Fermer
menu

Le manque de temps des actifs, mal du siècle ?

73 % des salariés ont le sentiment de manquer de temps au quotidien selon la 9e édition du Baromètre OPE de la conciliation entre vie professionnelle, personnelle et familiale, en particulier les parents de jeunes enfants. C’est 3 % de plus qu’en 2016. Et plus de la moitié des salariés interrogés pensent que leur employeur ne fait rien pour les aider à équilibrer leurs temps de vie, alors que ce sujet important pour la majorité des actifs aujourd’hui. Flexibilité des horaires et des modes de travail sont ainsi au coeur des revendications des salariés, et en particulier des parents.

Les salariés toujours insatisfaits de l’aide apportée par leur employeur

La conciliation vie pro/vie perso reste une grande préoccupation des actifs en 2017. Selon le dernier Baromètre de l’Observatoire de la Parentalité en Entreprise, 93 % des salariés considèrent que l’équilibre des temps consacrés à la vie professionnelle et à la vie personnelle est un sujet important voire très important et ce taux passent à 99 % chez les parents d’enfants âgés de 3 à 5 ans ! Et les choses ne semblent pas franchement bouger sur ce sujet : 73 % des salariés disent manquer de temps au quotidien (contre 68 % en 2016) et 64 % se disent insatisfaits de l’aide apportée par leur employeur (contre 63 % en 2016). L’insatisfaction grandit (+ 3 % depuis 2015), et elle est particulièrement forte chez les jeunes parents : 71 % des trouvent que leur employeur « ne fait pas beaucoup de choses » pour les aider à équilibrer leurs temps de vie.

Les solutions de garde d’enfants entrent au Top des priorités

Les salariés ont ainsi une dizaine de revendications prioritaires selon le Baromètre :

50 % de mesures relatives à l’organisation du travail :
– souplesse des modalités et horaires de travail (45%),
– possibilité d’aménager les horaires de travail en fonction des contraintes personnelles (44 %),
– horaires et charge de travail raisonnables pour les collaborateurs (30 %),
– règles simples de vie quotidienne comme éviter les réunions tôt le matin ou tard le soir (26 %), – télétravail et travail à distance (25 %).

30 % de mesures de soutien financier :
– mutuelles avantageuses pour les familles (36 %),
– congés familiaux rémunérés (20 %),
– aide au financement des modes de garde, de la scolarité et des études (19 %).

10 % de mesures d’ordre managérial :
– sensibilisation et formation des managers à la prise en compte de l’équilibre des temps (18 %).

10 % de mesures de services qui facilitent le quotidien :
– solutions permanentes ou ponctuelles d’accueil des enfants (crèches, accueil d’urgence, centre de loisirs…).

La volonté de voir leur entreprise instaurer des services facilitant leur quotidien fait son entrée au Top des priorités des salariés en 2017 – en particulier les solutions de garde et d’accueil pour enfants – alors que 60 % des revendications concernaient l’organisation du travail l’année passée, 30 % le soutien financier et 10 % le management. L’OPE note toutefois cette année que les employeurs ont fait des efforts sur plusieurs points : « Les actions concrètes déployées par les employeurs commencent à produire des effets positifs, notamment en termes de vigilance concernant les horaires et la charge de travail ou bien encore d’efficacité des réunions » commente Jérôme Ballarin, Président de l’Observatoire de l’Equilibre des Temps et de la Parentalité en Entreprise (OPE). « Néanmoins, le nombre de salariés insatisfaits reste majoritaire : les salariés demandent davantage de mesures concrètes liées notamment au développement du télétravail, à la souplesse des horaires et à la prise en compte de la vie personnelle. »

Les salariés-parents très préoccupés par l’équilibre des temps

Les parents sont plus préoccupés (95 %) par cet équilibre que les autres (87 %) puisque 75 % des salariés parents manquent de temps contre 62 % pour ceux qui n’ont pas ou plus d’enfants à charge. Le problème de la conciliation vie pro/vie perso se pose particulièrement aux parents de jeunes enfants de 3 à 5 ans : 99 % des parents d’enfants de moins de 3 ans considèrent le sujet de la conciliation comme « important » et 71 % d’entre eux estiment que leur entreprise ne fait pas beaucoup de choses à ce sujet. Sans surprise, la préoccupation augmente avec le nombre d’enfants et se fait plus forte chez les femmes.

Pour Marie-Andrée Blanc, Présidente de l’Union nationale des associations familiales, « à l’heure où il est question d’inversion des normes dans le droit du travail, il faut notamment que la conciliation vie familiale et vie professionnelle devienne un droit, en intégrant systématiquement ce thème aux négociations d’entreprise. »

Consultez les résultats du Baromètre OPE 2017

Enquête réalisée pour l’Observatoire de l’équilibre des temps et de la parentalité en entreprise, en partenariat avec l’UNAF. Sondage effectué en ligne du 7 au 22 avril 2017, auprès d’un échantillon de 1 002 salariés représentatif des salariés résidant en France métropolitaine.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.