Fermer
menu

Le microcrédit, solution miracle au chômage ?

PourcentageEn 2010, le microcrédit a permis de financer la création de davantage d’entreprises et de générer plus d’emplois qu’en 2009 selon l’Adie et France Initiative, deux réseaux associatifs spécialistes du microcrédit destinés aux publics qui en sont d’ordinaire exclus. « Plus de 37.000 emplois ont été ainsi créés ou maintenus » l’année dernière. Aujourd’hui, l’Adie passe à la vitesse supérieure : mi-mars, elle s’est installée pour quelques jours au sein d’une centaine d’agences du service public de l’emploi dans le but d’informer les chômeurs sur le microcrédit personnel. Mais l’initiative fait quelque peu débat…

« Un outil de réinsertion sociale »
« 40% des créations d’entreprises en France sont réalisées par des personnes qui sont au chômage. » Partant de ce constat, Pôle Emploi a décidé de proposer à l’Adie, son partenaire depuis une dizaine d’années, de tenir un stand dans une centaine d’agences en France afin d’informer les chômeurs entre le 14 et le 18 mars dernier. L’objectif : faire connaître le microcrédit personnel aux demandeurs d’emploi (jusqu’à 3000 Euros), qu’ils peuvent utiliser pour financer leur création d’entreprise, se former, retrouver une activité ou se maintenir en activité (financer un permis de conduire, une formation, un déménagement)… Alors la création d’entreprise tendrait-elle à faire partie des solutions d’emploi proposées aux chômeurs ? On dirait bien que oui, même si cela fait bondir certains puisque le résultat est loin d’être garanti.

Des résultats chiffrés…
Mais pour le service public de l’emploi et l’Adie, la méthode a déjà fait ses preuves. Pôle Emploi reconnait que ses équipes « ne peuvent pas tout faire ». Les chômeurs l’auront remarqué. Chiffres à l’appui, l’agence pour l’emploi défend donc l’intérêt de son initiative dans un communiqué : « en 2010, plus de 670 demandeurs d’emploi, tous exclus du prêt bancaire, ont bénéficié de microcrédits professionnels après avoir été orientés vers l’Adie ». Un constat positif fait par d’autres. France Initiative, qui facilite l’accès au crédit bancaire et accompagne les entrepreneurs, a financé près de 18.000 d’entre eux en 2010, soit 10% de plus qu’en 2009. De son côté, France Active a permis à 8809 personnes (+ 41%) de retrouver un emploi en 2010 en favorisant la création de 5890 entreprises (+ 33,7%).

Un investissement à peser
Mais l’autofinancement, pour créer sa boite comme financer sa formation, est-il vraiment la solution ? Il y a peu, Laure Grynbaum, auteure de « Comment rater à coup sur sa création d’entreprise », mettait en garde contre les méthodes du service public de l’emploi « qui propose souvent aux chômeurs qu’il accueille de devenir auto-entrepreneurs » ou de créer leur activité. Une solution de facilité qui ne garantit aucunement les résultats pour le demandeur d’emploi, voire pire. Pour d’autres, proposer le microcrédit aux chômeurs est un moyen de faire  » »payer les pauvres » » ou encore d’instaurer un principe de « formation à crédit » … Enfin, le débat fait également rage sur les forums autour du taux d’intérêt appliqué par les organismes de microcrédit, qui peut aller de 9,71 à environ 14% tous taux cumulés. Mais l’on n’a rien sans rien. Ce taux d’intérêt permet en effet à l’Adie de financer ses propres emprunts souscrits auprès des banques afin de pouvoir prêter à son tour.
Débat ou non, il faut avouer que les résultats sont là. Parmi les demandeurs d’emploi financés via le microcrédit : « au bout de deux ans, 68% des entreprises sont toujours en activité et 80% des demandeurs sortent des minima sociaux dans les trois ans… ». Alors pourquoi pas ?

(Crédit photo : © auryndrikson – Fotolia.com)

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Modérateur
    23 mars 2011 - 11h57

    Ouais… Entre le micro-crédit et l’auto-entrepreneuriat, tous les moyens sont bons pour faire baisser les chiffres du chômage. Je me demande quand même la valeur du suivi sur la création d’entreprise (passage obligé pour mettre toutes ses chances de son côté). Les résultats annoncés sont bons, si c’est vraiment le cas tant mieux ! Article très intéressant en tout cas.

  2. Coltrane
    23 mars 2011 - 12h53

    Ce qui me semble vraiment problématique, ce sont ces taux d’intérêt : le problème est du même ordre que celui posé par la forme « originelle » du microcrédit, quand l’activité peine à démarrer ou qu’un problème survient et retarde l’entrée de trésorerie, le remboursement devient vite insupportable.
    Pourtant, à mon sens, ça ne remet pas complètement en cause l’intérêt de ce type d’aide qui pousse à l’initiative et à la créativité ce qui reste préférable aux contrats aidés de toutes sortes.
    Au final, c’est tout de même parce que la précarité régressera, ou pas, qu’on pourra vraiment évaluer le microcrédit…

  3. Priscilla
    23 mars 2011 - 14h04

    @Moderateur & @Coltrane : il est vrai que les chiffres de l’Adie sur le microcrédit professionnel sont plutôt encourageants, avec le recul, mais si celui-ci venait à se démocratiser, on peut craindre que l’accompagnement des demandeurs d’emploi vers la création ne soit plus assuré par de véritables experts…

  4. Christian
    29 mars 2011 - 13h47

    @Flavien modérateur,
    Tu dis : « Tous les moyens sont bons pour faire baisser les chiffres du chômage »
    Je crois que tu as raison et que nous aurions du nous préoccuper de ces chiffres depuis fort longtemps déjà…
    A la fin du double septennat de F.Mitterrand, ce dernier, impuissant face au constat sans appel de la hausse du chômage depuis sa prise de fonction, disait aux Français ; « Contre le chômage on a tout essayé… ».
    La preuve que non !
    Réjouissons-nous que de telles initiatives soient proposées et permettent à des milliers de personne de sortir de cet enfer qu’est le chômage, plutôt que de penser continuellement que tout ce qui nous est proposé, est fait uniquement pour arranger les statistiques ! Même si au final c’est le cas et c’est tant mieux…
    Bien à toi,
    Christian

  5. FmR
    29 mars 2011 - 14h09

    Merci de ton commentaire Christian, ça faisait longtemps !

1 commentaire supplémentaire

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.