Fermer
menu

La guerre des talents aura-t-elle lieu ?

Depuis des années, le papy-boom et son cortège de départs en retraites est annoncé comme une solution radicale au chômage, notamment celui des jeunes. Des milliers de postes libérés, des centaines d’opportunités d’évolution pour les jeunes ambitieux qui attendent que leurs chefs soient gentiment poussés vers la sortie. Aujourd’hui quelle est la situation ?

Il est vrai que dans certains secteurs, la pyramide des âges particulière et un certain attentisme face à cette révolution démographique se conjuguent pour ouvrir les vannes du recrutement. Dans la banque, les assurances et même l’informatique, une génération laisse sa place et les entreprises s’arrachent les jeunes diplômés pour la remplacer. C’est ce qu’on appelle la « guerre des talents ».

Mais la plupart du temps, les départs à la retraite sont une bonne opportunité de réduire la masse salariale, sans licenciement. Dans ce cas-là, la « guerre des talents » prend un autre sens, une lutte sans merci entre les candidats pour obtenir les meilleurs postes. Sans aller jusqu’à la version américaine de ce conflit, illustrée par la vidéo ci-dessous, ce vocabulaire militaire pose des questions.

Opposer deux générations n’est jamais une bonne chose, surtout lorsqu’elles sont les plus concernées par le chômage. Le libéralisme doit-il se résumer à une guerre économique permanente laissant de côté les salariés « usés », aussitôt remplacés par une cohorte de jeunes diplômés prêts à tout accepter pour se faire embaucher ? Comme la « chair à canon » du siècle dernier, les candidats montent au front de l’emploi la fleur au fusil avant d’être rapidement désemparés par la violence sociale qui leur éclate au visage.

Ne faudrait-il pas appeler plutôt à une paix des braves entre les plus expérimentés, les séniors, et les plus jeunes candidats. Cette alliance faciliterait la transmission des savoirs et assurerait en douceur la transition générationnelle. Un peu utopique je vous l’accorde, mais une société qui croit encore au mythe du plein emploi n’a-t-elle pas le droit de rêver ?

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.