Fermer
menu

L’emploi des seniors victime de la crise

Le gouvernement vient de renoncer à sanctionner les entreprises qui n’auraient pas mis en place de plan pour l’emploi des seniors au 1er janvier 2010. Une mesure pourtant prévue dans le plan pour l’emploi des seniors. Selon le journal Les Echos, les décrets d’application qui étaient dans les tuyaux depuis janvier ne seront donc jamais publiés. Exit la cotisation (sanction ?) de 1% sur la masse salariale initialement prévue « pour les sociétés qui ne trouveraient pas un accord sur l’emploi des salariés âgés ».
Une mesure qui passe à la trappe en raison du contexte économique. L’emploi est au plus mal, l’emploi des seniors apparemment ce n’est même pas la peine d’y songer, même si Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’emploi affirme que « le décret est toujours à l’étude ». Pour mémoire, une mesure précédente pour l’emploi des salariés âgés a déjà été un fiasco total : le CDD senior. Que reste-t-il de ce plan aujourd’hui ? Un site internet. Au vu de la situation, on peut se demander si la dispense de recherche d’emploi (DRE) ne va pas revenir à la mode… Difficile dans ces conditions d’améliorer le taux d’emploi des 55-64 ans en France qui reste l’un des plus bas en Europe.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Corinne
    6 avril 2009 - 17h56

    On parie qu’après les seniors, ce sera les femmes ? Et que le gouvernement renoncera à sanctionner les entreprises qui n’auront pas trouvés une solution pour résorber les écarts de salaires hommes/femmes au 1er janvier 2010 ?
    La crise a bon dos…

  2. Véronique
    7 avril 2009 - 9h39

    Sans aller jusque là (cf Corinne), je pense aussi que cette crise à bon dos.

  3. FmR
    8 avril 2009 - 15h54

    Oui malheureusement les chantiers autrefois prioritaires passent au second plan, c’est le cas pour bien d’autres choses : l’environnement, le pouvoir d’achat, la précarité. On se demande parfois si la crise n’est pas un bon moyen cyclique pour maintenir un statu-quo. Et puis dire que c’est toujours à l’étude n’engage à rien. C’est triste.

  4. France
    9 avril 2009 - 8h54

    « En France, le taux d’emploi des personnes de 55 et 64 ans se situe autour de 38%. Il est inférieur à la moyenne européenne, qui est à 43,6%, et au taux d’emploi des seniors des principaux pays partenaires (Allemagne, Etats-Unis, Royaume-Uni notamment). Cette caractéristique s’explique principalement par l’existence en France d’une rupture importante entre 59 et 60 ans, le taux d’emploi passant de 42% à 59 ans à 25% à 60 ans.

    Ces dernières années, plusieurs dispositions ont été mises en oeuvre afin de favoriser une augmentation du taux d’emploi des seniors (réforme des retraites de 2003, mise en oeuvre d’un plan national d’action concerté pour l’emploi des seniors 2006-2010…). Ces différentes initiatives s’inscrivent notamment dans le cadre des objectifs fixés aux sommets de Lisbonne (mars 2000) et de Stockholm (mars 2001) visant à porter à 50% le taux d’emploi des travailleurs âgés de 55 à 64 ans. Dans cette même logique, le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 a prévu un dispositif destiné à inciter les branches et entreprises à négocier des accords seniors et à s’engager sur des objectifs chiffrés. Plusieurs axes de négociation sont envisagés, dont un concernant le tutorat et la transmission des savoirs. » (Mars 2009 – Rapport du secrétaire d’état B. Masingue -également directeur de la formation Véolia Environnement, le mélange des genres sur la page de garde du rapport me titille un peu).

    L’allongement de la durée de vie, de celui des carrières (loi Fillon) va nécessairement entraîner une évolution des mentalités dans les entreprises. Moins vite qu’un quota, je suis d’accord, et pour certains d’entre nous, il est peut-être déjà trop tard, le critère d’âge définissant la notion de Sénior fluctuant entre 45 et 60 ans suivant les organisations et les circonstances. La fameuse crise n’est qu’un révélateur des inégalités qui n’ont cessé de se creuser depuis l’avènement de l’ultra-libéralisme mondial. On ne peut pas prôner le profit d’une main et être humaniste de l’autre.

    Fô que j’arrête de réfléchir dès le matin … ça fait refroidir mon café et ça me colle le bourdon.

  5. Frédéric Serrière
    13 avril 2009 - 12h58

    La loi devait pénaliser les entreprises qui ne favorisent pas les 54-65 ans. Autrement dit les entreprises devaient payer une pénalité si elles n’avaient pas conclu de plan d’action en faveur de l’emploi des seniors.

    Avec la crise et la situation délicate de nombreuses entreprises, le gouvernement semble avoir décidé de ne pas publier les décrets d’application.

    Est-ce une bonne décision ?

    Oui, si on lit la plupart des études sur le sujet de l’emploi des Seniors qui indiquent que les pays ayant pris des mesures d’âge spécifique concernant les Seniors mais aussi les jeunes, sont les pays qui présentent le plus fort taux de chômage chez les Seniors et les jeunes. Par mesure d’âge, j’entends par exemple : les contrats spécifiques pour les salariés Seniors, les mesures réservés à une catégorie d’âge ou encore des mesures de sanctions vis à vis des entreprises. Soit justement ce que prévoyait cette loi. En effet, les mesures d’âge ont tendance à augmenter les problèmes, en créant encore plus de barrières entre les générations.

    Alors faut-il ne rien faire ?

    Non biensûr. Mais cependant, changer la situation de l’emploi des Seniors demande un changement complet de mentalité des français, des salariés et des employeurs sur ces questions. Il est nécessaire d’arrêter les mesures d’âge et de lancer un plan d’actions afin de changer les croyances vis à vis des salariés Seniors.

    Quelles sont ses croyances ? : les Seniors coûtent trop chers, n’arrivent pas à s’adapter, sont moins productifs et moins dynamiques, etc. Or les études sérieuses sur ce sujet montrent que ce n’est pas le cas et même souvent l’inverse : par exemple, une personne de 55 ans sans enfant est moins stressée qu’un père ou une mère de famille qui a plus de préoccupations
    De plus comme je le dis souvent. Une personne de 56 ans est considérée comme inadaptable, lente, réfractaire à la nouveauté et ceci dans la journée. Par contre, dès la fin du travail, à 18h01, cette même personne est un consommateur « jeune Senior », dynamique, branchée… Evidement on parler de la même personne.

    Pour changer les mentalités, il ne faut pas refaire les erreurs de communication comme la campagne de publicité de 2007 et 2008. Il est nécessaire de prendre exemple (notamment) sur le Québec et de faire expliquer par chacune des générations, ce qu’elle apporte aux autres génération. Concrétement, expliquer à un jeune manager, ce que les salariés Seniors peuvent lui apporter et en quoi est-ce que la présence de Seniors dans son équipe va lui permettre d’améliorer sa propre carrière.

    http://www.fredericserriere.com

5 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.