Fermer
menu

Egalité hommes-femmes : étude comparative dans 28 pays

EgalitefrancequebecL’égalité hommes-femmes reste une source intarissable d’études et de débats, la preuve avec cette nouvelle enquête franco-québécoise : « Vers l’égalité entre les femmes et les hommes : comparaison Europe-Amérique du Nord », un état des lieux de la situation des femmes en 2007, dans vingt-huit pays répartis sur deux continents (à lire en annexe).

« Elles ont conquis la maîtrise de leur fécondité et plus généralement le droit de disposer de leur corps. Elles ont profité de la démocratisation de l’enseignement secondaire et supérieur. Elles ont résolument rompu avec leur statut de femmes au foyer en prenant leur place sur le marché de l’emploi. Enfin, leur nombre n’a cessé de croître dans les fonctions de responsabilité économique et politique. » Tout n’est pas négatif, certes, mais cette étude comparative émet une réserve : un plus fort taux d’emploi des femmes n’est pas synonyme d’emploi de qualité.

Un taux d’emploi partiel

Si dans beaucoup de pays le taux d’emploi des femmes a progressé, le travail à temps partiel a lui aussi augmenté, qu’il soit subi ou volontaire. Alors qu’il recule légèrement ou se stabilise en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada) ainsi que dans certains pays d’Europe comme la France et le Portugal, il se développe de plus en plus en Europe germanique (Benelux, Allemagne), ou encore en Italie. Toutefois, dans ces pays, il se développe aussi chez les hommes.

Des écarts de salaire

Partout, les écarts de salaires, pourtant faibles en début de carrière, sont finalement à la défaveur des femmes. Constat en Union Européenne : le taux de femmes actives se concentre sur un nombre limité de professions et de secteurs, moins bien payés. Quel que soit le continent, les femmes gagnent donc moins que les hommes. Un taux plus ou moins élevé selon les pays : 23% de moins aux Etats-Unis, – 16% au Canada, – 12% en France, – 7% en Belgique, – 4% à Malte… En France, cet écart n’a pas bougé depuis 10 ans, contrairement à d’autres pays qui l’ont vu se réduire.

Le « temps total contraint »
L’étude amène enfin la notion de « temps total contraint », soit le cumul des temps professionnel et domestique, très souvent plus élevé pour les femmes. On constate cependant un quasi équilibre des temps sociaux en Suède, Finlande, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Etats-Unis ainsi qu’au Canada. Signe encourageant, les femmes sont plus nombreuses qu’avant à être actives à l’âge où elles élèvent des enfants.

Mais un constat des chercheurs franco-québécois est sans appel : l’écart entre le taux d’emploi des femmes et des hommes sans enfant est faible dans tous les 28 pays en question mais la présence d’un enfant de moins de 6 ans fait littéralement chuter le taux d’emploi des femmes et augmenter celui des hommes.

La difficulté et l’enjeu de concilier vie personnelle et professionnelle n’est donc pas l’apanage de la France. Aujourd’hui, cette étude supplémentaire le montre, la prise en compte de la maternité dans la sphère professionnelle constitue l’enjeu central du maintien et de la promotion des femmes sur le marché du travail.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Enaco
    27 juillet 2009 - 15h22

    Les femmes sont de plus en plus présentes dans la vie de chacun. Et je trouve que c’est une bonne chose. J’espère que l’amélioration des conditions de la femme au travail continuera à s’améliorer!

  2. jessyca
    29 juillet 2009 - 13h55

    Le pire, c’est qu’on le sait! et qu’on trouve ça normal à force…

    M’énerve!

  3. déguisement
    1 décembre 2009 - 22h18

    Ne nous reposons donc pas sur des acquis, certes peu négligeables : l’égalité homme-femme n’est pas encore réalisée. Salaires, activités, stéréotypes : il reste beaucoup à faire, dans tous les milieux.

  4. lyralola
    15 décembre 2009 - 14h24

    -_- à quand un monde égalitaire !!! le pire c’est que cela recul -_- on y arrivera jamais !! il faut descendre dans la rue mais depuis que certains le font pour tout et n’importe quoi, cela n’a plus de poids auprès du gouvernement !

  5. anne
    10 septembre 2010 - 11h07

    la rémunération brute totale moyenne des femmes est inférieure de 27% ==> En terme de rémunération pur (même parcours, mêmes heures, etc.) la différence est de 5%, cette différence s’explique par le fait que les hommes s’investissent plus dans leur travail que les femmes (n’en déplaise à certains) et que par conséquent ils demandent plus souvent une augmentation. Mais si vous voulez mettre le doigt sur une inégalité flagrante entre les hommes et les femmes alors parlons de retraite. Une femme cotise autant qu’un homme (moins si elle a eu des enfants) alors qu’elle meurt plusieurs années après les hommes, par conséquent elle touche plus de retraite qu’un homme. Donc si on voudrait l’égalité il faudrait que les femme travaille au minimum 5 ans de plus que les hommes pour avoir une retraite pleine.

2 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.