Fermer
menu
  • Expatriation

Les langues étrangères à privilégier pour travailler en Europe

Le finnois, le russe, le mongol ? Hé non, l’anglais ! La réponse n’est pas une surprise. Mais ce n’est pas la seule langue pour faire carrière à l’étranger. Bien au contraire !

Loin d’être un projet à l’emporte-pièce ou un propos tenu en l’air un jour de déprime, l’expatriation semble de plus en plus envisagée par les Français. Selon une étude d’ADP (Automatic Data Processing), intitulée Workforce View in Europe et publiée en 2018, plus d’un tiers des actifs (37 %) souhaiteraient sérieusement quitter l’Hexagone et 7 % d’entre eux se prépareraient même activement et réellement à une expatriation.

Pour les 10 000 Européens interrogés par ADP, en Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni et Suisse, la volonté de quitter le pays est plus ou moins partagée. Les Italiens sont 57 % à vouloir prendre le large, tandis que les salariés des Pays-Bas et de la Suisse ne sont respectivement que 3 % et 18 % à nourrir des envies d’ailleurs.

D’autre part, les destinations ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Pour les Français, l’Amérique du nord et son american dream font toujours des émules. Un quart céderait volontiers au chant des sirènes américaines. Mais l’Europe n’est pas en reste, puisqu’on retrouve sur le podium la Suisse (19,3%) et le Royaume-Uni (18,8%), dont l’effet Brexit ne semble d’ailleurs pas beaucoup effrayer les frenchies !

À lire également :
Retrouvez notre rubrique expatriation

Il y a l’anglais… et tout le reste !

Pourquoi les Français ont-ils cité ces deux destinations quasi frontalières ? Le niveau de vie en Suisse et le cadre de vie y sont certainement pour beaucoup. Mais on peut également y voir un facteur linguistique. Une partie de la Suisse est francophone, tandis que le Royaume-Uni est le pays de la langue universelle. Heureusement, pour ceux qui seraient allergiques à l’anglais, et préféreraient d’autres langues il y a bien d’autres idiomes qui permettent de faire carrière à l’étranger.

Forte de 24 langues officielles et de trois alphabets, l’Union européenne compte pas moins de 5 langues parmi les 10 les plus parlées au monde : l’anglais, le français, l’espagnol, l’allemand et le portugais. Le site Statista a ainsi réalisé une carte des langues les plus parlées dans chaque pays européen, après la langue officielle et l’anglais.

Pardon my french !

Cocorico ! Le français est la langue étrangère la plus répandue en Europe, si on excepte l’anglais. Elle est présente dans 9 des pays : Royaume-Uni, Irlande, Roumanie, Italie, Allemagne, etc. Toutefois, concernant nos voisins, et selon les spécialistes de employland.de, il serait très difficile, voire impossible, de développer sa carrière sans parler allemand. Mais, comme dans de nombreux pays européens, il convient de relativiser. Il est possible de trouver un emploi en Allemagne sans maîtriser l’allemand, même si, dans tous les cas, il est conseiller de prendre des cours pour évoluer professionnellement.

L’allemand ouvre des portes dans les pays du nord

Pour les germanophones, les destinations sont un peu moins nombreuses mais pas moins intéressantes : Belgique, Danemark, Suède, Hongrie, Pays-Bas… Concernant ce dernier pays, malgré leur extrême agilité avec les langues et notamment l’anglais, les néerlandais apprécient énormément que les étrangers parlent leur langue. Si la question de savoir combien de temps le néerlandais pourra survivre apparaît parfois dans les médias, « il est aujourd’hui impensable de pouvoir développer une véritable carrière sur place en communiquant uniquement en anglais », peut-on lire sur le portail spécialisé IAmExpat.

Même constat dans les pays scandinaves. Une fois que l’on a parlé du cadre de vie exceptionnel et de la qualité de vie au travail, il est bon de rappeler leur grande difficulté d’accès pour les expatriés. La maîtrise de la langue nationale est une condition sine qua non, puisque souvent inscrite dans la culture d’entreprise. Ces pays sont également connus pour leurs forts sentiments nationalistes, donnant plus de chances aux salariés locaux qu’aux expats…

Les langues latines font chou blanc

Étrangement, pas d’italien ni de portugais dans le classement, et l’espagnol n’arrive qu’en 4ème position. De plus, il ne permet de faire carrière… qu’en France ! Pour davantage d’opportunités, il faudra traverser l’Atlantique pour l’Amérique Latine, centrale, voir l’Amérique du Nord par exemple.

À lire également :
Travailler à l’étranger : notre tour du monde des pays les plus sollicités

Crédits/istockphoto.com:solidcolours

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une