Fermer
menu

Loi de Murphy : quand ça tourne mal au travail

La Loi de Murphy, plus connue en France sous le nom de Loi de l’emmerdement maximum, fait partie des règles mystérieuses qui se vérifient souvent au travail. Le principe de la loi de Murphy est simple et implacable : si quelque chose doit mal tourner, c’est ce qui se passera.

Loi-Murphy

C’est Edward Aloysius Murphy Jr., un ingénieur aérospatial américain, qui lui a donné son nom après avoir proféré cet adage définitivement pessimiste : « Anything that can go wrong, will go wrong ». En gros cela signifie que s’il existe une infime possibilité que quelque chose tourne mal, cela arrivera. Pour un spécialiste de la sécurité des systèmes critiques comme Murphy, cette vision des choses n’est évidemment pas dénuée d’humour. Ce qui n’empêche pas la loi de Murphy d’être le plus souvent prise au premier degré.

Loi de la tartine beurrée, effet démo, loi du fatal error…

Mais si la loi de Murphy a connu un destin aussi universel, c’est que sa valeur empirique est constatable par tous et pas uniquement dans un cadre aussi pointu que l’industrie aérospatiale. Les variantes de la Loi de Murphy sont en effet nombreuses : au quotidien on cite souvent la loi de l’emmerdement maximum (LEM), ou la loi de la tartine beurrée qui tombe toujours du mauvais côté (en général, c’est également le côté confiture). La loi de Murphy peut aussi s’approcher de l’inéluctable loi des séries.

Dans le cadre du travail, on parle également d’effet démo (qui veut qu’une présentation fonctionne bien lors de la répétition mais jamais au moment voulu devant une salle comble), connue parfois sous le nom d’effet Bonaldi, en référence au célèbre journaliste scientifique qui ratait pas mal de ses expériences en direct. Autre synonyme de la Loi de Murphy, la loi de Finagle part du même postulat défaitiste : « s‘il existe une possibilité pour qu’une expérience échoue, elle échouera ». 

La loi de Murphy à l’origine du zéro défaut ?

Ou encore la loi de Bouchard (loi du fatal error), définie comme suit : « La proportionnalité du risque d’un crash informatique (Fatal Error) est inversement proportionnelle au nombre de sauvegardes faites ». En clair, moins vous sauvegardez votre document, plus vous avez des chances de le perdre. Logique.

Au-delà des nombreuses interprétations sur son origine et ses applications, la loi de Murphy a tout de même donné lieu à l’application avant l’heure du principe de précaution pour éviter des erreurs d’assemblage dans l’industrie et tendre vers le zéro défaut. Finalement la loi de Murphy n’est rien d’autre qu’un principe de base du lean management.

Retrouvez d’autres articles sur les lois du temps et de l’organisation au travail : Loi de CarlsonLoi de DouglasLoi de ParetoLoi d’IllichLoi de Parkinsonloi de Laborit sans oublier le Principe de Peter.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.