Fermer
menu

« Il faut avoir un esprit libre pour vivre à Amsterdam »

Passionnée de biologie, Delphine s’est dédiée à la recherche pendant toutes ses études. Après un diplôme d’ingénieur et un doctorat, elle décide de ranger ses pipettes et de rejoindre le monde de la communication scientifique. Elle travaille aujourd’hui au sein de l’unité vaccins d’un grand groupe pharmaceutique à Amsterdam et est en charge des publications scientifiques sur la grippe. Elle apprécie la ville hollandaise, pour la qualité de vie comme pour la mentalité de ses habitants.

Pourquoi es-tu venue t’installer à Amsterdam ?
Ma rencontre avec Amsterdam a été un hasard. Je venais de signer pour un nouveau travail en Allemagne, quand on m’a contacté pour un travail à Amsterdam. Ma réponse fut celle-ci : « A Amsterdam, il fait froid ! ». Quand je suis arrivée  en octobre 2008, le temps était maussade, il a plut pendant une semaine. Mais j’ai regardé avec admiration toutes ces couleurs et ces gens qui portaient les objets les plus insolites sur leurs vélos. En quelques minutes, je savais que j’avais trouvé mon « home sweet home ». Je suis tombée sous le charme de la vie, de la gentillesse et l’ouverture d’esprit des gens.
Quel poste occupes-tu ici et en quoi consiste ton job ?
Il faut avoir un esprit libre pour vivre à AmsterdamJe travaille pour Novartis Vaccins et Diagnostics, une entreprise pharmaceutique. Je suis Manager dans les affaires scientifiques et la communication scientifique. Je suis en charge de la communication ayant attrait aux vaccins contre la grippe. Mon travail consiste à publier les résultats des essais cliniques sur la grippe dans les journaux spécialisés et les conférences scientifiques. Sans communication, les résultats scientifiques ne sont pas valables. Il est important de communiquer pour faire avancer la recherche et la santé.
Depuis janvier 2011, j’ai également repris des études en plus de mon travail, puisque j’aimerais être plus proche de la santé publique, des affaires publiques et gouvernementales.
Est-ce facile de trouver du travail dans la communication à Amsterdam ?
La Hollande est un pays d’expression et de liberté, caractérisé par son côté novateur notamment dans l’architecture. On communique beaucoup autour de l’art et du design. Il y a beaucoup d’agences de publicité et d’entreprises travaillant sur les réseaux sociaux. De nombreuses ONG travaillent également dans la communication autour de la santé. Donc, je pense que oui, c’est assez facile de trouver du travail dans ce domaine.
Quelles différences constates-tu au travail entre la France et les Pays-Bas ?
Ce qui me frappe à Amsterdam c’est l’espace ouvert des zones de travail. Dans mon quartier, je ne compte pas le nombre d’entreprises qui ont des bureaux ouverts, j’entends par là des bureaux-vitrines où l’on peut voir de l’extérieur ce qui se passe  à l’intérieur.
Souvent également, les bureaux de certaines entreprises de communication, ont un café annexe ouvert au public en plus de leur espace de travail, un magasin ou une galerie d art, permettant ainsi au public d’entrer et de communiquer avec les employés. Il y a peu de barrières dans la culture hollandaise.
A quoi ressemble le quotidien à Amsterdam ? 
A Amsterdam, tout se fait en vélo ! On va au travail en vélo, faire ses courses en vélo, on sort en vélo. Les Hollandais savent profiter de la vie et on un système économique qui fonctionne : la journée de travail se déroule généralement de 8h à 17h avec un temps de pause déjeuner de 30 min maximum (la nourriture et le temps alloués aux repas ne sont pas une priorité ici). Ce qui laisse du temps pour la vie sociale. Aux Pays Bas, la plupart des gens travaillent à 80% laissant ainsi de la place aux loisirs.
Quelque chose de notable ici c’est également la moyenne d âge. Cette ville est jeune et on a souvent l’impression qu’elle est dominée par les 30-40 ans. Il y a une place pour tout le monde à Amsterdam: on est libre d’être qui nous sommes, sans jugement aucun.
Quels conseils peux-tu donner à un français qui souhaiterait venir s’installer ici ?
En résumé : savoir faire du vélo, aimer le pain, le fromage et la pluie ! Sérieusement, il faut avoir un esprit libre pour vivre à Amsterdam : aimer les expériences et savoir s’adapter. Ce que les Français trouveront le plus difficile sera certainement le manque d’entrain des Hollandais pour la nourriture et leurs habitudes alimentaires que l’on qualifiera  « d’exotiques » .
L’un des paramètres à considérer est d’être  « imperméable » sachant que la constante météorologique est la pluie ! Mais aux premiers rayons de soleil c’est l’été. Les hollandais aiment de regrouper, se retrouver entre amis à la terrasse d’un café ou souvent on met carrément les tables dehors sur le trottoir…
Enfin, en Hollande les gens sont très directs et n’utilisent pas le formules de politesse française, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas polis, c’est une culture. Donc susceptibles s’abstenir ! Les Hollandais sont aussi partisans de l’égalité homme/femme à tous points de vue. Ainsi, mesdames, l’approche romantique n’est pas le fort des hollandais et ne vous attendez pas à ce que l’on vous tienne la porte au restaurant !

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.