Fermer
menu
Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Le grand retour des emplois aidés

Ironie de l’Histoire, presque un an jour pour jour après un violent coup d’arrêt, les emplois aidés sont brandis comme un remède miracle pour atténuer l’impact de la crise sur l’emploi. 100.000 nouveaux emplois aidés qui coûteront entre 150 et 200 millions d’euros. Un prix à payer qui apparaît aujourd’hui raisonnable, alors qu’en 2007 il n’était même pas concevable. Est-ce la valse des milliards en faveur des banques qui a fait pencher la balance ?

Avec cette annonce, le traitement social du chômage fait également son grand retour pour venir en aide aux personnes les plus éloignées de l’emploi. Signe que le «marché de l’emploi» ne s’autorégule pas tout seul et qu’il faut une intervention de l’Etat de temps en temps… Mais ce va-et-vient n’est pas sans conséquence sur l’efficacité des emplois aidés, la politique du yo-yo était d’ailleurs critiquée fin septembre par les professionnels de l’insertion.
Autre annonce en ce jour de mobilisation pour l’emploi : l’extension du CTP, le Contrat de transition professionnelle expérimenté depuis 2006 sur sept bassins d’emplois pour accompagner les salariés licenciés pour motif économique. Un dispositif apparemment coûteux et peu efficace. Enfin, deux serpents de mer ressurgissent à leur tour : le travail le dimanche et les services à la personne qui en termes de créations d’emplois et de salaires n’ont pas eu les effets escomptés ces derniers mois.

Difficile de dire si ces mesures auront l’impact souhaité et atténueront les licenciements en cours ou à venir. A l’heure du Grenelle de l’environnement, il est apparemment de bon ton de faire du recyclage d’idées, espérons que cela débouche sur des emplois… durables.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. France
    28 octobre 2008 - 20h58

    Commentaire à chaud … Contrats aidés : mais de quoi parle-t-on en fait. D’apprentissage, de professionnalisation, de qualification ? Ou plutôt de pansements à tendance CES, contrat jeune, séniors et autre CIE ?

    S’il suffisait de dire « je veux 100.000 emplois  » pour que « 100.000 emplois soient », cela se saurait depuis longtemps et d’autres auraient utilisé l’astuce depuis belle lurette. N’est pas Dieu qui veut … Ces « mesures » sont plus proches du fait du prince que de la réalité de terrain. Il faut être bien ignorant de la différence entre prescrit et réel, en particulier dans un tissu industriel et commercial laminé, exsangue et dont on n’a eu de cesse de prôner un système qui l’a vidé de son sens.

    Quant à la notion de CDD « assouplis », qu’en termes choisis ces choses-là sont dites … On va donc légaliser les abus déjà suffisamment nombreux en la matière. Il y a longtemps que les loups ne s’étaient pas auto-amnistiés.

    De tout ça, je me dis que les entreprises « équitables » (et elles sont nombreuses) continueront de ne pas s’y retrouver dans la jungle des contrats, les RH s’arracheront les cheveux au lieu de s’occuper de GPEC ou de formation et la bureaucratie en sortira renforcée sans que les chômeurs y trouvent leur compte.

    La précarité a encore de beaux jours devant elle, contrairement aux avancées sociales qui elles, prennent un méchant coup de plomb dans l’aile. Plâtrer des jambes cassées sans analyser les raisons qui multiplient les cassures n’a jamais fait avancer le schimlblick … ça enrichit juste les marchands de plâtre.

    Je me demande si je ne viens pas de prendre un coup de sang moâ … pas bon pour ma tension tout ça …

  2. Véronique
    29 octobre 2008 - 19h06

    Oui, ton style est plus réjouissant que ces nouvelles!…

  3. FmR
    29 octobre 2008 - 20h44

    Bon promis, demain rien sur la crise ni sur le chômage…

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.