Fermer
menu
  • Qualité de vie au travail

La prime de mobilité de 400 euros bientôt offerte aux covoitureurs ?

Lundi 18 mars sur RMC, Elisabeth Borne, ministre des Transports s’est prononcée en faveur d’une prime mobilité durable versée obligatoirement aux salariés qui effectuent les trajets domicile-travail en covoiturage ou à vélo. En effet, dans le cadre du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) les salariés du privé qui utilisent un vélo pour aller au travail pouvaient compter cette année sur un chèque de 400 euros dans le cadre d’un forfait mobilité durable. Fin novembre, la ministre des Transports annonçait que le forfait mobilité serait étendu aux salariés covoitureurs. Ce dispositif de soutien reposait sur le volontariat des entreprises qui souhaitaient l’adopter. Il pourrait donc devenir obligatoire.

Une situation injuste pour les covoitureurs

Le gouvernement demande un nouvel effort aux entreprises pour favoriser le pouvoir d’achat et la mobilité de leurs salariés.
Dans le cadre du projet de loi d’orientation des mobilités en cours d’examen au Sénat avant de revenir à l’Assemblée nationale, la ministre des Transports, Elisabeth Borne suggère que la prime mobilité durable de 400 euros, initialement offerte sur la base du volontariat par les entreprises à leurs salariés qui effectuent les trajets domicile travail à vélo ou en covoiturage devienne obligatoire. La ministre argue du fait que cette situation est injuste par rapport aux salariés contraints d’effectuer ce trajet en voiture parce qu’ils ne bénéficient pas d’un réseau de transports en commun pratique.

Une prime exonérée d’impôts et de charges sociales

Les salariés des grandes villes bénéficient en effet de mesures de semi-gratuité applicables pour les utilisateurs des transports en commun. Ainsi à Paris, l’employeur doit rembourser 50 % du pass Navigo de ses salariés. Idem à Lyon. Pour faire bénéficier ceux qui travaillent dans des zones moins denses d’avantages analogues à ceux des salariés des grandes villes, Elisabeth Borne propose donc d’assortir un caractère obligatoire au versement de la prime mobilité durable, qui avait été réservée aux utilisateurs de vélo dans sa première version. Pour rappel, la prime mobilité durable de 400 euros, offerte aux covoitureurs ou aux cyclistes, serait entièrement exonérée d’impôts et charges sociales.

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.