Fermer
menu

L’intégration des collaborateurs, un levier de performance sur le long terme

Businessteam at a meeting65% des entreprises n’ont pas de processus d’intégration. C’est ce qui ressort d’un enquête du cabinet Mercuri Urval, dévoilée à l’occasion d’une table ronde organisée avec Exclusive RH le 24 janvier dernier.
La proportion des employeurs qui ne mettent pas en place de période d’intégration, parait d’autant plus importante quand on sait qu’un salarié sur deux, a envisagé de quitter son entreprise pendant la période d’essai. Selon Mercuri Urval, la période d’intégration représente donc « un véritable risque pour l’entreprise ».

D’après cette enquête, la première raison qui pousserait un salarié fraichement embauché à partir s’explique par la différence de perception entre ses attentes et les besoins de l’entreprise. C’est justement cette divergence qui peut être atténuée par une meilleure communication durant la phase d’intégration.

Mettre en place un calendrier

Tout d’abord en établissant un planning précis et « pragmatique », jalonné d’étapes-clés pour être sûr que le nouvel arrivant soit opérationnel dans la prise en main de dossiers, qu’il connait bien tous les interlocuteurs de la société et qu’il est familiarisé avec la culture de l’entreprise. Autant d’éléments qui lui donneront confiance pour se sentir réellement intégré et qui lui donneront envie de rester.

Un double enjeu : rendre opérationnel et fidéliser

Mais pour que ce calendrier soit respecté, il faut préparer l’intégration dès le processus de recrutement. Cela passe par un « descriptif de poste optimal » qui permettra de sélectionner un candidat qui « matche » parfaitement avec les besoins de l’entreprise. Cette anticipation facilitera aussi la motivation du nouvel embauché en donnant, dès le départ, des clés pour le manager en fonction des objectifs.

Enfin, la phase d’intégration proprement dite devra s’attacher à la fois aux éléments opérationnels (la feuille de route pour les premiers mois) mais aussi au sentiment d’appartenance (adhésion aux valeurs, appartenance à une équipe, compréhension de la stratégie, visibilité et crédibilité).

L’intégration peut durer jusqu’à douze mois

Dernier point important : au bout de combien de temps un salarié est pleinement intégré à l’entreprise ? Les avis divergent entre les salariés qui estiment être intégrés en 1 à 6 mois, alors que du côté des employeurs, cela peut prendre plus de temps et peu s’étaler entre 3 à 12 mois. « Pendant la période d’intégration de nombreux collaborateurs se mettent énormément de pression pour faire leur preuve et être opérationnels très rapidement. C’est donc le rôle des managers et des ressources humaines de maitriser cette pression pour bien réussir toutes les étapes d’une bonne intégration » précise Philippe Fresse, Directeur du département Commerce et Distribution de Mercuri Urval.

En résumé : la période d’intégration se déroule sur une temporalité différente de la période d’essai, le processus doit être structuré et adapté à chaque nouvel entrant. C’est la clé pour qu’il s’intègre sans problème et surtout qu’il ne quitte pas l’entreprise au bout de quelques semaines.

  • Photo : Fotolia

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.