Fermer
menu

La vérité sur les CV mensongers

Entre gonfler un peu ses expériences et bidonner totalement son CV, il y a une différence. Certains mensonges flagrants font la Une de l’actualité quand ils concernent des personnages très hauts placés.
Le dernier en date est assez cocasse : au Portugal, un escroc tout juste sorti de prison s’est fait passer pendant plus de six mois pour un brillant économiste. Invité régulièrement dans les médias pour commenter (et critiquer) la politique d’austérité du gouvernement, Artur Baptista da Silva s’était déjà fait passer pour un chercheur aux Nations Unies. Démasqué par un ancien camarade de classe, c’est ce qu’on appelle un cas d’école. Un exemple extrême qui montre que la supercherie la plus énorme peut passer comme une lettre à la poste.

46% des CV seraient bidonnés

Selon une infographie de Visual.ly, quasiment un CV sur deux (46%) contiendrait des informations mensongères. Et 70% des étudiants seraient prêts à truquer leur CV pour décrocher un job…
Bien sûr, il ne s’agit pas de mensonges énormes, mais plutôt d’arrangements avec la vérité. Ainsi le bidonnage le plus courant concernerait les prétentions salariales. On gonfle un peu son dernier salaire pour être sûr d’obtenir un peu plus que prévu, c’est le jeu. Deuxième mensonge le plus courant : les descriptions de postes un peu enjolivées, histoire de rendre la mariée plus jolie. Enfin, on ment très souvent sur les dates des précédentes expériences, sûrement pour dissimuler les trous de son parcours. Bien sûr tout cela ne sert à rien, quelques recoupements suffisent aux recruteurs pour découvrir le pot aux roses.
Mais il y a plus grave, certains candidats vont en effet jusqu’à fournir de fausses recommandations professionnelles et s’attribuer des diplômes qu’ils n’ont pas obtenu…

Selon les chiffres avancés par cette infographie, 4,1% des candidats à un emploi ont déjà bidonné une fois leur CV et près de 10% avouent avoir déjà triché plusieurs fois sur un CV. 12,9% ne l’ont jamais fait mais y ont déjà songé et une forte majorité (73,5%) confessent que jamais ils n’ont menti. D’autres études corroborent ces chiffres avec une proportion d’environ 14% de chercheurs d’emploi qui auraient déjà menti sur le CV ou pendant un entretien. Mais est-ce que les personnes sondées disent vraiment la vérité ? C’est une autre histoire.

 

the-truth-about-lying-on-resumes_50edf9d46d402_w587

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Caroline Vincelet
    6 février 2013 - 10h07

    Bonjour,

    Très bon réflexe d’avoir comparé aux chiffres en France. Les comportements peuvent changer selon les valeurs culturelles.

  2. bENVOYONS
    6 février 2013 - 23h03

    Il serait intéressant de faire la même étude sur les offres d’emploi publiée par les entreprises : intitulé de poste pompeux pour une réalité bien terne, fourchette de salaire différente de celle annoncée en entretien, entreprise forcément leader de quelque chose, difficultés économiques omises et voir, pour les plus perverses, fausses annonces d’emplois pour faire croire aux concurrents que l’on embauche même en période difficile…

  3. jeconfirme
    7 février 2013 - 8h40

    Je confirme les propos de Benvoyons. Je pense qu’il serait judicieux d’aller mener une enquête auprès de ces entreprises qui offrent des « soit disant opportunités professionnelles » à un public de demandeurs d’emploi qui ne cesse de se battre quotidiennement pour trouver un poste digne de ce nom. On juge les candidats sur les méthodes peu orthodoxes qu’ils emploient pour décrocher un poste mais on ne parle pas, effectivement, des méthodes peu orthodoxes qui sont employées par les entreprises pour tenter de les séduire. Les entreprises, ne cessent de mentir(et je sais de quoi je parle puisque je suis confrontée à ce problème tous les jours), sur le réel intitulé du poste (je confirme souvent très pompeux), sur la rémunération réellement proposée etc…pourquoi jouerions-nous un jeu différent puisque les régles de ce jeu ont été pré-établies dès le début par les entreprises. Souvent j’ai l’impression de jouer à une véritable partie de poker ! Alors Messieurs les chefs d’entreprises, Directeurs des Ressources Humaines etc… ne vous plaignez pas d’être « manipulés » puisque c’est vous qui nous avez appris à jouer à ce jeu pervers. vous ne récoltez que ce que vous avez semé !

  4. pragmatisme
    7 février 2013 - 8h49

    Malheureusement les candidats à CV mensongers sont recrutés et les gens honnêtes laissés sur le bas côté. Il faudrait étudier aussi et sanctionner les annonces bidons et les sociétés qui utilisent les infos candidats de l’APEC pour constituer des bases de données « bankables » !

  5. FmR
    7 février 2013 - 9h18

    @BENVOYONS : vous avez raison dans le grand théâtre du recrutement chacun essaie de se présenter sous on meilleur jour et de la même manière que sur un CV on se montre sous son meilleur profil, les entreprises se « vendent » elles aussi du mieux possible. C’est le jeu.
    @Pragmatisme : sur la question des offres bidons je pense que c’est vraiment marginal, n’oubliez pas que les entreprises payent pour les diffuser, ça correspond à un vrai besoin.

29 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.