Fermer
menu

Les DRH sur le banc des accusés

   LivrenoirDans le grand feuilleton de la crise, plusieurs professions ont été accusées, à tort ou à raison, d’avoir une lourde responsabilité : les traders, les financiers et les banquiers. Aujourd’hui, c’est au tour des DRH d’avoir le mauvais rôle, celui d’exécuteur des basses oeuvres dans un contexte marqué par de multiples plans sociaux et restructurations. Après le documentaire « La Gueule de l’emploi » qui avait dévoilé en 2011 un côté obscur du métier de recruteur, les Directeurs des Ressources Humaines sont une nouvelle fois critiqués pour leurs méthodes dans un essai de Jean-François Amadieu, paru aux Editions Seuil en janvier 2013.

Un titre un peu racoleur

A la lecture de ce livre, dont le titre et le sous-titre sont un peu trop racoleurs par rapport au contenu (« DRH, le livre noir – Embauches, salaires, carrières… la vérité qui dérange »), il semble y avoir un décalage entre la vision du sociologue, observateur attentif des « dérives du recrutement » et celle des professionnels des RH, qui au quotidien font leur possible pour faire évoluer leurs pratiques. Le directeur de l’Observatoire des discriminations le reconnaît d’ailleurs : les DRH sont, dans leur ensemble, « de bonne volonté ». Mais il est aussi sans pitié pour fustiger les présupposés et idéologies qui les conduisent à mal recruter et à discriminer. Le début du livre s’attarde longuement sur les fondements de la discrimination et décrypte finement les mécanismes de la reproduction sociale. Un tableau de la « France des héritiers » sans trop de surprises, étayé par de nombreuses références aux enquêtes sociologiques réalisées ces dernières années en Europe et aux Etats-Unis.

Qui utilise encore la graphologie ?

Le professeur de la Sorbonne dénonce également, à juste titre, les discriminations méconnues, celles sur lesquelles les recruteurs ne travaillent pas en priorité mais qui sont vécues par les candidats comme les plus fréquentes et les plus injustes : les discriminations liées à l’apparence physique. Mais quand Jean-François Amadieu se penche sur les méthodes de recrutement, le livre perd un peu de sa rigueur scientifique pour tomber dans la généralisation. Selon l’auteur du livre noir des DRH, la graphologie, l’astrologie, la numérologie et même le tarot de Marseille seraient utilisés fréquemment dans les processus de recrutement. C’est ce qui a fait bondir pas mal de professionnels des RH, notamment Jean-Christophe Sciberras, président de l’ANDRH pour qui ce livre « tient peu compte des évolutions les plus récentes de la fonction RH ». Et c’est vrai que pour appuyer son propos sur la graphologie soi-disant très utilisée par les cabinets de recrutement, Jean-François Amadieu cite notamment une étude de… 1991. Alors que selon le président de l’ANDRH « il s’agit d’une pratique éteinte ou en voie d’extinction ». Pour l’astrologie, c’est Raymond Domenech qui est pris comme exemple de manager ayant recours à cette technique de sélection, également marginale dans le monde du recrutement aujourd’hui. C’est bien là le problème de ce livre noir qui met dans le même panier tous les recruteurs sans trop de distinction. Alors que le reste du livre apporte un éclairage critique très intéressant sur les inégalités de salaires, l’engouement des employeurs pour les thématiques de la diversité, le poids des réseaux dans la carrière ou l’impuissance des DRH face à la situation de l’emploi, la partie à charge sur les méthodes de recrutement aurait mérité d’être plus nuancée.

  • « DRH, le livre noir«  de Jean-François Amadieu, Editions Seuil, 240 pages, 19,90 euros.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.