Fermer
menu

Le télétravail, entre généralisation et méfiance

FotoliateletravailA l’heure où Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé vouloir « accélérer l’adoption du télétravail en France », un peu plus de la moitié des français, 64% exactement, considèrent le télétravail comme un critère essentiel dans le choix de leur nouvel emploi selon une récente étude. Des résultats qui confirment que c’est bien chez les entreprises que cela « coince », alors que les salariés sont prêts… Alors qu’une proposition de loi est en cours pour formaliser le travail à distance dans les entreprises, des programmes à l’initiative d’acteurs publics et de télétravailleurs indépendants, fleurissent un peu partout en province et n’ont heureusement pas attendu l’instauration d’une loi pour promouvoir le télétravail.

L’ère de la débrouille

Car, et ce n’est pas une nouvelle, si les salariés plébiscitent le travail à distance, 7% d’entre eux seulement y ont réellement accès. Pourtant les ressources technologiques existent et ne demandent qu’à être utilisées ! Selon l’enquête de GrIDsure, 19% des salariés sondés qui effectuent pourtant des tâches compatibles avec le télétravail, souhaiteraient y avoir accès mais leur employeur ne leur offre pas cette possibilité. C’est assez peu quand on y pense… Il ressort également de l’étude que le salarié qui télétravaille à l’initiative de son employeur le fait parfois dans des conditions « de débrouille » : sans ordinateur professionnel mais avec son propre matériel, sans connexion fluide et suffisamment sécurisée…

Un coup d’accélérateur en prévision

Pourquoi l’instauration du télétravail en entreprise est-elle si laborieuse ? La Secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique Nathalie Kosciusko-Morizet a récemment pointé du doigt les barrières « culturelles ». Un état de fait également mis en exergue par Nicole Turbé-Suetens, co-auteure de l’ouvrage « Télétravail : les salariés sont prêts ». Pour elle, « les dirigeants ne sont pas proactifs sur le sujet » et continuent d’axer leur management sur la présence physique des salariés. Une proposition de loi est en cours « pour donner un statut légal au télétravail pour formaliser cela et accompagner les entreprises dans ces mutations » selon NKM. Un appel à projets pour la création de télécentres serait également envisageable. Patience donc…

Des projets ont déjà fait leurs preuves

Heureusement, certains acteurs politiques et télétravailleurs n’ont pas attendu la proposition de loi pour promouvoir le télétravail. C’est le cas de Zevillage, une structure d’aide dédiée aux télétravailleurs près d’Alençon lancée par le consultant internet Xavier de Mazenod. Egalement du Conseil Général du Cantal qui a lancé en 1998 le programme Cybercantal et ses télécentres (voir l’interview de son instigateur Fabien Miedzanowski). Ou comme Soho Solo, le projet grandeur nature initié par la CCI du Gers pour accompagner les télétravailleurs, ou encore Ariège Télétravail. Rappelons que ces structures n’accueillent pas seulement les indépendants mais sont ouvertes aux salariés qui travaillent à distance. Il existe en France 440.000 télétravailleurs salariés. A quand le million ? Sans doute quand les entreprises seront forcées par la loi de constater les avantages qui en découlent.

Ci-dessous, la carte des télécentres et espaces de coworking (par Zevillage) :


Afficher Télécentres et espaces de coworking sur une carte plus grande

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.