Fermer
menu
  • Collègues

On a testé pour vous : le killer en entreprise avec 200 joueurs

Plus stratégique qu'une partie d'échec et plus amusant qu'un colin-maillard, le killer entre collègues !
Dans les coulisses de HelloWork : rare image des RH au lancement du jeu

Rare image d'une dev et d'un commercial au lancement du jeu(GettyImages/Lorado)

Voici venu décembre, ses guirlandes lumineuses, ses pulls moches et ses Secret Santa. Dans l’entreprise, c’est aussi une ambiance particulière, il faut boucler l’année, essayer d’atteindre les chiffres prévus ou terminer les derniers projets avant la pause ou la fermeture. Chez HelloWork, on ne déroge pas à la règle et décembre est un mois particulier, intense et plutôt joyeux. Cette année, les teams RH et marketing se sont lancées dans l’organisation d’un killer, avec la participation de TOUT le monde.

Les règles du jeu du killer

Un jeu à la mécanique simple et peu contraignante, qui n’oblige pas les esprits chagrin à se lancer corps et âmes dans la compétition. On peut même ne pas participer sans passer pour le Grinch, et ça c’est plutôt intéressant.

Concrètement, chaque participant se voit assigné une mission et une cible. Par exemple, Guirec doit faire croire à Théo que son pull est à l’envers. S’il réussit, il élimine Théo du jeu et récupère la mission du malheureux. De fil en aiguille, les joueurs sont moins nombreux et à la fin, il n’en reste qu’un.

via GIPHY

Votre mission si vous l’acceptez

Dans les missions, on trouve un peu de tout et sans surprise, avec 200 participants, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Un extrait de nos feuilles de mission ? Se faire complimenter sur son travail, faire parler un collègue en anglais, barrer le chemin d’un autre en imitant Gandalf.

via GIPHY

Mais tout le monde se connait chez HelloWork ?

Beaucoup d’énergie est consacrée à faire en sorte que ce soit le cas, mais avec des nouvelles recrues en continu et des collaborateurs répartis sur 3 étages, ce n’est pas toujours évident de suivre. Le killer a aussi été organisé pour ça. On peut donc tout à fait devoir faire faire un truc improbable à quelqu’un qu’on a croisé une fois, comme à un collègue proche ou à la DRH.

Bon courage à ceux qui écoperaient donc de la mission « mimer l’objet bouteille d’eau pour le faire deviner » et de la cible « big boss de la boîte ».

Bureau des paranos

Ce jeu est drôle pour plusieurs raisons, une des meilleures étant que tout le monde devient parano, voire se met à développer une culture du non : « Tu viens prendre un café ? » « non », « tu peux me remplir ce papier ? » « non », « tu peux prendre ce client au téléphone ? » « non », « tu peux signer l’avenant qui précise ton changement de poste et ton augmentation ? » « non »… Jusqu’ici l’entreprise survit, on verra ce qui nous attend au 31 décembre.

Côté stratégie, c’est pire qu’une partie de Risk ! Des amitiés improbables se créent, les compétiteurs montrent leur vrai visage et on constate que pour certains, l’essentiel n’est vraiment pas de participer. On a ainsi assisté à un très bel élan de solidarité pour que Fabian amène un croissant à Adé, chacun y allant de son conseil : « c’est pas la bonne stratégie », « c’est mort » ou « tu peux encore retourner la situation »… Résultat, le croissant a bien été remis à Adé et Fabian éliminé, jurant mais un peu plus tard qu’on ne l’y prendrait plus (et faisant probablement du vaudou sur des poupées à l’effigie de ceux qu’il a désormais affublé du doux surnom de « traîtres »).

Pour la fin de l’histoire et les anecdotes les plus fameuses, rendez-vous début 2020 !

 

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une