Fermer
menu

Le Harlem Shake débarque dans les bureaux

HarlemshakeConnaissez-vous le Harlem Shake ? Un phénomène qui se répand actuellement sur Internet et qui contamine aussi les bureaux, en commençant évidemment par les start-up. Une sorte de nouvelle version du lipdub censée renforcer la cohésion d’équipe à travers une vidéo virale. Tout a commencé avec une vidéo postée début février sur Youtube, le web a fait le reste. Des millions de vues plus tard, tout le monde se met en branle. Tremblez pauvres mortels le Harlem Shake va envahir le monde du travail !
Mais attention, comme pour le lipdub, le Harlem Shake doit respecter des codes bien précis (on dit ça pour les nombreuses entreprises qui n’avaient pas compris que le Lipdub était un plan-séquence et qu’il fallait chanter en playback). Pour le Harlem Shake, le jeu consiste à réaliser une vidéo (de 30 secondes environ) avec une chorégraphie bien précise (enfin au début) le tout avec des déguisements farfelus, sur un morceau de dance des années 80 attribué à Baauer. Le but est évidemment de se défouler et de montrer à la face du monde comment c’est trop bien de bosser dans l’agence x ou la boite y. Mais aussi de faire parler d’une marque avec un maximum de vues et pour un minimum de coûts.

  • Le phénomène a rapidement gagné les entreprises les plus cools, comme Google :

  • Les employés de Facebook ont également cédé à la tentation du Harlem Shake :

  • Même l’armée norvégienne s’y est mise, c’est dire si c’est tendance.

  • En France aussi, le Harlem Shake commence à faire des ravages dans les bureaux, même si le format assez court de la vidéo est sans doute moins préjudiciable pour la productivité qu’un lipdub. Parmi les pionniers du genre, on peut citer l’agence Vanksen toujours à l’affût des phénomènes viraux.

Comment y échapper ?

Mais la vraie question c’est : « que faire si on vous propose un Harlem Shake à votre travail ? » Voici le top 10 des meilleures excuses :

  • L’excuse sportive : « Je peux pas, j’ai piscine » (variante : « j’ai poney »)
  • L’excuse médicale : « Désolé, j’ai un lumbago »
  • L’excuse pro : « Malheureusement, je suis en réunion toute la journée »
  • L’excuse météo : « Je peux pas venir à cause de la neige » (ou de la pluie, du vent, du soleil)
  • L’excuse de mauvaise foi : « Mince, j’ai oublié mon costume de poussin »
  • L’excuse obligation personnelle : « Ça tombe mal, je suis en RTT »
  • L’excuse hyper-pro : « Excuse-moi mais j’ai du travail »
  • L’excuse bidon : « Mon chat est coincé dans les toilettes… »
  • L’excuse honnête : « Ah non on s’était déjà ridiculisés avec le lipdub, ne comptez-pas sur moi… »
  • L’excuse innocente : « Un Harlem quoi ? »

Mais si on ne devait en retenir qu’une seule vidéo ce serait celle-là :

Pour suivre la propagation de ce virus rendez-vous sur Youtube Trends.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. GillesG
    15 février 2013 - 11h21

    Autre excuse possible « Je ne peux, j’ai une pluie de météorites au dessus de chez moi ».

    Fonctionne surtout en Russie, mais ça se tente 😉

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.