Fermer
menu
Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Les jeunes pas assez formés aux codes de l’entreprise

L’Institut CSA a interrogé pour le réseau social LinkedIn 1006 jeunes de 20 à 28 ans, diplômés à partir de Bac+2, en poste dans leur entreprise actuelle. Trois ans après leur entrée dans la vie professionnelle, 85% se disent ainsi satisfaits de leur travail actuel même si la moitié pense changer d’emploi dans les deux prochaines années, faute de perspectives d’évolution suffisantes… Certes les réponses montrent de nombreuses contradictions mais les jeunes n’en sont pas moins motivés «pour demain». Ils déplorent malgré tout les lacunes de l’enseignement concernant l’apprentissage de certains savoir-être et certaines compétences indispensables à une préparation au monde du travail.

Jeunes-questions

Plutôt satisfaits de leur job !

Trois ans après leur prise de poste, les jeunes diplômés sont plutôt positifs au sujet de leur emploi. Plus de 80% d’entre eux sont satisfaits de l’ambiance de travail et de l’intérêt du poste, et plus 72% le sont sur leur charge de travail. Toutefois, cela se corse concernant le salaire puisque 58% seulement en sont satisfaits et sur le plan des perspectives d’évolution, 47% en sont peu voire pas du tout satisfaits. Et si les trois quarts des diplômés sont à l’aise à leur poste, un quart se sent «un peu perdu, brimé ou tourne en rond» selon l’étude.

Prêts à saisir les opportunités

Ainsi, 40% sont «en questionnement» concernant leur carrière à venir. 31% sont en veille et 29% en recherche active d’une mobilité interne ou externe. Plus de la moitié des sondés ne se voit plus au même poste d’ici deux ans mais cet état d’esprit ne ternit pas pour autant leur motivation : 86% se disent motivés pour l’avenir. Motivés aussi pour travailler à tel point que pour obtenir un nouvel emploi, 73% se disent prêts à reprendre leurs études, 62% à accepter un emploi qui ne correspond pas à leur formation, et 60% à déménager. Il semblerait que la jeune génération soit donc plutôt réaliste face à la crise. Cependant, ils ne sacrifieraient pas tout : seulement 47% refuseraient un contrat autre que le CDI et 59% refuseraient de revoir leur salaire à la baisse.

Une volonté d’apprendre les codes de l’entreprise

Si 75% des jeunes diplômés pensent que leurs années d’études sont utiles dans leur quotidien professionnel, la formation ne fait pas tout. Pour 28% d’entre eux, la proximité avec le monde de l’entreprise est le premier critère que les bacheliers doivent prendre en compte dans le choix de leur future école. Et pour 25%, ce sont la présence de programmes en alternance. En clair, les programmes professionnalisant sont plébiscités. Seulement, certaines compétences et certains savoir-être indispensables en entreprise ne sont pas systématiquement enseignés à l’école comme le travail en équipe, l’intervention auprès du public, la confiance en soi et en ses connaissances, la gestion des relations de travail, avec sa hiérarchie ou ses collègues…

Ce besoin de «compétences pratiques» se fait ressentir à tous les niveaux d’études, tout comme la maîtrise d’outils professionnels. Mais alors que les Bac+2 et plus aimeraient acquérir plus de confiance en eux, être formés à la gestion de la pression, suivre des formations plus professionnalisantes ou expérimenter le monde du travail plus tôt, les diplômés des grandes écoles, mieux préparés au monde du travail semble-t-il, veulent apprendre à mieux s’exprimer et communiquer dans l’entreprise, et maîtriser des compétences avancées.

Les réseaux sociaux devenus indispensables

Pour réussir professionnellement, les 20-28 ans sont conscients à 43% qu’il faut travailler dur. Mais pas seulement : 31% pensent qu’avoir un bon réseau professionnel, notamment sur Internet, est important. A ce titre, 8% seulement disent avoir trouvé leur job via les réseaux sociaux, dont 73% sur des réseaux professionnels (Viadeo, LinkedIn…) et 55% via un réseau personnel (Facebook, Twitter). Malgré tout, les jeunes voient dans les réseaux sociaux un outil utile pour rester à l’écoute des opportunités (71%) ou reprendre contact avec d’anciens camarades de formation (67%). Etre inscrit permettrait même de trouver plus facilement un poste pour 38% d’entre eux. Enfin, pour plus de 70% des sondés, être sur un réseau social permet indéniablement de construire son réseau et se faire connaître des professionnels. En bref, la nouvelle génération avance plus vite que l’éducation, bien plus vite.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.