Fermer
menu

Le paradoxe de la mobilité

MobiliteLes recruteurs sont formels : les candidats ne sont plus assez mobiles. Le rapport au travail a changé et la jeune génération ne prend plus le risque de tout quitter pour décrocher un job dans une autre région. C’est le paradoxe de la mobilité : encouragée par les pouvoirs publics et les entreprises, la mobilité professionnelle est devenue rare.

> Rite de passage

Avant, il fallait « voir du pays ! » Quitter sa région, ses amis, sa famille, pour saisir une nouvelle opportunité professionnelle… Le plongeon dans le grand bain du labeur était aussi un rite de passage vers la vie de travailleur adulte. S’affranchir pour grandir : la mobilité était un passage obligé, l’horizon à dépasser pour faire carrière.

Aujourd’hui, les déplacements sont facilités, mais la mobilité a du plomb dans l’aile. Les jeunes ne veulent plus quitter leur nid. Le travail n’est plus aussi déterminant, on cherche avant tout une qualité de vie dans un lieu choisi selon des critères extra-professionnels. La prime à la proximité pèse plus lourd dans la balance que la prime à la mobilité. L’insécurité qui règne dans le monde du travail y est certainement pour quelque chose.

> La mobilité subie

Pour ceux qui ont choisi d’emboiter le pas de la mobilité, le chemin de l’exil n’est pas de tout repos. Les aides à la mobilité existent (sous forme de crédit d’impôt, en particulier pour les jeunes qui trouvent un emploi dans un secteur en pénurie de main d’œuvre, le 1% logement…), mais il faut se reconstruire à chaque déménagement, tisser de nouvelles relations, trouver un emploi pour le conjoint, changer les enfants d’école… tout est plus compliqué.

La mobilité n’est plus choisie, elle devient obligatoire si on peine à trouver un travail. La mobilité interne dans les entreprises répond elle aussi à des lois qui échappent à tout contrôle. Entre les vœux exprimés et le résultat obtenu, il y a parfois tout un monde. Pour toutes ces raisons, la mobilité est devenue une contrainte qui s’ajoute aux autres (des salaires en berne, les trajets domicile-travail qui s’allongent, la précarité…).

L’instabilité a pris le relais de la mobilité. Un paradoxe de plus de notre époque, où les distances s’estompent, à condition d’en avoir les moyens. Tout le monde vante les mérites de la mobilité professionnelle mais seule une minorité ose faire ses bagages. Comme les parachutes dorés ou la fuite des cerveaux, c’est un luxe réservé à l’élite.
Contemplant l’idéal d’Erasme ou de l’Auberge espagnole, nous sommes ainsi devenus des spectateurs de la mobilité.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. touline
    10 juillet 2007 - 15h36

    Ce serait intéressant de connaître le point de vue des recruteurs ! Certains aussi n’osent pas déraciner des postulants ! J’en ai vu, et vu des 2 côtés de la barrière, hésiter à faire venir des candidats de loin, compte tenu « des risques »… Et pour tout type de postes. Les recruteurs sont frileux m’a-t-on dit récemment. Vrai ou faux ?

  2. esperluette
    10 juillet 2007 - 16h45

    Partir, tout quitter et recommencer à zéro… C’est excitant mais les plus jeunes ont pû souffrir de la mobilité de leurs parents et ont peut-être envie de poser les valises ?

  3. asian
    10 juillet 2007 - 16h46

    Je suis en recherche d’emploi et je suis tomber à maintes reprises sur des refus car « j’habitais trop loin » : apparemment même 40 km de mon domicile n’était pas acceptable !
    Sinon mon compagnon a dû déménagé pour son job !

    Les jeunes ne sont plus mobiles ?… Vraiment ?!!!

  4. christophe
    10 juillet 2007 - 17h20

    Bonjour,

    Je ne suis pas certains de la réalité de cet article, car je suis comme certains très mobile 3 déménagement en 5 ans sur 3 régions pour travailler et suivre ma femme. Alors comme le dit Touline et Asian l’avis des recruteurs sur le sujet est demandé.

    Cordialement

  5. FmR
    10 juillet 2007 - 17h32

    C’est justement le point de départ de l’article, les recruteurs se plaignent du manque de mobilité des candidats, en particulier des plus jeunes qui n’ont pas de problème pour trouver du travail. Pour les autres, la mobilité, n’est pas un choix, c’est une nécessité pour trouver du travail (je suis bien placé pour le savoir, j’ai déménagé six fois en dix ans, 25.000 kms au compteur). Je dis simplement que notre rapport à la mobilité a changé.

14 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.