Fermer
menu

La qualité de vie au travail est-elle possible ?

AnactLa 7ème Semaine de la Qualité de vie au Travail démarre le 17 juin prochain et nombreux d’entre nous se demandent justement si la qualité de vie tant espérée n’est pas en danger. Heures supplémentaires rémunérées, allongement de la durée de la vie professionnelle, travail le dimanche… Certes, il ne faut pas dramatiser, mais tout salarié est aujourd’hui en droit de poser des questions sur ses conditions de travail. Car au-delà des effets d’annonces et autres campagnes de sensibilisation, qui se soucie vraiment du bien-être au travail, mis à part le salarié lui-même ?

Travailler trop nuit à la santé

Une étude britannique relayée par le quotidien Metro révélait récemment que travailler plus de 10 heures par jour augmente de 60% le risque d’accidents cardiovasculaires. Trop d’heures supplémentaires défiscalisées (« Travailler plus pour gagner plus ») ne seraient donc pas bonnes pour le coeur, ni pour le chômage d’ailleurs… Il est donc recommandé de ne point en abuser, 1 à 2 heures sup’ par jour suffirait à conserver sa pleine santé. Oui mais un autre « danger » plane : celui de l’allongement de la durée du travail…jusqu’à 63 ans. Et pour les salariés de certaines catégories professionnelles, il s’agit d’abord de savoir s’ils pourront travailler jusqu’à ce nouvel âge légal, et dans quelles conditions « leur âge » justement sera pris en compte.
Une semaine de réflexion

Du 17 au 25 juin 2010, ce sont les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) qui seront au coeur de la 7ème Semaine pour la Qualité de Vie au Travail organisée par l’Anact. Mais l’évènement permettra aux DRH, consultants, managers et salariés de se rencontrer et partager leurs expériences partout en France et sur tous les sujets d’actualité qu’ils souhaitent. L’Anact mettra cette année en lumière deux baromètres sur la qualité de vie au travail qui serviront à mesurer l’évolution de la perception de la qualité de vie au travail des salariés depuis 2009 et l’impact des bonnes pratiques. Un forum national « Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques : osons l’innovation » sera également organisée jeudi 17 juin et ponctué de débats, tables rondes, projections de films et ateliers thématiques… De quoi alimenter tous les débats.

Le site de la Semaine de la qualité de vie au travail : www.qualitedevieautravail.org

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. concierge durable
    18 juin 2010 - 18h19

    Parmi les idées à suggérer aux entreprises pour améliorer le bien-être au travail peut-être faudrait-il citer les conciergeries d’entreprise ?
    En apportant sur le lieu de travail un ensemble de services, elles permettent aux salariés de ne plus courir après le bureau pour se rendre au pressing, chez la retoucheuse, aller chercher le panier de légumes, faire laver la voiture le we…

    Elles évitent aussi de passer sa journée stressé(e) à penser qu’il faudrait trouver une nounou pour le petit dernier, une aide ménagère pour faire enfin un peu d’ordre à la maison, un jardinier pour rendre agréables les siestes estivales, ou un architecte pour se faire construire la maison de nos rêves.

    Par les temps qui courent, ajouter à tout ce bien-être, une dimension sociale, sociétale et environnementale semble une évidence également, car il n’y a pas de raison que le bonheur des uns ici, fassent le malheur des autres un peu plus loin.

  2. Chloé
    21 juin 2010 - 17h25

    Je suis tout à fait d’accord avec le commentaire précédent: re-créer du lien, de la proximité et faciliter le quotidien des gens.
    On passe la plus grande partie de sa journée au travail, il est donc important d’être soulager des petits tracas quotidiens. Une autre idée pour améliorer les conditions de travail serait de re-créer du lien en installant une bibliothèque, salon de thé au travail, des espaces de repos qui permettraient la récréation et donc la création, des lieux de vie en somme pour que les gens se rencontrent, échangent. Je pense qu’il y a beaucoup à faire pour améliorer la créativité et donc la compétence, la valeur d’une entreprise et que cela passe par une amélioration des conditions de travail et une revalorisation des salariés.

  3. Robin the hood
    25 octobre 2012 - 15h57

    Titulaire d’un Master 2 en gestion PME/PMI à forte connotation RH et après plusieurs expériences professionnelles, je me dois de casser un peu le mythe des super boss de PME en France.

    Des générations de professionnels comme Porter, Mayo, Herzberg, Maslow ont tous décrit les nécessités de la prise en compte du bien être des salariés.

    Malheureusement, la crise, les difficultés financières et surtout le manque de formation et de volonté des manager conduisent surtout à des situations catastrophiques en matière de RH (je n’emploie volontairement pas le mot gestion, car on en est très loin)!

    Beaucoup de PME gère le personnel comme un stock, mais avec peu de rigueur et souvent aucune formation.

    Les techniques de recrutement sont souvent bâclées et le reste, on s’en fout ! soit disant pas le temps…

    Alors là ou les grands groupes communiquent comme si leur avenir en dépendait, la grande majorité y fait une très grande impasse.

    On ne peut parler uniquement de la qualité de vie au travail, c’est trop restrictif, on devrait dire surtout « les qualités de vie » car elles sont multiples tout comme leurs contraintes. Il n’y a pas de « business model » unique !

    Le travail à faire pour les améliorer est aussi profond que le déficit de l’État, c’est dire ….

  4. Concierge Durable
    31 octobre 2012 - 13h14

    De toute manière, avec les outils d’aujourd’hui, il n’y a plus réellement de séparation entre vie pro et vie perso. Et les conséquences d’une mauvaise qualité de vie de l’une, se retrouveront dans l’autre vie.
    Le stress du travail se ressentira à la maison et vis versa.

    Alors oui, je suis bien d’accord, il faut parler de QUALITE DE VIE avant de parler de QDV au TRAVAIL, mais aussi et très simplement de VIE.

    Car la vie a changé. Les attentes des gens / leur vie ont évolué. La consommation a pris une si grande importance, aue certains pensent qu’il faut consommer pour montrer que l’on vit et au final cela crée de grosses frustrations dans le travail où l’on a l’impression de ne jamais avoir assez de rémunération pour satisfaire cette envie de consommer. Et, quand le travail a perdu de son sens, et que la VIE elle même, vouée à la consommation a perdu sons sens, il est urgent de remettre du sens dans tout cela, tout en apportant une assistance quotidienne aux ménages. car le temps domestique a lui aussi baissé (du fait du travail des femmes, et je ne suis pas contre bien sûr!)et pourtant, il reste toujours la même masse de travail à réaliser à la maison.

  5. bénédicte
    25 juin 2014 - 15h20

    il y a des entreprises qui entreprennent une démarche de qualité de vie de travail, initiée par un projet participatif et collaboratif, évaluée par des indicateurs de suivi des plans d’action, pilotée par un well-being manager : voir L’amélioration de la qualité de vie au travail : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=472

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.