Fermer
menu

Le classement des villes selon leur taux de chômage

Le Journal du Net a établi un classement des grandes villes françaises selon leur taux de chômage. En tête de liste, Rennes affiche le plus faible taux, avec 6,7% de chômeurs. Boulogne-Billancourt et Orléans sont juste derrière la capitale bretonne avec moins de 7% de chômage. En bas du classement, on retrouve quatre villes du Sud : Perpignan et Montpellier (plus de 12% de chômage), puis Marseille et Nîmes qui ferment la marche avec 13,5% de chômeurs.

Rennes3
Rennes : C’est beau une ville la nuit avec un faible taux de chômage.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. esperluette
    13 juillet 2007 - 9h28

    Est-ce qu’on a plus de chance de trouver un emploi dans une ville qui compte très peu de chômeurs ?

  2. touline
    13 juillet 2007 - 9h50

    🙂

  3. FmR
    13 juillet 2007 - 10h09

    Cela reste un classement avec ses limites. Rennes compte une très forte communauté estudiantine donc forcément cela joue sur la proportion entre le nombre d’habitants et les actifs (chômeurs compris). Ceci dit, cela donne une tendance donc oui, ça peut permettre de choisir une ville plutôt qu’une autre.

  4. Bertrand
    13 juillet 2007 - 12h29

    Montpellier est aussi une ville avec une forte population estudiantine et pourtant elle se retrouve quand même en bas du classement. En plus de ce taux d’activité, les villes se « spécialisent », par exemple Rennes est bien connue pour les nombreuses entreprises de nouvelles technologies : Services, Recherche … Lyon a décidé il y a quelques années de devenir une référence en matière médicale, et met en oeuvre de nombreuses actions pour attirer les actifs de ce domaine. Montpellier a subit la fermeture d’IBM, laissant sur le carreau de nombreux quinqua, qui n’étaient pas prêt à la mobilité …

  5. FmR
    13 juillet 2007 - 13h57

    C’est vrai que Montpellier est une ville très étudiante, mais elle connaît également une pression démographique très importante qui compense largement le nombre d’étudiants. C’est une ville qui attire les cadres, mais beaucoup de conjoints mettent pas mal de temps à trouver un travail. Le cas de Montpellier est particulier, c’est une ville où les créations d’entreprises sont très nombreuses, mais bcp ne dépassent pas les 3 ans d’existence. Par ailleurs, compte-tenu du marché du travail local (bcp de demandes pour peu de postes) les salaires sont tirés vers le bas, alors que le coût de la vie (notamment les prix de l’immobilier) explose. Montpellier souffre également de sa « spécialisation » sur les services (des secteurs qui n’ont pas besoin de bcp de main d’oeuvre). Et comme tu le dis Bertrand il y a eu des fermetures ou délocalisations (IBM, Alcatel mais aussi Dell).

9 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.