Fermer
menu
  • Gestion de carrière

La réforme des retraites point par point

Le gouvernement souhaite simplifier le régime des retraites via un système universel par points. Quelles différences avec le système actuel ? Age du départ à la retraite, régimes spéciaux... on vous explique tout.

Selon la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), en 2017, la pension moyenne s'établissait à 1 422 euros brut mensuels pour l'ensemble des retraités. (GettyImages/ChainarongPrasertthai)

Le système actuel

Il existe 42 caisses de retraite différentes. Le plus connu et courant est le régime général des salariés du privé : 80 % des salariés en bénéficient. A côté de cela, il y a la MSA (Mutualité Sociale Agricole) pour les travailleurs agricoles et le régime des indépendants (ex-RSI). A ne pas oublier la famille des régimes spéciaux : certains concernent la fonction publique, d’autres des entreprises et établissements publics (SNCF, RATP…) ou des professions libérales.

Chaque régime est régi par trois principes communs qui font l’esprit du système de retraite :

  • Obligatoire. Toute personne travaillant doit cotiser pour sa retraite, cela correspond aux cotisations prélevées sur le salaire brut.
  • Contributif. Les pensions de retraite sont proportionnelles au montant des cotisations versées durant sa carrière (50 % du salaire moyen des 25 meilleures années de carrière dans le régime général)
  • Répartition. Les cotisations des actifs paient celles des retraités. C’est la raison principale pour laquelle les gouvernements cherchent à réformer les retraites : en 2018, 1,7 actif cotisait par retraité contre 4 cotisants pour un retraité en 1960 et ce ratio devrait baisser à 1,5 en 2040.
  • Autre point commun aux retraités : il leur est actuellement possible de quitter leur emploi à 62 ans et de toucher une pension pleine après 42 années pour ceux nés après 1961. Si un actif n’a pas cotisé le nombre d’années nécessaire, il lui est toutefois possible de percevoir une retraite à taux plein à 65 ans ou 67 ans selon sa date de naissance.
À lire également :
La moitié des salariés part en retraite anticipée

1 422 euros de pension de retraite en moyenne en France

Selon la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), en 2017, la pension moyenne s’établissait à 1 422 euros brut mensuels pour l’ensemble des retraités (1 123 euros pour les femmes et 1 933 euros pour les hommes soit un écart de… 42 % !).

Fusion des systèmes de retraites

Actuellement, les pensions de retraite sont calculées en fonction du nombre de trimestres cotisés. La réforme des retraites souhaitent fusionner tous les systèmes en un seul par points afin d’aller peu à peu vers un système universel. Le nombre de trimestres cotisés sera donc remplacé par un « système universel » où chacun accumulera des points tout au long de sa carrière et où « un euro cotisé donnera les mêmes droits à tous ». Chaque jour travaillé permettra d’acquérir des points. Finie donc, la règle des 25 meilleures années pour les salariés du privé et des 6 derniers mois pour les fonctionnaires. Dans ce futur système, tout le monde cotisera de la même manière jusque 120 000 euros de revenu brut annuel. Les primes des fonctionnaires et des salariés des régimes spéciaux seront désormais prises en compte à 100%.

Il faudra travailler plus longtemps

L’âge de départ à la retraite est actuellement de 62 ans dans le régime général mais il est possible de partir plus tôt dans certains cas (carrière longue, pénibilité …). Actuellement un peu plus d’un nouveau retraité sur 10 a plus de 65 ans quand il part à la retraite. A législation inchangée, la durée de cotisation nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein ne cesse de s’allonger et atteindra 43 ans en 2035, soit un départ à la retraite à 63,3 ans en 2030. Jean-Paul Delevoye, haut commissaire à la réforme des retraites propose dans son rapport sur la réforme des retraites que le futur système universel comprenne un âge d’équilibre assorti d’un système de décote/surcote, de 64 ans pour la génération née en 1963. Ce système par points remplacera les 42 régimes de retraite actuels et incitera au « prolongement de l’activité ». Si les assurés pourront toujours partir à la retraite à 62 ans l’âge du taux plein sera le même pour tous contrairement à aujourd’hui (entre 62 et 67 ans).

Un minimum retraite augmenté

Le rapport de la réforme des retraites préconise de garantir dans le futur système universel un minimum de retraite égal à 85 % du Smic net contre 81 %pour les salariés et 75 % pour les agriculteurs.

La fin des régimes spéciaux ?

Ces derniers bénéficient aujourd’hui du calcul de leur retraite sur leur salaire des six derniers mois contre les 25 meilleures années pour les non bénéficiaires. Si le système universel doit entraîner la fin progressive des régimes spéciaux, des départs anticipés seront conservés pour les militaires qui pourront bénéficier de points supplémentaires et les fonctionnaires ayant des fonctions dangereuses dans le cadre de missions régaliennes.

Une réforme qui entrera en vigueur en 2025

Le futur régime pourrait commencer à s’appliquer à partir de 2025 avec une transition de 15 ans.

Pourquoi elle fait débat

Le gouvernement souhaite rebâtir le système de retraite. Mais le projet de système universel suscite une large opposition des syndicats et de nombreuses professions qui appellent à une mobilisation massive jeudi. Selon les opposants au projet, le nouveau calcul des pensions sera moins disant pour les parents de familles nombreuses, les mères de familles ayant connu des interruptions de carrière, les cadres supérieurs…. De plus ce nouveau calcul serait défavorable car il se base sur l’ensemble de la carrière et non plus sur les 25 meilleures années. Enfin, la pénibilité et les carrières longues ne seraient pas suffisamment prises en compte. Le 5 décembre est présenté comme un jour de grève reconductible, avec potentiellement des effets qui se prolongeraient jusqu’aux vacances de fin d’année.

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une