Fermer
menu

Les slashers vivent plusieurs carrières en une

SlasherEn ce moment on entend beaucoup parler des slashers, ces trentenaires passionnés qui occupent simultanément plusieurs fonctions. Depuis 10 ans en effet, ces nouveaux profils atypiques se multiplient. Ils réinventent les codes de l’emploi et contribuent à la mutation du monde du travail.

Pluri-actifs oui, mais par choix. C’est ainsi que l’on peut définir les slashers, cette nouvelle catégorie de personnes qui improvise de nouveaux codes du travail en cumulant plusieurs métiers. Parce qu’une seule vie ne leur suffirait pas pour réaliser tous les projets qui leur tiennent à coeur, ces professionnels de l’adaptabilité ont fait le pari de concilier leur travail avec leurs passions, leur liberté d’action avec leur source de revenus. Décorateur/chargé de production, informaticien/designers, consultant en immobilier/réalisateur/reporter les combinaisons de compétences sont infinies… Le terme ‘slasher’ provient d’ailleurs du signe typographique ‘slash’ (/) présent sur les cartes de visite de ces cumulards. Selon l’Insee, la France comptait 2,2 millions de slashers en 2011.

Portrait-robot du slasher

Issus de la génération Y et, dans une moindre mesure, des années 70, ce sont surtout des femmes (dans 85% des cas) qui ont choisi de rompre avec le schéma traditionnel « un travail pour la vie ». Les slasheurs veulent avant tout faire coïncider le mieux possible leur épanouissement personnel avec leur accomplissement professionnel. Cet équilibre n’étant pas toujours réalisable au sein d’une même activité, surtout pour ces profils souvent qualifiés plutôt portés vers les métiers créatifs. La multiplication des jobs, salariés ou non, est pour eux le moyen le plus sûr de joindre l’utile à l’agréable.

Mais présenter ce phénomène comme un mode de vie réservé à des personnes privilégiées et exigeantes qui souhaitent simplement s’affranchir des contraintes (poids de la hiérarchie imposée par un employeur unique, horaires et revenus fixes, manque d’épanouissement personnel…) serait injuste. Peu portés sur l’enrichissement financier, réfractaires au diktat de la performance, les slashers ont aussi en commun d’être farouchement attachés à leur indépendance. Leur mode de vie ‘multi-tâche’ leur donne la sensation de dessiner leur existence telle qu’ils l’ont imaginée. Avec en contrepartie une certaine précarité que même leur niveau d’étude élevé peine à combler.

NTIC et multitasking

Avec l’explosion du chômage, l’apparition de nouveaux secteurs d’activités, de nouveaux métiers, et l’accélération des rythmes des marchés, la pluri-activité a en outre été dopée par la création du statut d’auto entrepreneur en 2008. Les slashers ayant choisi ce statut sont venus gonfler les effectifs des pluri-actifs qui étaient noyés jusqu’alors parmi les travailleurs indépendants, les pigistes et les intermittents, sans oublier les salariés soumis au travail partiel subi.
En outre, l’explosion des nouvelles technologies coïncide avec l’émergence du multitasking de manière générale. Aujourd’hui, il semble facile de promouvoir ses différentes activités via les réseaux sociaux, de gérer sa communication sur Internet et d’entretenir son réseau sur son mobile. Le slashing est emblématique de notre société devenue zappeuse. Pourquoi choisir, puisque l’on peut faire plusieurs choses en même temps ? Et il apparaît que les activités cumulées, au lieu de créer une dispersion des compétences, se nourrissent les unes des autres, pour finalement faire naître des compétences et des profils inédits. C’est aussi cela le slashing : l’un des prémices de la mutation de l’emploi, qui dessine aujourd’hui le visage qu’il aura dans les prochaines décennies.

A lire aussi sur L’Express « Ces trentenaires qui cumulent des jobs ».

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.