Fermer
menu

Journal d’une quadra DRH au chômage

Quadra1« On ne dit pas chômage, ça fait moche et inactif, on dit transition professionnelle, ça fait chic et dynamique ». Dans son journal, Soizic Navalo, cadre supérieure, nous raconte de façon optimiste, comment elle a vécu sa période de chômage. D‘ »executive woman » en pleine ascension professionnelle, elle est devenue une « femme banale » sans emploi. La quarantaine, DRH dans un grand groupe depuis de nombreuses années, une restructuration de l’entreprise l’a obligée à  »s’autolicencier »*. Le comble !

Gare au « syndrome du chômeur triste »

Dans son récit, à la fois drôle et pétillant, elle raconte son expérience du chômage à travers de courtes chroniques, de la première semaine aux trois premiers mois en passant par les déjeuners entre copines et les entretiens d’embauches… Le reflet d’une tranche de vie remplie d’émotions et de rencontres. Et pour ne pas tomber « dans le syndrome du chômeur triste », elle a choisi le ton de l’humour. Elle partage ses craintes, ses doutes et ses coups de gueule sans oublier les bons moments passés en famille et le plaisir de retrouver du temps pour soi. Elle aborde aussi avec beaucoup de fantaisie le sujet « recrutement », les démarches auprès des cabinets, les entretiens d’embauche jusqu’à la reprise totale du travail…

Avec ce journal, Soizic Navalo cherche ainsi à décomplexer le chômeur en lui donnant quelques astuces pour vivre de manière positive sa quête d’emploi. Et si on en croit son expérience « on en ressort grandi ». En effet, selon Soizic, quand on a été chômeur « on a une sorte de conscience nouvelle qui vous fait classer dans un ordre différent ce qui est important et ce qui l’est moins ».

« Journal d’une quadra DRH au chômage » de Soizic Navalo, paru aux éditions Demos en avril 2013, 17€, 130 pages.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Ghadjo
    14 juin 2013 - 14h42

    Pas très visible sur le Net, Soizic Navalo… une petite lettre de motivation que je lui soumets.

    Madame, Monsieur,

    Préférez-vous embaucher un jeune de 51 ans ou un vieux de 25 ans ?

    Contrairement aux idées reçues, outre le fait qu’il bénéficie souvent de contrats avantageux pour l’entreprise, le jeune de 51 ans est un atout pour votre activité.

    Dans mon cas, vous constaterez que je suis opérationnel très rapidement, du fait d’une maîtrise avancée des outils informatiques et d’une aisance avec la communication orale, écrite, et relationnelle. Ma réactivité, ma capacité à réaliser plusieurs tâches conjointement, et mon endurance au stress, seront appuyés par un bilan de santé qui ferait rougir tout vieux de 25 ans.

    L’expérience transverse dont je dispose vous permettra à la fois d’optimiser mes fonctions quotidiennes en tant qu’opérationnel autonome, mais aussi si vous le souhaitez de contribuer au développement de votre activité par une polyvalence étendue : relations internes et externes, fonction administrative et organisationnelle, capacité à mener les dossiers et les projets, management. Bien sûr, la sagesse liée à mon âge sera un autre avantage, et je n’aurai aucune frustration à me cantonner à la fonction que vous m’aurez attribuée.

    L’inconvénient que vous pourriez détecter réside dans le coût et dans la place hiérarchique d’une telle embauche. Mais rassurez-vous. Le jeune de 51 ans est non seulement fréquemment motivé avant tout par le poste que vous lui proposerez, mais n’a pas d’autre ambition que de se mettre au service de l’équipe, sans souci d’ego. Il ne cultive pas les conflits, et au contraire joue un rôle important dans les relations internes, qu’il contribue à rendre dynamiques.

    Pas encore tout-à-fait convaincu ? Faites le test, il est gratuit, et vous pourrez apprécier les propos de cette lettre lors de notre prochaine rencontre.

    Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations cordiales.

  2. Ethis
    18 juin 2013 - 10h15

    Un sujet de livre original et très dans l’air du temps. Je suis curieux de voir comment sont traités les recruteurs et cabinets de recrutement dans l’ouvrage.

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.