Fermer
menu

Le lundi de Pentecôte vraiment férié pour 70% des salariés

Alors que le 4ème et dernier week-end prolongé du mois de mai se profile avec le Lundi de Pentecôte, Randstad vient de dévoiler une étude sur ce jour férié un peu particulier. Entre 2005 et 2008, le Lundi de Pentecôte était en effet redevenu un jour presque comme les autres, une journée de solidarité où on travaillait gratuitement avant de retrouver son statut de jour férié. Libre aux entreprises de choisir ce jour où non pour participer au financement de l’autonomie des personnes âgées et handicapées. Mais concrètement qui travaille encore le Lundi de Pentecôte ?

Pentecote-25-mai

Un jour de nouveau férié depuis 2008

7 ans après le retour du Lundi de Pentecôte en tant que jour férié, seulement un tiers des salariés travaillent ce jour-là selon Randstad, qui a réalisé une enquête auprès de ses 25 agences de travail temporaire. Ce tour de France montre que 7 salariés sur 10 sont en congés ce jour-là. Lundi 25 mai, la France sera donc encore une journée au ralenti, comme les précédents jours fériés de cette période propice aux longs week-ends de détente.

Pas grand monde dans les grandes entreprises

Mais d’après Randstad, tous les salariés ne sont pas logés à la même enseigne. Ainsi, dans les secteurs de « l’industrie (industrie automobile, donneurs d’ordre dans l’aéronautique, chimie, etc.), les services (sièges sociaux des banques et des assurances) et les établissements publics (écoles, bibliothèques, musées municipaux) connaissent un très fort ralentissement de leur activité ».

Dans les PME en revanche l’activité continue alors que dans les grands groupes c’est souvent un jour de congé (au niveau légal, les entreprises ont le choix pour leur jour de solidarité mais peuvent imposer à leurs salariés de poser un RTT ou un jour de congés le Lundi de Pentecôte).

Dans les PME, « on rattrape le temps perdu »

« Les PME maintiennent davantage l’activité que les grands groupes cette journée-là. Comme les ponts du mois de mai raccourcissent les semaines de travail, les PME peinent parfois à assurer les commandes, ou alors elles les traitent avec retard. Travailler le lundi de Pentecôte permet alors d’en rattraper une partie » précise l’enquête de Randstad.

Le doute subsiste dans la tête des salariés

Autre particularité dans les petites et moyennes entreprises qui ne disposent pas toujours d’un service RH pour informer les salariés, il règne encore un certain flou artistique autour du Lundi de Pentecôte : férié ou pas, chômé ou non, les salariés ont parfois des doutes et certains se pointent au travail alors qu’ils auraient pu faire la grasse matinée, quand d’autres dorment encore du sommeil du juste sans penser au blues du lundi alors que leurs collègues sont à pied d’œuvre. Résultat : travaillée ou pas cette journée ne sera sans doute pas la plus productive de l’année.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.