Fermer
menu

Les « Working Dads » revendiquent une meilleure conciliation vie pro-vie perso

Father with daughter63% des pères aimeraient pouvoir aménager leurs horaires pour passer plus de temps avec leurs enfants, 46% d’entre eux pourraient opter pour le télétravail pour améliorer leur vie familiale et 30% seraient tentés par le temps partiel s’ils avaient la possibilité de le pratiquer dans leur entreprise… L’étude réalisée par le CSA pour Terrafemina, « WAD : Working Dads, l’articulation des vies personnelles et professionnelles » confirme la tendance actuelle à l’implication des pères actifs dans la sphère familiale. Mais le monde de travail ne semble pas avancer aussi vite que les moeurs et ces nouveaux pères, les « Working Dads », rencontrent, comme les femmes, des freins à leur désir de conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle.

Un fossé entre envie et réalité

Les pères ont « une réelle envie » de consacrer plus de temps à leur vie de famille selon l’étude CSA/Terrafemina sortie fin 2012. Celle-ci s’est en effet penchée sur leur quotidien et leurs envies et ses résultats sont plus qu’intéressants. Les papas sont aujourd’hui nombreux à exprimer l’envie d’aménager leur temps de travail pour le consacrer à leur famille (63%). Mais en réalité, les chiffres sont encore peu probants. L’étude ne dit pas combien ont déjà fait le choix d’aménager leurs horaires ou de télétravail mais seulement 4% ont actuellement opté pour un temps partiel.

Des freins persistants

Au-delà de la question financière qui pèse pour beaucoup dans la décision, près d’un père actif sur deux estime que prendre un temps partiel serait mal perçu par l’entourage professionnel (43% vs 45%) explique l’étude. Voilà pourquoi ils opteraient plus volontiers pour l’aménagement de leur temps de travail ou le télétravail. Un choix moins pénalisant selon Anne-Sophie Béraud, Responsable Diversité Programme Femmes, Accenture, qui s’exprimait sur le blog Elle Active en octobre 2012 sur le 80% : « le 80% n’est pas la solution, il est plus intéressant de bénéficier globalement de plus de flexibilité (partir plus tôt…) » En effet, même s’ils sont payés 20% de moins, leur charge de travail baisse rarement dans les mêmes précautions… Et ça, les pères l’ont compris.

Si différents les nouveaux pères ?

« La plupart des papas constatent un grand écart avec la génération de leurs pères » rapporte Terrefemina. « Nous sommes les opposés » exprime un père actif sur son propre père. Ces nouveaux pères semblent très motivés : seuls 19% ont le sentiment qu’être père de famille rend plus difficile l’évolution professionnelle, contre 57% des mères actives. Peut-être parce que ce sont encore leurs épouses qui font finalement le plus de sacrifices au nom de la famille ? D’où l’importance d’un rééquilibrage, notamment au niveau du congé paternité. Lorsqu’un père sera susceptible d’être quasiment autant absent au travail qu’une mère pour son enfant, alors peut-être seront-ils un peu plus égaux face à l’employeur.

Etude « WAD : Working Dads, l’articulation des vies personnelles et professionnelles »

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Chris – JobTrouveur
    7 janvier 2013 - 13h51

    Cette étude donne de l’espoir ! Le besoin de flexibilité entre vie pro et vie perso est de plus en plus exprimé et revendiqué par les hommes. Beaucoup d’entreprises résistent, à tord à mon avis.
    Plus de flexibilité ne nuit pas à la productivité. Mais pour cela, il faut une meilleure confiance naturelle entre l’entreprise et le salarié. Les habitudes doivent encore évoluer, mais nous sommes sur la bonne voie !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.