Fermer
menu

Les grandes entreprises se féminisent, oui mais…

FouleLes premiers trophées européens sur l’égalité professionnelle (GE-ES) ont été distribués par l’association Arborus. Six grands groupes internationaux ont été récompensés pour leur engagement en matière d’égalité entre hommes et femmes. Parallèlement, on apprend dans une étude révélée par L’Express que parmi les 50 premiers groupes français, l’écart se creuse entre entreprises « féminines » et entreprises « masculines ».
Les grandes entreprises semblent en marche vers une plus forte féminisation mais attention, tout est relatif. Car entre les actions menées en faveur de la parité et la mixité réelle dans les entreprises, il y a une différence significative.

Une harmonisation européenne
L’association Arborus pour la promotion des femmes dans le monde économique, vient de décerner ses premiers labels européens sur l’Egalité Professionnelle. Lancés en avril 2010, les GE-ES (Gender Equality European Standard) ont récompensé 6 grands groupes pour leur engagement.
Parmi les bons élèves européens, on trouve BNP Personal Finance, PSA Peugeot Citröen, L’Oréal, Orange, General Electric Energy Europe ainsi que Randstad, labellisés au terme d’un audit évaluant « différents critères parmi lesquels la politique générale en termes d’égalité professionnelle, la formation des managers, l’existence d’actions favorisant la mixité des métiers et les pratiques salariales ». Attribué pour trois ans, le label veut agir comme outil de pilotage en faveur de l’égalité, en harmonisant les pratiques. « Authentiquement européen », il complète les labels nationaux existants mais dit ne pas vouloir se substituer à eux.

Entreprises « masculines » vs « féminines »
Toutefois, une étude révélée par l’Express et faite par Michel Ferrary, professeur de management à la Skema Business School et expert sur le sujet, démontre que parmi les 50 premiers groupes français, « le fossé se creuse entre entreprises féminines et entreprises masculines »… Une « polarisation sexuelle » en plein dans les clichés qui n’a rien de bon pour la mixité en entreprise. Le secteur automobile, dans lequel on retrouve le groupe PSA pourtant actif en matière de parité, le BTP, l’énergie ou le high tech sont toujours composés majoritairement d’hommes, et la communication, le luxe, les services et la finance (l’exemple avec BNP Paribas), sont composés de plus de femmes. « LVMH est aussi l’entreprise la plus féminine (73% de salariées) et Eiffage, la plus masculine (90% d’hommes) » rappelle l’Express.
Le hic étant que les candidats ont naturellement tendance à se diriger vers les secteurs où ils sont le plus représentés. Le problème est donc loin d’être réglé. Pire, il devrait s’accentuer si les entreprises n’agissent pas plus encore concrètement en la matière et ne mènent pas des actions pour attirer les femmes au moment de leur orientation vers tel ou tel métier.

Crédit photo : © Sergey Kolesnikov – Fotolia.com

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.