Fermer
menu

Les fêtes de fin d’année rapprochent les salariés

Complaisance au bureauOn ne sait pas si les histoires d’amour au travail finissent toujours mal. En tout cas, elles sont légion. Selon la Loi de Cupidon, une théorie développée dans l’ouvrage de Loïck Roche, publié en 2007, « chaque homme et chaque femme, en fonction de son ancienneté et du nombre de personnes que compte son environnement professionnel, va développer un nombre précis de relations intimes sur son lieu de travail… ».

Certains moments seraient plus propices que d’autres pour déclarer sa flamme. Pour la majorité des femmes (60,2%) et des hommes (49,8%), ils commencent ainsi à flirter lors d’une fête de bureau, indique un sondage publié par le site canadien spécialisé dans la rencontre extraconjugale, AshleyMadison. L’alcool aidant, les fêtes de fin d’année devraient permettre un rapprochement tout particulièrement corporate des salariés. D’ailleurs, 36,1% des hommes et 31,4% des femmes sondés par AshleyMadison admettent avoir déjà eu une aventure extraconjugale sur leur lieu de travail. Si vous êtes exclus de ces statistiques, rassurez-vous !

No zob in job, vraiment ?

La Loi de Cupidon nous prouve de manière plus ou moins scientifique que nous devrions tous, un jour, avoir des relations intimes avec un(e) collègue de bureau. Pour connaître votre nombre de partenaires à venir, prenez le nombre de salariés, multipliez par l’ancienneté moyenne dans l’entreprise et divisez le tout par 7. Par exemple, dans une société de 100 personnes, où la moyenne d’âge est de 4 ans, vous obtenez 1,71 relation sexuelle. Et forcément, si la boîte grossit et que les salariés vieillissent, ce chiffre augmente.

Ainsi, 31% des salariés français ont déjà eu des relations amoureuses au travail, selon une enquête menée par les Editions Tissot. « La durée du temps passé sur le lieu de travail, les aspects festifs du management (séminaires etc..) agissent comme facteur de renforcement pour la possibilité de rencontre directe (dans l’entreprise) ou indirecte (fournisseurs, clients…) » expliquait à l’époque Ronan Chastellier, Maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris. Pour ce dernier, la crise pourrait renforcer le besoin de se rapprocher de ses collègues. Alors que « dans une société où le débat tourne beaucoup autour de l’âge de la retraite, de l’austérité économique (…), il y a probablement un envers fantasmatique du monde du travail et un besoin d’ensauvagement et de jeu frivole ». Mais ce jeu tourne court. Dans 63% des cas, la relation s’arrête brièvement.

La technologie au service de l’amour

Pour assouvir leur désir, les salariés font preuve d’imagination. Et détournent sans crainte les outils de travail mis à leur disposition. Internet bien sûr, mais aussi les messageries instantanées ou les mails coquins permettent d’entretenir le sentiment amoureux. « Tout se passe comme si l’on subvertissait la technologie dans l’entreprise au profit de l’amour », poursuit le sociologue.

Une utilisation que les dirigeants préféreraient probablement réduire. Même si, au jeu de la séduction, ces derniers ne sont pas en reste. Ainsi, 33,8% des hommes ont eu une relation avec une assistante, détaille AshleyMadison. Et côté femmes, 30,9% ont cédé aux avances d’un supérieur hiérarchique. Si cette accumulation de chiffres vous donne la nausée, sachez tout de même que dans 23% des cas, une relation au travail mène au mariage.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Jacques
    3 décembre 2012 - 11h17

    Dans certaines entreprises il est de rigueur de devoir offrir un cadeau à un autre salarié. Ainsi tous les salariés recevront un cadeau. Après on se doute bien que le choix du salarié à qui l’on va offrir un cadeau sera selon les affinités…

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.