Fermer
menu

Les nouvelles aspirations des hommes au travail

couv-le-nouveau-sexe-faibleLe journaliste, blogueur, écrivain Yves Deloison croit en la parité et le fait savoir, aux hommes cette fois-ci. Après s’être intéressé à la place des femmes et aux origines des inégalités dont elles font l’objet dans le livre « Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? », dans son dernier livre « L’homme, le nouveau sexe faible », il s’attaque aux stéréotypes dont sont victimes les hommes.

Salarié, père, époux, amant… Au sein de notre société actuelle, ces messieurs sont dans une position bien délicate, devant à la fois composer avec les clichés liés à leur genre et les attentes fortes liées à la redéfinition des rôles familiaux. Yves Deloison leur donne donc un coup de pouce pour trouver leur place, sortir du « mâle-être » et s’épanouir dans cette nouvelle société…

Les hommes revendiquent leurs droits

« Les hommes semblent afficher de nouvelles aspirations au travail » analyse Yves Deloison. Avec le chômage, ils relativisent de plus en plus la place du travail dans leur vie. Le fait qu’ils soient plus touchés que les femmes par la crise a sans aucun doute fortement participé à ce désenchantement. Beaucoup ont perdu foi en l’entreprise et commencent à se projeter autrement, « en dehors du boulot ». Tout comme les femmes avant eux, ils revendiquent plus de droits liés à leur condition de parents : aménagement des horaires, temps partiel, droit à la déconnexion…

Questions à Yves Deloison…

Yvesdeloison portraitPourquoi ce livre ?

On part toujours du principe que l’égalité est un problème de femmes. Je suis persuadé que si on veut atteindre l’égalité des sexes il faut impliquer les hommes. Les femmes sont conditionnées dès le plus jeune âge, pour s’occuper des tâches familiales notamment, mais les hommes aussi le sont d’une autre manière : ils doivent se comporter d’une certaine façon, d’un point de vue personnel autant que professionnel d’ailleurs. « Sois un homme ! » entend-on souvent dire aux enfants. Aujourd’hui, tous ces clichés virils risquent de les pénaliser à terme.

Qu’est-ce qui a changé aujourd’hui pour les hommes ?

De plus en plus, les femmes gagnent du terrain au travail, réduisent l’écart salarial, gravissent les échelons, tout en gérant bien souvent une bonne partie de la vie de famille. En bref, elles bougent ! En gagnant des sphères qui jusque-là leur étaient fermées, les femmes ont aussi gagné en compétences : elles sont plus souples, plus adaptables, plus réactives…

En face, les hommes restent figés sur les mêmes postures : celle de l’homme qui travaille, qui « gagne l’argent pour le ménage »… Alors qu’ils devraient réagir, non seulement investir les sphères traditionnellement féminines, mais aussi s’adapter : devenir plus multitâches, adaptables… Comme les femmes finalement !

Et pour les femmes ?

Les médias aiment parler des hommes différents, qui assument les tâches familiales ou exercent des métiers traditionnellement féminins mais lorsque l’on regarde les statistiques, cela bouge très peu et les femmes assument toujours plus que leurs conjoints les tâches domestiques. Ce qui fait que les femmes avancent, c’est qu’elles ont aujourd’hui l’aide des nouvelles technologies, de services à la personne pour se décharger un peu. Elles ont trouvé des astuces pour composer avec tout ce qu’elles ont à faire, même si ce n’est pas tous les jours facile.

Au fond les hommes sont-ils réellement prêts à « échanger » les rôles ou rééquilibrer les choses ?

Actuellement, les hommes qui souhaitent assumer ouvertement leur vie familiale – prendre un temps partiel, un congé parental voire même leur congé paternité – doivent encore faire face à des obstacles. Cela n’est pas habituel alors ils sont montrés du doigt.

Le fond du problème n’est pas vraiment d’échanger les rôles, il faut juste sortir de l’attribution des rôles selon le sexe. Il faut permettre l’émancipation des individus : il y a des femmes qui souhaitent faire carrière, des hommes qui souhaitent privilégier leurs enfants, d’autres les deux… Laissons-les enfin faire leur choix selon leurs aspirations profondes et non en fonction de leur sexe.

Avec ce livre, je souhaite aider chacun à comprendre ces mécanismes et à s’en extraire grâce à des exemples. Face aux stéréotypes, il faut assumer et faire valoir ses droits. On coache bien les femmes pour réussir au travail, on peut très bien envisager de coacher les hommes pour d’autres choses que celles liées au travail.

> « L’homme, le nouveau sexe faible » d’Yves Deloison, en librairie le 17 avril, édité chez First, 260 pages, 16,95€. Plus de renseignements sur le site www.yvesdeloison.com/lhomme-le-nouveau-sexe-faible

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.