Fermer
menu

« J’aime le côté détendu et détaché des Indiens »

INTERVIEW – Hélène a 32 ans. Si elle est installée en Inde depuis novembre 2011, elle y est professeur de FLE (Français Langues Etrangères) au sein d’une Alliance Française depuis quelques mois seulement. Avec un mari d’origine indienne, l’expatriation là-bas fut une évidence. Habituée à la vie locale indienne pour l’avoir déjà expérimenté avant, elle reconnaît pourtant que le pays nécessite une certaine adaptation. Mais en Inde, tout est possible.

J'aime le côté détendu et détaché des Indiens

En quoi consiste votre travail ?
J’enseigne à un niveau seuil, c’est-à-dire que les étudiants ont un niveau assez avancé et ils peuvent comprendre un bon niveau de français. Ils ne sont jamais plus de 25 par classe. Nous utilisons la méthode actionnelle, qui met l’apprenant au coeur de son apprentissage. Je les prépare au diplôme du DELF qui a été créé par le Ministère de l’Education Nationale Française. Je donne aussi des cours de conversation à des niveaux plus avancés. J’enseigne pour le moment 12 heures par semaine, ce qui me laisse du temps pour la préparation des cours qui demandent autant d’heures de travail.
Qu’est-ce qui, dans votre parcours, vous a amené jusqu’à l’Inde ?
J’ai fait le choix de venir ici, afin de suivre mon mari qui est originaire d’Ahmedabad (1). Il a  monté une société dans la communication il y a environ un an. J’ai donc planifié mon arrivée ici en préparant le DAEFLE (Diplôme d’Aptitude de l’Enseignement du Français Langues Etrangères) que j’ai obtenu en 10 mois en partenariat avec le Cned et l’Alliance Française de Paris. J’ai postulé à l’Alliance Française d’Ahmedabad dès mon arrivée. J’ai eu la chance d’être recrutée de suite, puis j’ai suivi une formation interne d’un mois avant de me lancer dans le challenge d’enseigner le français à un public adulte.
Les origines indiennes de mon époux ont pesé sur notre décision de vivre dans ce pays. Nous  avons préalablement travaillé à Londres, pour ma part dans une banque française.Est-il facile de s’intégrer, notamment au niveau professionnel ?
Ça n’était pas mon premier voyage en Inde aussi je me suis facilement habituée à la vie locale. Toutefois, je souhaite apprendre la langue d’ici  qui est le Gujurati afin de pouvoir mieux communiquer avec la population même si l’anglais reste largement utilisé en Inde.

Les Indiens sont vraiment très accueillants et très curieux de rencontrer des étrangers. Par contre, certaines situations nécessitent une adaptation soutenue. Ainsi, le climat qui se traduit par une chaleur suffocante d’avril à juin et l’intensité permanente du trafic automobile avec tous les risques qui en découlent, demandent une concentration renforcée. Pour ma part, je me suis facilement adaptée à la cuisine végétarienne, car elle s’avère diverse et variée. A noter que le Gujarat est la seule région de l’Inde où l’alcool est prohibé, entraînant quelques difficultés à promouvoir le tourisme contrairement à la région voisine du Rajasthan. C’est l’état le plus riche et le plus développé d’Inde.

Sur le plan professionnel, j’ai été très bien accueillie, puisque nous ne sommes que 2 professeurs de FLE de nationalité française. Ahmedabad n’est ni très touristique, ni très connue pour ses expatriés. Nous ne sommes que 5 français à y vivre de façon permanente. Mais, je pense qu’avec l’arrivée de nouvelles sociétés françaises en Inde, ce nombre devrait sensiblement augmenter prochainement.

Qu’appréciez-vous déjà le moins ici ? Et le plus ?
La pollution et la circulation constituent des problèmes majeurs au niveau de l’environnement. D’autant que le gouvernement ne donne pas l’impression de vouloir résoudre ces enjeux. Comme déjà évoqué, nous devons également supporter un climat hostile entre avril et juin, avec une chaleur insupportable avant de subir les effets néfastes de la période de la mousson jusqu’en septembre.
Mais nous avons une qualité de vie que nous n’aurions sans doute pas ailleurs. J’aime le côté détendu et surtout détaché des Indiens. Tout est toujours possible ici, il y a beaucoup moins de barrières ou de règles qu’en Europe par exemple.

(1- Ahmedabad est la principale ville de l’État du Gujarat, au nord-ouest de l’Inde.)

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.