Fermer
menu
Théma Qualité de vie au travail : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Les Français n’ont jamais été aussi absents au travail

Le taux d’absentéisme des salariés au travail a atteint son plus haut niveau depuis 10 ans, selon un baromètre réalisé par le cabinet Ayming. Il est dorénavant de 17,2 jours par an dans les entreprises privées. Un chiffre en progression sur toutes les tranches d’âges et dans toutes les professions.

Les jeunes et les seniors plus concernés par l’absentéisme

Premier constat du baromètre, le taux d’absentéisme le plus élevé (7%) se trouve chez les moins de 25 ans et chez les plus de 55 ans. Les jeunes s’arrêtent moins longtemps qu’avant mais beaucoup plus souvent. Chez les seniors, c’est l’inverse : les arrêts maladies sont moins fréquents mais plus longs. Le report de l’âge de la retraite fait que les salariés travaillent plus tard et développent des maladies qui n’existaient pas au bureau auparavant (maladies du dos, des articulations, cardiaques…).

Les femmes plus absentes que les hommes

Face à la fatigue au travail, les femmes sont beaucoup plus victimes de maladies chroniques, de tendinites, de mal-être car elles sont sur des métiers souvent plus physiques et moins sédentaires (caissières, aides-soignantes, etc.). Elles souffrent aussi d’une charge mentale beaucoup plus importante, stressante et fatigante. Dans 80% des cas, ce sont les femmes qui gèrent les enfants et les tracas du quotidien.

À lire également :
« L’arrêt maladie est souvent le dernier recours pour ceux qui souffrent au travail »

Mieux appréhender l’absentéisme en entreprise

Les professionnels de santé et les entreprises s’accordent sur le fait que l’absentéisme pourrait être mieux appréhendé en entreprise : en effet, les entreprises qui la pilotent eux-mêmes de manière régulière ont vu leurs indicateurs d’absentéisme s’améliorer (baisse de 13% de jours d’absence par salarié en moyenne) quand les entreprises qui n’ont mis aucun plan d’action en place ont vu le nombre de jours d’absentéisme augmenter de 15% selon une autre étude réalisée par le cabinet Malakoff Médéric.

À lire également :
Arrêts maladie : qui va payer la facture ?

« Endiguer » l’augmentation des dépenses

Cette étude a été publiée en même temps que la dernière annonce du gouvernement. Le Premier ministre Édouard Philippe a en effet missionné ce mercredi Jean-Luc Bérard, DRH du groupe industriel Safran, et Stéphane Seiller, magistrat à la Cour des comptes, pour faire un diagnostic sur l’augmentation des arrêts maladies et proposer des pistes d’évolution pour « endiguer » l’augmentation des dépenses ( + 4 % par an pour dépasser les 10 milliards d’euros). Pour Edouard Philippe, le système actuel de prise en charge des arrêts maladies est totalement « insatisfaisant ». Il souhaite donc un diagnostic rapidement afin de prendre des mesures fortes dès 2019.

Faire payer les entreprises : le projet de nouveau sur la table

Le gouvernement avait annoncé il y a quelques semaines vouloir faire prendre en charge par les entreprise quatre jours d’indemnités journalières pour les arrêts maladie d’une semaine. Après la fronde des chefs d’entreprises le gouvernement avait semblé y renoncer. En juillet la ministre Muriel Penicaud avait aussi dénoncé ce projet. « S’il n’entend pas procéder à une mesure unilatérale et brutale de transfert aux entreprises de la charge des arrêts de courte durée, le Premier ministre n’a pas renoncé à mettre ce sujet à plat », selon Matignon peut-on lire dans Ouest-France. Ce grand chantier du coût des arrêts maladie se recoupera avec celui de la santé au travail. Un thème qui englobe la préventions des risques professionnels, la médecine du travail, la qualité de vie au travail.

(istockphoto.com/Lashkhizetim)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.