Fermer
menu

Cupidon fait sa loi au travail

Loi de cupidonC’est bientôt la Saint-Valentin, l’occasion de vous parler de la Loi de Cupidon au travail. Une théorie développée par Loïck Roche dans un livre paru aux Editions de l’Organisation en 2007 mais toujours d’actualité. Car les histoires d’amour au travail sont légion. D’après cette loi en effet « chaque homme et chaque femme, en fonction de son ancienneté et du nombre de personnes que compte son environnement professionnel, va développer un nombre précis de relations intimes sur son lieu de travail… »

Amour, Gloire et Statistiques
Pour savoir combien de relations intimes vous connaîtrez, il suffit d’appliquer cette formule statistique : Prenez le nombre de salariés, multiplier par l’ancienneté moyenne dans l’entreprise et divisez le tout par 7 (ne me demandez pas pourquoi). Ensuite, prenez ce résultat, multipliez le par 3 et divisez-le par le nombre total de salariés de l’entreprise. Si vous avez tout compris vous obtiendrez le nombre de d’histoires d’amour au bureau par collègue. C’est pas clair ? Prenons un exemple : vous travaillez dans une entreprise de 100 personnes, la moyenne d’ancienneté est de 4 ans. Le calcul est simple : (100×4) : 7 = (57 et des poussières x 3) :100. Soit au final 1,71 relations sexuelles. Bon allez on arrondit à 2 !
Comme tout cela n’est pas forcément romantique on se rattrape avec un très beau court-métrage de Patrick Hugues : Signs. L’histoire d’un coup de foudre à distance entre deux salariés où il n’est pas uniquement question d’amour (à regarder jusqu’au bout !). Elle est pas belle la vie de bureau ?


Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. polo
    12 février 2010 - 14h36

    la formule revient tout simplement à multiplier l’ancienneté par 3/7… je ne sais pas d’où elle sort mais elle est douteuse…

  2. polo
    12 février 2010 - 14h38

    en fait ça revient à dire que plus les salariés restent longtemps dans l’entreprise (en moyenne), plus ils ont de relations intimes au bureau. ça parait assez simple mais rien de très passionnant…

  3. polo
    12 février 2010 - 14h43

    cela dit le court-métrage est très beau.

  4. FmR
    12 février 2010 - 14h48

    @Polo : je me suis peut-être gouré dans les calculs les explications sont pas tjrs très claires, seul compte le résultat 😉 A voir aussi l’article de Libé : http://www.liberation.fr/vous/01019

  5. Romain Touret
    12 février 2010 - 16h19

    C’est quand même bizarre ce truc pour plusieurs raisons :

    1- ce calcule ne laisse pas de place à la fidélité : c’est peut être un peu naïf mais je pense que même en 2010 il est encore possible de trouver des hommes ou des femmes qui ne trompent pas leurs moitiés.

    2- Cette formule ne tient pas compte de la proportion d’homme et de femme dans les entreprises. Ainsi dans les entreprises essentiellement masculines ou féminines ce calcul laisse entendre que les salariés s’adonneraient à des pratiques homosexuels.

    3- Enfin, en tant que « grand mathématicien », je me dois de m’offusquer de ce modèle statistique qui ne prend pas en compte suffisamment de paramètre pour pouvoir être généralisé.

    Bon sinon trêve de plaisanterie, le court métrage est très sympa…

2 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.