Les hommes seront-ils les moteurs de la mixité ?

Logohappymen1Pour faire comprendre aux hommes combien une plus grande implication de leur part pourrait tout changer, Orange vient de lancer « Happy Men », un programme innovant initié par l’association Mercredi-c-papa visant à favoriser l’engagement des hommes en faveur de l’égalité professionnelle, dans l’entreprise comme dans leur vie privé… Et dans son sillage, l’opérateur télécom a entraîné plusieurs grandes entreprises comme Accenture, Cofely – Groupe GDF SUEZ, ou encore le Groupe Crédit Agricole SA…
Sorti en mars 2013, le premier Observatoire de la mixité Capitalcom-Le Monde confirme cette tendance de « l’homme acteur de l’égalité ». D’après ses résultats, l’opinion publique reconnaît les bénéfices de la mixité pour l’entreprise et pense que les hommes ont un rôle majeur à jouer. Mais les freins culturels persistent.

Une approche innovante

En lançant « Happy Men » le 13 juin 2013, Orange a une nouvelle fois montrer sa volonté d’impliquer les hommes dans l’égalité professionnelle. Un engagement pris par la marque depuis une dizaine d’année à travers la mise en place d’une politique d’égalité homme/femme ambitieuse : 1er accord d’entreprise signé en 2004, signature de la charte de la parentalité en 2008, étude Mutationnelles annuelle depuis 2009, création du programme Capital Filles en 2011…
Mais avec « Happy Men », Orange propose une nouvelle approche. Plutôt que de solliciter les femmes une nouvelle fois, il s’agit de faire des hommes les alliés de l’égalité au travail. Ainsi, les ambassadeurs du programme peuvent s’engager dans le cadre de leur vie professionnelle ou de leur vie privée, par exemple, en évitant toute expression ou blague sexiste au travail, ou dans le privé, en prenant en charge la santé des enfants ou en passant une journée en télétravail… Et pour favoriser les échanges de bonnes pratiques, le groupe a mis en place des « Cercles Happy Men » afin d’ouvrir le dialogue entre collaborateurs et réseaux féminins existants.

Les working dads déjà sur le pont

Les  »Working Dads » revendiquent depuis quelques années déjà une meilleure conciliation vie pro-vie perso. En effet, « 63% des pères aimeraient pouvoir aménager leurs horaires pour passer plus de temps avec leurs enfants, 46% d’entre eux pourraient opter pour le télétravail pour améliorer leur vie familiale et 30% seraient tentés par le temps partiel s’ils avaient la possibilité de le pratiquer dans leur entreprise… » selon un sondage publié par Terrafemina début 2013. Des voeux qui s’expriment cependant dans les sondages mais s’exaucent peu en réalité. Exemple : d’après le même sondage, près d’un père actif sur deux estime que prendre un temps partiel serait mal perçu par l’entourage professionnel…

Les freins culturels persistent

Car si une majorité de Français se déclarent concernés par les enjeux de mixité, considérant que les bénéfices pour l’entreprise sont « conséquents », la plupart admettent que les freins culturels persistent selon l’Observatoire de la mixité Capitalcom-LeMonde. Et à la lecture du baromètre, « les hommes s’affirment prêts à se battre au plan des idées ; moins sur le terrain » note Annie Kahn, journaliste au Monde. Une nuance de taille en effet…
L’implication des pères en faveur de l’égalité professionnelle changera-t-elle les choses ? Sûrement pas à elle seule, mais alliée à une politique globale, la sensibilisation des collaborateurs, le dialogue social… Il y a une chance. Et pour une fois, on ne regrettera pas la prise de pouvoir de hommes en entreprise… Qui de mieux placé qu’eux pour montrer l’exemple ?

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.