Fermer
menu

Les DRH votent pour les propositions des candidats

DrhpresidentielleDans le cadre de la 3ème édition du baromètre « Défis RH », l’ANDRH et le cabinet Inergie ont interrogé les Directeurs des Ressources Humaines sur les principales propositions des candidats à l’élection présidentielle.

A quelques jours du premier tour du scrutin présidentiel, qui remporte les suffrages des DRH ? Pour le savoir, l’Association nationale des DRH et Inergie ont sondé plus de 200 DRH sur les réformes du droit du travail proposées par les candidats. Ce qui en ressort, c’est que les DRH sont, sans surprise, plutôt favorables à une baisse du coût du travail, « mais pas à n’importe quel prix ».

Entre effets d’annonce et mesures de fond

La mesure phare du programme de François Bayrou (emploi sans charge pendant 2 ans pour l’embauche d’un chômeur ou d’un jeune en CDI) est ainsi plébiscitée par 62% des DRH interrogés. La TVA dite sociale et la baisse des charges qui va avec, portée par le président-sortant, est également jugée intéressante par une courte majorité des DRH (56%). En revanche les accords-compétitivité emploi proposées par le candidat de l’UMP ne semblent pas convaincre les DRH, 19% seulement les jugeant pertinents. Sans doute en raison des difficiles négociations qu’ils impliquent avec les syndicats. C’est en tout cas l’interprétation de Jean-Christophe Sciberras, président de l’ANDRH et DRH France de Rhodia. Selon lui, les DRH « trouvent que la mesure est intéressante mais ils savent par expérience qu’elle sera compliquée à mettre en oeuvre ».

Quant aux deux mesures proposées par François Hollande, le label social et le contrat de génération, elles séduisent la moitié des DRH (respectivement 50% et 48%). Un signe que « les entreprises veulent démontrer qu’elles sont des employeurs responsables, au-delà des effets d’annonces », analyse Luc Vidal, directeur général adjoint d’Inergie, en charge du pôle Opinion.

Du côté des extrêmes, les propositions de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen (le Smic à 1 700 € et la préférence nationale à l’embauche) recueillent respectivement 15% et 9% des votes des DRH.

Bilan contrasté du quinquennat

Enfin, en ce qui concerne le bilan du quinquennat, les DRH sont assez partagés. S’ils plébiscitent massivement (à 82%) la mise en place de la rupture conventionnelle, très utilisée par les entreprises, la prime de partage des profits, « perçue comme le résultat d’un effet d’annonce », ne rassemble que 9% d’adhésion.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.