Fermer
menu

Leadership féminin : des défis à relever

RoutemalbarreeLe nombre de femmes progressent faiblement au sein des équipes dirigeantes des grands groupes, alors que le taux d’étudiantes ne cesse d’augmenter dans les grandes écoles d’ingénieurs et de commerce depuis les années 70. Un double-constat duquel est parti Sylvie Ouziel, Directrice Générale Adjointe de la société de conseil en management Accenture Management Consulting, pour s’interroger sur les défis que les femmes ont aujourd’hui à relever pour accéder aux hautes fonctions. Il semblerait que les femmes doivent faire face à trois défis majeurs pour prendre du galon et éviter « de se perdre en route », de l’école aux fonctions dirigeantes des entreprises…

Une sphère privée pesante

Ne soyons pas totalement négatifs, l’arrivée de la Génération Y, « qui aspire à plus de liberté dans l’organisation de son temps de travail », a impulsé de nouveaux modes de fonctionnement au sein des entreprises : création de crèches et conciergeries d’entreprises, possibilité de télétravailler, augmentation des temps partiel… Malgré cela, les tâches et responsabilités familiales incombent toujours le plus aux femmes qu’aux hommes. La plupart d’entre elles continuent de cumuler au minimum deux journées de travail en 2010

Deux gestions de carrière opposées

Au-delà de cette inégalité hommes/femmes, l’analyse de certains processus RH apporte des éclairages importants selon Accenture. Caractéristique la plus flagrante : les femmes se montrent « moins proactives » dans la gestion de leur carrière que les hommes et se focalisent sur la bonne exécution de leur poste plutôt qu’à aller de l’avant. Plusieurs autres raisons subsistent : les équipes de direction historiquement composées d’hommes et donc régies par des codes masculins ; les hauts potentiels sont souvent détectés vers 30 ans, âge où les femmes se consacrent souvent à la maternité…. Lueur d’espoir, on constate une modification des comportements chez les jeunes générations qui se soucient plus de concilier les parcours des deux membres du couple.

Des différences « culturelles » ?

Mais incontestablement, les sont les différences culturelles entre hommes et femmes ou dites « de valeur » qui semblent peser le plus lourd sur leurs carrières respectives selon Accenture. Alors que le comportement quotidien des hommes favorise leur ascension professionnelle, celui des femmes tend à les desservir. Trop modestes, moins proactives, trop prudentes, trop sincères… Certaines qualités personnelles plus « féminines » (à compter qu’il en existe) se révèlent être des défauts qu’il serait bon de corriger pour décrocher des responsabilités au sein d’une entreprise.

Alors certes, rappelle Sylvie Ouziel, les avancées sont là. Mais attention au fossé grandissant entre la perception positive qu’a la jeune génération de femmes au sujet de l’égalité professionnelle, voire la génération Y tout court, et une réalité encore bien décevante. L’égalité stagne et les femmes sont toujours sous-représentées dans les instances de direction. On attendait une dynamique naturelle, mais il n’en est rien. Voilà pourquoi la question des quotas reste si délicate et pourtant, nécessaire. Et en attendant leur mise en place, les femmes ont encore (!) à relever des défis quotidiens pour atteindre les hautes sphères des grandes entreprises…

A lire, la Note Blanche n°5 de Juillet-Août 2010 d’Accenture Management Consulting – Sylvie Ouziel : « Le leadership au féminin, révélateur d’autres défis »

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.