Fermer
menu

La vie active des seniors s’allonge, la précarité augmente

S’il y a bien une catégorie d’employés qui a été mise à contribution ces dernières années, ce sont les seniors. Entre 2007 et 2017, le taux d’emploi des 50-64 ans a explosé. Aujourd’hui, plus d’un senior sur 10 est encore sur le marché de l’emploi (61,5 %, soit une hausse de 8,2 points en 10 ans). C’est la seule classe d’âge qui connaît une telle augmentation. A titre de comparaison, pour l’ensemble des moins de 50 ans, le taux d’emploi a même chuté. Voilà, en substance, le constat dressé par l’Insee fin juillet, tandis que la Dares (le service statistique du ministère du travail) établissait le même bilan quelques semaines plus tôt.

Il y a seniors et seniors

Cette très nette progression est surtout vraie chez les plus de 60 ans, qui représentent 42,1 % de cette hausse. Ils sont aujourd’hui aussi nombreux en poste que les 15-24 ans (un peu moins de 30 % de la catégorie d’âge). Les femmes occupent d’ailleurs plus souvent un emploi que les hommes une fois passés 60 ans.

Pas plus d’embauches, mais moins de départs en retraite

Les bons chiffres du taux d’emploi chez les seniors pourraient faire croire à une hausse des recrutements. Hélas, cette augmentation relève avant tout d’une diminution progressive du nombre de départs en retraite. En effet, face à la volonté des différents gouvernements de maintenir les seniors en activité (fin des préretraites, durcissement des conditions de départ et révision de l’âge légal), les quinquagénaires et sexagénaires restent plus longtemps en poste. Sans oublier le facteur financier qui pousse également les principaux intéressés reculer leur départ pour faire face à une situation plus précaire qu’auparavant.

Travailler plus longtemps, oui. Mais pour qui ?

Si le taux d’emploi augmente, le taux d’embauche, lui, a peu évolué comparé aux autres classes d’âge. Les difficultés à retrouver un poste restent plus importante chez les 50-64 ans que pour les autres catégories de travailleurs. En d’autres termes, là où les politiques successives de maintien dans l’emploi ont porté leurs fruits, on ne peut pas dresser le même bilan concernant les dispositifs consacré au retour à l’emploi. Ainsi, même si le taux de chômage des seniors est statistiquement moins élevé que chez les autres classes d’âge (6,4% contre 9,2% au niveau national), leurs chances de retrouver un emploi restent moindre et le risque de chômage de longue durée beaucoup plus marqué.

Dans le même temps, la précarité continue de s’imposer. Les recours aux CDD sont de plus en plus nombreux : 88 % des embauches des 55-59 ans et 90 % des 60-64 ans se font en CDD (83 % pour les 40-44 ans). Selon les derniers chiffres de l’Insee, les fins de CDD sont même devenues le principal motif de départ des seniors, devant les départs en retraite.

Davantage de temps partiels

Qui dit allongement des carrières dit aussi hausse des temps partiels. 1 senior sur 5 ne travaille pas à temps complet. Un chiffre en hausse de plus de deux points alors que le temps partiel reste stable chez les autres catégories d’actifs.

Avant 55 ans, ce rythme est souvent subi. Mais pour interpréter cette augmentation des temps partiels, le niveau de retraite reste le principal indicateur. Parmi les plus de 55 ans, ceux qui touchent déjà une pension sont aujourd’hui nombreux à exercer une activité partielle (63,2 %). Cette reprise d’activité sert le plus souvent à compléter des revenus de retraite jugés trop faibles (1 294 euros nets par mois en moyenne selon la Drees – Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques).

Pour autant, parmi les 50-64 ans qui voient leur vie active se prolonger et qui font le choix d’un temps partiel, il y a ceux qui agissent pour des raisons de santé liés à l’âge (en particulier les ouvriers et autres travailleurs davantage impactés par la pénibilité), mais aussi ceux qui souhaitent profiter de davantage de temps libre.

(istockphoto.com/Nastasic)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. ch
    6 octobre 2018 - 13h26

    bonjour
    Licenciée à 55ans, pôle emploi m’a permis d’avoir 2 CDD mais, de 20h hebdo seulement…
    =>prolongation de durée indemnisée mais.. allocation fortement réduite du fait du petit salaire sur 20h hebdo.
    57 ans : clairement, certains me l’ont dit ou me l’ont fait comprendre… :
    ‘trop prêt de l’âge de la retraite’…
    Très souvent bien que ce soit des cdd, il exigé d’avoir le ‘bon diplôme’ ou de ‘hautes études’ après le Bac (Bzc +3 ou +5)
    L’expérience n’est pas ou peu considérée…
    Il y a de + en + de jeunes employeurs : ils n’ont pas assez de recul pour estimer réellement l’expérience d’un ‘sénior’ ou certains en ont peur (si, si)
    ou, ça s’est déjà vu, sont jaloux de ne pas en savoir autant… et finissent par licencier ‘le sénior’ qui est trop différent d’eux/d’elles…(on m’a même indiqué « la jeune responsable de service préfère 1 personne plus jeune qu’elle, ce, pour être à l’aise.. souvent les CDD sont suivis de CDI… donc pour des plus jeunes qui ‘peuvent avoir un « avenir plus long » ‘…
    je n’ai finalement trouvé qu’1 CDD dans une association pour travailler en périscolaire ouf… « c’est toujours ça » me suis-je dit… mais ce n’est que quelques hebdo. et je ne suis pas payée pendant les vacances scolaires… ce contrat cdd redémarre chaque année scolaire… !!
    j’ai un 2e cdd de 10h où je me suis vu ‘obligé’ de faire des heures supp. mais non payées… pour arriver à respecter une multitude de délais, de nombreuses tâches qui prennent du temps… jusqu’à bosser chez moi pour rien, juste pour garder ce job… de peur de le perdre..
    Du coup comme je travaille peu d’heures mon allocation chômage a encore été fortement réduite et à 59 ans et 6 mois je me retrouve avec non pas 11€ l’heure mais 12€ par jour sauf si je travaille et perçois un salaire supérieur à11€×Nbre de jours travaillés… le calcul est vite fait…
    je ne peux pas prétendre à retraite à 60 ans bien que travail dés 17 ans car je n’ai que 158 trimestres cotisés… La Carsat m’a dit : « vous n’avez pas assez travaillé » !!
    (ça fait plaisir…) j’ai subi 2 licenciements économiques..
    Je ne sais pas comment faire pour trouver un CDD de 2 ans pour arriver à 62 ans âge légal de ma retraite… j’ai peur que P.Emploi ne me donne plus d’alloc. … j’ai encore des traites pour les emprunts travaux pour notre maison… j’ai à peine de quoi faire mes courses ‘utiles’…
    De 1800€ net je suis arrivé à 350€ par mois…
    « Quelle solution puis-je trouver pour arrêter cette précarité et cette descente aux enfers et ne pas tout perdre de toute une vie… que j’ai tout de même bien travaillé… ce, à, un peu plus de 2 ans de ma retraite… ? ?? »
    Merci,
    C*

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.