d’aller vivre dans un Dom a-t-il changé quelque chose pour ton travail ?
Oui et non ! Non car je peux continuer à travailler pour la métropole (car que l’on soit en province ou à 8000 kms, le mail et le téléphone fonctionnent tout aussi bien !). Le décalage horaire (5 ou 6 heures selon la période de l’année) est parfois un peu gênant mais tout à fait gérable.
Oui, car j’ai souhaité également travailler sur place afin de découvrir et d’apprendre à connaître les Antilles autrement que « touristiquement » parlant. Je travaille pour deux employeurs locaux, toujours en free lance.

Quelle est la situation du marché de l’emploi actuellement en Martinique et est-ce facile de venir pour y travailler ?
Le marché de l’emploi privé est actuellement très difficile en Martinique, le taux de chômage est historiquement élevé (21%) et quasiment tous les secteurs d’activité sont en crise. Cependant, il existe quelques opportunités essentiellement pour des profils qualifiés et pointus. Lorsque les compétences n’existent pas sur place, les cabinets de recrutement cherchent du côté de la métropole.

Tu as déjà vécu dans un autre Dom, quelles différences as-tu constaté au niveau professionnel ?
Il est difficile de comparer car entre nos deux séjours, il s’est passé 10 ans. Lorsque nous avons vécu à la Réunion, il y avait aussi un taux de chômage supérieur à la métropole, mais également des secteurs en croissance, des offres d’emploi, etc. De même les Antilles ont connu une croissance assez forte entre 1997 et 2007. Mais depuis, la situation économique se dégrade et 2009 a été une année particulièrement difficile (crise économique mondiale + crise sociale liée aux grèves de février) qui a profondément marqué l’économie et provoqué la destruction de nombreux emplois. 2010 n’a pas été vraiment meilleure. Les spécialistes espèrent une reprise mais davantage en 2012 qu’en 2011. Mais, je pense qu’en étant à la fois humble et motivée, on peut trouver sa place que ce soit à la Réunion ou à la Martinique !

Quels conseils donner aux personnes qui souhaitent venir s’installer en Martinique ?
Consulter les offres d’emploi (Pôle Emploi, Jobtrotter, etc.) ; se rapprocher des cabinets de recrutement locaux (ils sont peu nombreux donc facilement identifiables) ; utiliser les réseaux sociaux comme Viadeo pour entrer en contact avec des gens sur place, s’inscrire sur les hubs, demander des conseils ; consulter les forums dynamiques comme celui de Zananas pour se renseigner tant sur la vie professionnelle que quotidienne ; bien choisir son lieu d’habitation par rapport à son futur lieu de travail car les embouteillages ici sont importants le matin et le soir ; savoir qu’il existe des niches d’activité non explorées en Martinique (services à la personne, nouvelles technologies, marketing, développement durable, commerce…) pour ceux et celles qui se sentent l’âme d’un entrepreneur ou du moins d’un indépendant.

Ce que tu apprécies le plus (et le moins) dans la vie dans les Dom et en Martinique en particulier ?
Les plus : les températures bien sûr et le soleil, la vie en plein air toute l’année, la vie sociale festive, l’ouverture à une autre culture, le fait d’être au milieu de la mer des Caraïbes, ou de l’Océan Indien pour la Réunion, des weekends bien reposants…
Les moins : la cherté de la vie, surtout concernant les produits alimentaires (parfois le double de ceux de la métropole !). Les grands espaces manquent parfois ! Ne pas pouvoir rouler à plus de 90km/h.
A conseiller à ceux et celles qui aiment les loisirs et activités de plein air (natation, plongée, randonnée, kitesurf, voile, etc.) et à déconseiller aux citadins et à ceux qui sont plus axés sur les activités culturelles (offre assez restreinte, il faut bien le dire). Avec des jeunes enfants, cela est très agréable. Avec des enfants plus grands, se pose souvent la question des études et de l’orientation.

Voir son profil LinkedIn

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En vous abonnant, vous acceptez les CGU

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.