Fermer
menu

De wesh à plait-il, travailler avec une équipe intergénérationnelle

Les millennials et les seniors sont le sujet de nombreux articles, qui évoquent tour à tour leur salaire, leur employabilité et les difficultés ou les opportunités de les manager. On segmente pour mieux décrypter, mais on a parfois tendance à oublier que ces professionnels travaillent aussi ensemble, au sein de mêmes équipes.

Cette mixité se fait naturellement quand les profils les plus jeunes acquièrent de l’expérience et montent en compétences vers des rôles à responsabilités tandis que, parallèlement, les embauches de juniors se poursuivent. Mais cette cohabitation peut également être choisie et considérée comme un atout par l’entreprise et ses dirigeants. Parfois, intégrer des seniors dans les équipes fait écho à un besoin stratégique, notamment dans les startups. C’est ce qu’illustre l’histoire d’Innovorder et de sa cinquantaine de salariés. Pour en savoir plus, interview croisée avec Jérôme Varnier, 27 ans et CEO de la startup et Daniel Richer, 52 ans, son directeur commercial.

Mannagement et equipe intergenerationnelle

L’expérience pour structurer les équipes et les projets

Fin 2014, Jérôme Varnier fonde Innovorder avec Romain Melloul, avec l’ambition de proposer de nouvelles solutions technologiques au secteur de la restauration. A l’époque, les deux entrepreneurs sortent à peine de l’école et leur expérience du monde du travail se résume à deux stages. Ils ont 22 ans et sont rapidement rejoints par un troisième associé du même âge. Côté recrutement, la startup commence par faire appel à des stagiaires, puis à de jeunes diplômés en CDI. À la suite d’une levée de fonds, la startup passe en hyper croissance et les équipes d’Innovorder ressentent le besoin de faire augmenter la moyenne âge de leurs collaborateurs, pour structurer leurs équipes et leurs projets.

C’est avec cet objectif en tête que Daniel est recruté : « Avec mes 30 ans d’expérience dans le business development, j’avais fait le tour des jobs qu’on pouvait exercer dans la fonction commerciale avant la transformation digitale des entreprises : chef de produit, directeur d’agence, formateur… En parallèle, j’étais aussi éducateur et entraineur de football pour des sportifs âgés de 7 à 51 ans. Des expériences complémentaires qui m’ont donné la capacité de coacher des sportifs en tant que tels mais aussi des professionnels en attente de performance ».

« J’avais envie d’une belle seconde mi-temps professionnelle et l’univers de la foodtech me parlait bien »

Déjà en poste, Daniel avait envie de nouveaux horizons et d’intégrer une structure ambitieuse, pourquoi pas sous la forme d’une startup : « J’avais envie d’une belle seconde mi-temps professionnelle et l’univers de la foodtech me parlait bien. J’étais déjà en poste, je suis arrivé chez InnovOrder via mon réseau. L’état d’esprit « sportif » m’a parlé, ainsi que la mission de contribuer à l’insuffler aux équipes ».

À lire également :
Peu adaptables les seniors ? Et pourtant ils sont au cœur du changement !

La vision plus importante que les outils

Aujourd’hui l’âge moyen chez InnovOrder tourne autour de 31/32 ans mais il était inférieur de cinq ans il y a encore quelques mois : « Notre objectif était de mélanger des profils hétéroclites, de faire rentrer des professionnels avec des compétences et une expérience différentes, résume Romain. En plus de son expérience, Daniel apporte son recul. Avec nos produits, on n’adresse pas seulement des jeunes, c’est bien parfois de ne pas aller trop vite ou trop loin dans ce qu’on propose ».

« A 27 ans, Jérôme a compris plus de choses que certains vieux cons de ma génération ! »

Si le décalage existe entre les différentes générations, c’est plus une question d’outils qu’une question de visions ou de valeurs : « Il y a parfois un delta au niveau de la rythmique, explique Daniel, eux vont à Mach 2, interagissant sur Slack en même temps qu’ils gèrent deux autres outils et répondent à des mails. Ce qui peut donner lieu à des quiproquos : je peux passer à côté d’une réu qui s’improvise via un message sur Slack alors que j’attendais un feu vert verbal ou un signe de la main ». Et Jérôme d’ajouter, le sourire en coin, que l’âge de Daniel est aussi repérable au fait qu’il tape sur son clavier à deux doigts. Mais à deux doigts ou à dix, CEO et directeur commercial partagent un point commun qui leur permet d’avancer ensemble : « L’exigence ! Nous nous métissons les uns et les autres, j’apprends à avoir un workflow plus fluide… mais ce qui nous rassemble, c’est vraiment l’exigence. A 27 ans, Jérôme a compris plus de choses que certains vieux cons de ma génération ! » conclut Daniel.

À lire également :
Seniors, comment travailler avec les jeunes ?

(istockphoto.com/shironosov)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.