Fermer
menu
  • Futur du travail

Demain, avec l’IA, tous les salariés seront augmentés (mais on ne parle pas salaire…)

FUTUR OF WORK – « L’homme augmenté devient partie intégrante de l’entreprise, connecté par implant aux objets de son travail ou environnement. Il est un individu aux capacités cognitives décuplées, qui peut prendre de meilleures décisions et accomplir ses tâches de manière plus performante », écrit Stéphanie Gauttier, de l’université de Twente (Pays-Bas) dans l’article Vers une “entreprise augmentée” : De nouveaux challenges pour la recherche en management et systèmes d’information

À lire également :
Retour vers le future of work

Les employés peuvent être augmentés grâce à la réalité augmentée par exemple ou par l’utilisation de neurotropes pour agir sur les capacités cognitives ou encore par l’usage dd’implants. L’intelligence artificielle est ainsi perçue de manière positive par les dirigeants qui considère son développement en entreprise comme une bonne nouvelle (75 % d’entre eux, selon une étude menée par le Boston Consulting Group). Ils jugent qu’elle réduit les risques d’erreurs des collaborateurs, augmente la valeur ajoutée de leur travail et la fiabilité de la prise de décision. Mais l’entreprise augmentée soulève aussi des questions éthiques. La première étant que la robotisation ne « participe-t-elle pas à une diminution de l’homme ? », interroge Stéphanie Gauttier. Parler de salarié augmenté signifierait qu’il ait acquis une meilleure compréhension de la tâche à accomplir. Et qu’il puisse à nouveau l’accomplir de façon autonome. Dans le cas contraire, n’est-il pas devenu « dépendant de la technologie pour agir ? « 

L’entreprise augmentée pose aussi la question de la vie privée des salariés. Dans le cas où ils seraient connectés en permanence, par exemple en réalité augmentée par lunettes ou lentilles de contact), l’entreprise pourra en permanence les localiser et comment protéger les informations qu’ils collectent ? Quand s’arrête la vie professionnelle de la vie privée ?, prévient Stéphanie Gauttier. De même, si l’entreprise devait en place des technologies invasives, comme des implants, se pose la question de la propriété et de contrôle sur la technologie. « L’individu devient-il propriétaire de ce qui est dans son corps ? Que se passe-t-il lorsqu’il change d’entreprise ? » 

Quel management dans une entreprise augmentée ?

La moitié des dirigeants et chefs d’entreprise estime que l’intelligence artificielle amènera à se poser des questions éthiques, selon l’étude du Boston Consulting Group. Les salariés craignent aussi que l’IA dégrade les pratiques managériales (19 %) déshumanise le travail (56 %) et dégrade l’emploi (34 %).

Avec l’entreprise augmentée, les processus de management des entreprises seront amenés à évoluer. Par exemple sur les normes de performance des salariés. Un salarié augmenté peut-il être évalué comme un salarié non-augmenté ? Quand l’augmentation répond à l’exécution d’une tâche particulière, elle transforme aussi « potentiellement l’employé en simple exécutant, et le rend donc plus facilement remplaçable », juge Stéphanie Gauttier. De même en cas de faute : qui est coupable : l’homme ou la machine ? Comme pour les voitures à pilotage automatique, la question se pose de savoir qui, entre l’algorithme et l’utilisateur, est responsable en cas d’accident ?

À lire également :
Post-workism : une société sans travail est-elle possible ?
La réalité augmenté va faciliter le travail à distance. Chaque individu pourra être connecté aux objets et à son lieu de travail où qu’il soit. « La culture de la société, incorporé par les bureaux, les processus, les modes de management, devient de plus en plus difficilement perceptible », ajoute l’universitaire. Quel lien social dans une entreprise augmentée ? Sans parler de la question de la déconnexion quand le travail s’invite partout.
Autant de points d’interrogations sur l’entreprise augmentée : remplacera-t-elle à terme les salariés ou leur permettra-t-elle d’augmenter leurs capacités et dans quel but ?
Crédit photo Getty / baona

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.