Fermer
menu

La GAE, une 3ème voie entre GPEC et plan social

CercledrheuropeensA l’heure où les plans sociaux se multiplient, le Cercle des DRH européens plaide pour une troisième voie entre GPEC et PSE : la gestion active de l’emploi (GAE).
Partir des pratiques du terrain pour sortir des querelles idéologiques, c’est ce que propose le Cercle des DRH européens pour réformer le marché du travail. Avec comme maître-mot : l’anticipation. Une anticipation déjà mise en oeuvre à travers les démarches de GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) qui ont fleuri dans beaucoup d’entreprises ces dernières années.

Mais ces prévisions se heurtent aujourd’hui aux difficultés économiques des entreprises. « Aujourd’hui beaucoup d’entreprises ayant mis en place des accords de GPEC anticipatrice butent sur l’absence de cadre juridique et, au moment où des difficultés se présentent, pour sécuriser leur démarche, abandonne leur approche négociée et innovante pour revenir au classicisme du PSE, sécurisant pour l’entreprise mais anxiogène pour le corps social » estime le Cercle des DRH européens qui propose du coup une formule nouvelle entre GPEC et Plan social. Une proposition faite lors d’une conférence organisée le 5 décembre dernier par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

La GAE, une alternative négociée

Mais en quoi pourrait consister cette Gestion active de l’emploi (GAE) ? Le Cercle des DRH européens l’explique dans un communiqué. Au préalable, la GAE devrait notamment être prévue dans l’accord de GPEC, être activée d’un commun accord par les signataires et n’intervenir qu’après un éventuel accord de maintien de l’emploi.
Concrètement la GAE donnerait les mêmes droits qu’un PSE et garantirait la même transparence pour les partenaires sociaux tout en étant fondée sur le volontariat des salariés. D’une durée de 12 mois, la GAE pourrait, selon le Cercle, répondre aux besoins des entreprises « confrontées à une baisse de charge prévisible (12 / 24 mois) ou à une désadaptation collective des qualifications d’une partie de leur personnel sur une période équivalente ».
Dans leur proposition, les DRH insistent sur le volontariat de la démarche et la continuité de l’emploi. Elle pourrait, selon eux, transformer la moitié des plans sociaux en solutions négociées en conciliant à la fois l’adaptation et la transformation des métiers avec la sécurisation des parcours professionnels.

Voir les propositions du Cercle des DRH européens.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.