Fermer
menu

« Critiquer ses collègues est bon pour l’entreprise »

Laurence bourgeois1Et si râler contre son chef, ses collègues, la direction était un comportement utile à l’entreprise, voire un signe de performance au travail ? C’est le point de vue développé par Laurence Bourgeois dans son ouvrage Éloge de la critique et des jeux de pouvoir en entreprise. Contre toute attente, elle estime que les salariés les plus virulents sont aussi les plus impliqués au sein de leur société et les plus créatifs. Plutôt que de chercher à contraindre ces personnalités, les managers auraient ainsi tout intérêt à laisser prospérer les rumeurs et autres ragots, nous explique l’auteur de cet ouvrage détonnant.

Selon vous, chacun d’entre nous présente deux faces : l’une souriante, l’autre beaucoup plus critique…

Elogecritique En effet, nous évoluons tous sur deux scènes bien distinctes, selon que nous sommes face à un public ou non. Devant le public, nous agissons de manière à nous faire bien voir, à être bien évalués. L’autre face est une personnalité totalement inverse. C’est un peu comme lorsqu’en croisant notre chef dans le couloir, nous le gratifions d’un large sourire superficiel pour le critiquer de plus belle dès qu’il a le dos tourné.

C’est particulièrement vrai dans le monde du travail…

L’entreprise est un milieu où la culture de la performance est toujours plus marquée et ce quel que soit le domaine d’activités dans lequel nous travaillons. Pour se valoriser, les individus ont alors tendance à rabaisser l’autre. Cela a aussi une fonction cathartique : c’est une source de satisfaction qui permet de libérer du stress et de l’énergie. Faire du mal à l’autre, que cela soit conscient ou non, est une manière de prendre du plaisir. Individuellement, cela permet également de se protéger : en critiquant autrui on évite de parler de soi, de se découvrir. Et puis, la critique crée du lien en entreprise, on se retrouve à la machine à café pour partager les dernières rumeurs et potins…

Vous expliquez également que la critique est un facteur de performance au travail, pourquoi ?

A mon sens, les personnes les plus critiques sont aussi celles qui sont le plus impliquées dans l’entreprise. Que l’on dénigre son chef, les décisions prises par la direction ou encore les tenues vestimentaires de ses collègues prouve un fort intérêt pour son environnement de travail. Ensuite, les collaborateurs les plus virulents sont aussi souvent des personnes intelligentes, qui décèlent finement les jeux de pouvoir. Le plus souvent, ils sont dans la course à la performance et mettent autant d’énergie dans la critique que dans leur travail. Ce sont également des individus créatifs qui osent sortir du cadre et sont capables de remettre en cause la culture des entreprises, notamment celle prônant l’esprit de groupe, la bienveillance. Autant de valeurs qui enferment les collaborateurs dans des modes de pensée standards et stéréotypés. Les personnes critiques sont, elles, « out of the box ».

Par rapport à ces comportements, comment la direction doit-elle réagir ?

S’il y a trop de vers critiques, ils finissent par pourrir le fruit, donc ça n’est pas constructif. Mais dans le fond, plutôt que de penser que ces attitudes sont délétères, les managers auraient au contraire intérêt à en tirer bénéfice, d’autant que ces comportements permettent au final de construire un lien social que les entreprises peinent de plus en plus à assurer.

 »Éloge de la critique et des jeux de pouvoir en entreprise », Editions Eyrolles, 144 pages, 19 euros.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Adrien
    10 juin 2013 - 11h31

    C’est une vision qui a le mérite d’exister et je suis d’accord avec plusieurs éléments de l’analyse. Cependant, il faut également veiller à ce que les personnes qui prennent petit à petit du pouvoir ne rendent pas les autres employés moins performants !

  2. Abigael
    11 juin 2013 - 6h31

    Eloge de la médisance et de a betise en somme ! C est l article le plus stupide que j ai lu jusque là! Le monde de l entreprise n est-il pas assez cruel aujourd hui avec ce culte de la performance ? Laurence Bourgeois voudrait encourager les ragots, le persiflement, les mauvaises langues, les rumeurs et qui sait quel autre travers de l homme vil et pervers. Voilà qui nous promet de belles années avec nos collègues ! Apres les Managers psychopathes, les employés langues de vipères!!! Les éditions Eyrolles publient vaiment n importe qui !!!!

  3. Xavier Richou
    11 juin 2013 - 9h02

    Totalement inepte. De la confusion entre critique gratuite et esprit d’analyse. Les entreprises ont besoin de collaborateurs doués du second au mépris de la première. Depuis quand est-il nécessaire de critiquer l’individu pour manager une équipe au profit de l’entreprise et au service du client. Cet article est une apologie de la machine à café !!

  4. lucile
    11 juin 2013 - 10h27

    c’est n’importe quoi : ce sont les plus virulents, vindicatifs qui … en font le moins la plupart du temps – A part brasser du vent, efficacité 0 !
    Quand à l’ambiance véhiculée par ce genre de personnes, sincèrement çà ne pousse pas à la performance

  5. jen
    11 juin 2013 - 10h34

    c’est très grave! Aujourd’hui plus que jamais il fait humaniser les rapports en entreprise! Et quand les gens/employés/humains travaillent non pas pour la simple performance mais pour la force intérieure qui les poussent à travailler et être créatifs, à exprimer leur talents on aura moins de crises (financières;politiques;sociales) mais
    aussi des individus qui ayant trouvé un équilibre en soi soient les plus « performants » pour les autres et tout ce qui les entoure. Madame, vous ne croyez pas en la pensez positive, en l’esprit d’équipe, en l’échange et le partage, en les vrais rapports humains …

13 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.