Fermer
menu

Serons-nous bientôt tous recrutés par des robots ?

Notre série « Tribune » propose aux experts des questions RH et aux acteurs du recrutement et de l’emploi de prendre la parole sur Mode(s) d’Emploi. Cette semaine, Jean-Baptiste Audrerie, psychologue organisationnel depuis 20 ans, executive advisor pour IBM Canada et auteur du blog Futurs Talents, revient pour nous sur le grand débat des robots au travail, et notamment dans le recrutement.

« Les algorithmes peuvent-ils remplacer les recruteurs ? Voilà une question passionnante ! Il y a deux grandes catégories de technologies au service du recrutement. D’abord, il y a les algorithmes mis en place dès les années 60 : ils fonctionnent grâce à la programmation et nécessitent la mise en place de nombreuses règles par les professionnels RH qui les utilisent. D’un autre côté, on trouve l’intelligence artificielle, qui fait également appel en partie au codage. Mais la différence est que ce système est capable d’apprendre au fur et à mesure. Chatbot, CV et vidéos d’entretiens d’embauches, etc. L’IA peut apprendre à analyser tout cela.

Le recrutement du futur est déjà là

Il ne faut pas croire que toutes ces technologies sont réservées uniquement à de grandes entreprises internationales :  la plupart d’entre elles sont proposées par des starts-up à un coût relativement modeste et elles se « louent » sous la forme de services de type cloud ou SaaS* (Software as service), ce qui permet à chacun d’y accéder … Que l’on soit une PME ou un grand groupe, il est donc possible d’intégrer l’intelligence artificielle dans le recrutement. Mais l’utilisation sera différente : un grand groupe va chercher de nouveaux outils de recrutement auprès de fournisseurs et va chercher à l’intégrer à son système SIRH (soit un logiciel tout intégré : paie, recrutement, mobilité…) alors qu’une entreprise de taille moyenne va chercher à transformer son expérience étape par étape via des services (entretiens vidéo en ligne, matching de CV…).

Découvrez Talent Detection : le logiciel SaaS gratuit de gestion de recrutement by RegionsJob

Les candidats sont-ils satisfaits de la manière dont les RH recrutent aujourd’hui ?

Sont-ils satisfaits de leur expérience candidat ? Et les managers et dirigeants d’entreprise le sont-ils ? Au regard du désabusement et du cynisme dont font preuve les candidats à l’égard des process de recrutement, il semblerait que nous puissions faire beaucoup mieux ! La soi-disant intuition des recruteurs cache en fait les nombreux travers dans les processus de recrutement. Si rien n’est standardisé, évalué métriquement, cela signifie que la plupart des recrutements aujourd’hui sont réalisés à partir d’un jugement partiel et arbitraire. Les recruteurs ont des habitudes, un univers, et donc des biais : d’appartenance, de perception, de décision… Le candidat doit entrer dans l’univers du recruteur pour pouvoir être considéré alors que la machine sera beaucoup plus objective dans le choix des futurs collaborateurs, du moment que l’on lui attribue des critères intéressants.

Les robots augmentent la capacité des RH à prendre de bonnes décisions

L’automatisation a du bon : elle libère les RH et leur fait gagner du temps au niveau administratif et leur permet de se concentrer sur les candidats. La machine est fiable : elle est capable de détecter des compétences dans un CV, dans un discours et de les analyser de manière objective et donc de comparer les candidats sur une base objective. Car il faut bien l’avouer : la fonction RH n’a pas encore réussi, à ce jour, à sortir de ce carcan administratif afin de repenser l’expérience candidats. Face à cela, l’intelligence artificielle permet d’harmoniser les processus, de garantir une équité, et d’objectiver des prises de décision. Les robots accélèrent le processus de recrutement et permettent de chercher les talents autrement. Il faut rester humble et se dire que l’on ne sait finalement que peu de chose sur notre psychologie au travail…

L’avenir ? Une expérience engageante pour le candidat comme le salarié

L’émergence de l’intelligence artificielle dans le recrutement prédit, à mon sens, une renaissance des comportements, avec un volume de données et des degrés de finesse jamais atteints jusqu’ici. L’IA peut aider les recruteurs à aller plus vite, à être plus efficace, à prendre les bonnes décisions. Mais également à être plus équitable et à chercher les talents là où ils sont, non pas à trouver les clones de profils stéréotypés.

Nous sommes à l’aube d’une transformation profonde des ressources humaines. Pour moi, le recrutement de demain se dessine selon trois grands axes :

  • Une expérience engageante pour les recruteurs
  • Le pilotage par les données : prédictif, personnalisable, automatisable
  • Un fort degré de personnalisation : une expérience unique, un design orienté candidat, une maximisation de l’utilisation des données…

Les robots n’auront d’utilité que si les RH repensent leurs process. Mais ils permettent libérer les RH pour laisser ces derniers se réinvestir dans un travail de relations avec les communautés, des développements des talents et de conseil. Le candidat veut aujourd’hui vivre une expérience différente mais surtout, que ses compétences soient reconnues.»

*Le mode SaaS (Software as Service), arrivé il y a environ 10 ans, a permis de nombreuses petites entreprises de se développer sur le marché en se spécifiant (recrutement, paie…).

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Clémence Change The Work
    13 juillet 2017 - 13h43

    Très instructif merci beaucoup !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.