Fermer
menu

Mails : les 8 formules qui nous rendent fou

On les voit passer plusieurs fois par jour. On en rit jaune, on en grince des dents, on s’en tire les cheveux : il s’agit bien de ces formules écrites « « passives agressives », en apparence anodines, qui ponctuent nos mails professionnels, et en disent beaucoup plus long qu’elles n’y paraissent. L’éditeur de logiciels Adobe a répertorié les 8 expressions les plus sournoises, qui esquivent la confrontation mais nous poussent parfois à bout.

« N’étant pas certain que vous ayez vu mon dernier mail… ». Voici la phrase qui agace le plus les 1 000 personnes interrogées dans le cadre de l’enquête, qui ont été plus d’un quart à la citer. Derrière cette tournure en apparence délicate, on peut y lire « peut-être étiez-vous occupé à un rendez-vous, à passer du bon temps en famille ou à rendre visite à des amis. Quoi qu’il en soit, je suis plus important. Remettez-vous au travail ! ». De quoi avoir quelques sueurs froides.

S’en suivent les amorces telles que « Pour en revenir à mon dernier mail » (13 %), ou « Concernant notre conversation » (11 %).

Autre coquetterie linguistique irritante : « Du nouveau à ce sujet ? », sous-entendu « je pose une question car hurler l’expression « je veux des mises à jour immédiatement ! » nous ferait passer pour un fou furieux ». Ou bien le traditionnel « Désolé pour ce double mail », où il faut comprendre « je ne suis absolument pas désolé. J’aime bombarder mes collaborateurs de mails, ce qui me fait sentir important ».

Si un supérieur ou un collègue vous glisse un « un avis sur la question ? », n’y voyez pas là une marque de confiance mais bien l’occasion pour lui de se dédouaner et se frotter les mains en cas de problème : ce sera votre faute !

Enfin, « Comme vu précédemment » signifie, ni plus ni moins, « comme exigé précédemment » et « vous trouverez en pièce jointe, pour plus de commodités… » montre que votre interlocuteur, non content de vous inonder de mails, n’a aucun scrupule à encombrer votre boîte de réception avec des documents que vous possédez certainement déjà. Mais la confiance n’exclue pas un petit rappel…

Un coup de fil plutôt qu’un mail

Au-delà des formules qui piquent les yeux, l’enquête révèle avant tout que les managers et chefs d’entreprise, en s’adressant par mail à leurs salariés plutôt que de visu, réduisent en réalité la productivité de leurs équipes, voire le moral.

Point d’interrogation accusateur, points de suspension lourds de sens, ton mal interprété à tort ou à raison et sentiment de communication passive-agressive : les salariés se plaignent qu’en choisissant l’écrit, les responsables ajoutent à la pression du quotidien « parce que l’émotion et l’intention sont parfois difficiles à transmettre par courrier électronique » a expliqué Kristin Naragon, directrice des solutions de courrier électronique chez Adobe, sur la chaîne de télé CNBC.

À lire également :
« Inabordables, distants, incompétents… » : les pires défauts des managers selon les salariés français

Plus que les formules, c’est la sur-connexion qui participe du malaise des employés

Invités à décrire leurs émotions lors de la lecture des e-mails professionnels, en règle générale, 41 % des personnes interrogées ont déclaré ne ressentir que de l’indifférence. 20 % des salariés se sentent accomplis et 17 % ressentent même une certaine excitation. Mais pour une part non négligeable, la consultation de sa boîte mails est plus problématique. 14 % ressentent de l’anxiété, et 8 % de la peur ou de la culpabilité.

À lire également :
Heures sup’, hyperconnexion et promotion de carrière sont incompatibles : levez le pied !

Pour William Becker, co-auteur de l’étude, « les résultats révèlent les limites du travail ‘flexible’ qui se transforme souvent en travail sans frontières et sans limites, compromettant la santé et le bien-être des employés et de leurs familles ». Des salariés sur-connectés et surexposés, chez qui la moindre petite phrase ambiguë peut résonner comme une agression.

(istockphoto.com/Peopleimages)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.