Fermer
menu

Halte aux clichés : millennials et baby-boomers partagent la même vision du travail

Toutes les générations – baby-boomers, X, Y et Z – cohabitent au sein des entreprises. Une mixité intergénérationnelle avec laquelle ces dernières composent, parfois difficile à gérer. Dans une enquête, Hays met à mal les clichés et nous montre que toutes ces générations partagent une vision et des aspirations communes, même si leurs méthodes de travail et de management diffèrent et sont parfois une source de conflits. Explications.

Au travail, différentes générations cohabitent : les Baby-boomers nés entre 1942 et 1959, la Génération X (1960-1979), la Génération Y (1980-1995) aussi appelés « les Millennials » (ou « Millenniaux ») et enfin la Génération Z (ceux nés après 1995). Une cohabitation qui ne se ferait pas sans heurts selon la légende. Mais qu’en est-il vraiment ? Sont-elles si différentes et en tous points ? La réponse est évidemment non !

Des caractéristiques différentes mais des aspirations similaires

Baby-boomers et X seraient loyaux, respectueux des règles et de la hiérarchie, rassurés par recherchant à tout prix la sécurité de l’emploi… Alors que les Y et les Z seraient des slasheurs, sans attache ni volonté d’engagement dans l’entreprise, mobiles et autonomes, entrepreneurs et indépendants dans l’âme, et surtout, réticents à toute forme d’autorité…

L’enquête Hays révèle pourtant que ces générations partagent une vision commune du travail. Elles définissent ainsi comme critères d’importance :

  1. L’importance de l’équilibre vie pro/vie perso
  2. L’accomplissement de soi
  3. La sécurité de l’emploi et la stabilité financière
  4. La liberté et la flexibilité

Toutes les générations s’accordent également sur les qualités essentielles à la réussite professionnelles : capacité d’autonomie, faculté d’innovation et ambition.

En outre, leurs modes de communication ne différent pas tant que cela, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Les jeunes générations préfèrent elles-aussi communiquer de vive voix – doit-on y voir une lassitude de l’ultra-connexion ? – avec leurs collègues ou leurs managers, plutôt que via messageries interposées.

Les principales « zones » de conflits

L’usage des technologies est d’ailleurs une source de conflit, en particulier pour les baby-boomers et les X. Ces derniers ayant un temps d’adaptation nécessaire alors que les jeunes générations sont « nées » avec les nouvelles technologies. L’enquête montre ainsi que la fracture numérique existe bien à l’intérieur de l’entreprise comme à l’extérieur.

« Chaque génération possède des valeurs et une culture propre à l’époque dans laquelle elle a grandi » (Hays)

Mais la source principale de conflit entre « vieux » et « jeunes » est sans aucun doute la différence quant aux méthodes de travail, et particulièrement « la notion de temps travaillé », citée à 26 % par les baby-boomers et par 39 % des Y ou Z. Alors que les jeunes générations aimeraient pouvoir gérer plusieurs choses en même temps et s’accordent davantage de temps libre dans leur journée de travail ou des « micro-pauses » pour s’occuper de tâches personnelles, les baby-boomers et les X auraient tendance à se focaliser sur une seule tâche à la fois.

Enfin, le management des plus âgés par les plus jeunes met à mal la cohabitation entre générations. Plus de 4 baby-boomers et X sur 10 affirment pourtant être managées par des personnes plus jeunes. Pour Hays, la jeune génération se voit confier des fonctions managériales de plus en plus tôt grâce à ses connaissances des outils numériques. . mais est-ce bien la vraie raison ? Pas si sûr.

Créer des binômes intergénérationnels, une solution

Comment améliorer la cohabitation ? 46 % des répondants, toutes générations confondues, estiment comme levier efficace la création de binômes intergénérationnels : le parrainage ou mentorat apparaît comme une solution tout à fait adaptée. D’autres leviers existent : la communication, favoriser la diversité des âges, la formation professionnelle, ou la gestion de carrière. Car si elle est parfois source de conflits au sein des équipes, la mixité des générations reste une importance source de richesses : transfert des savoir-faire, diversité, performances accrues, bien-être, convivialité… qui boostent la performance des entreprises !

  • Etude Hays réalisée en janvier 2018. Questionnaire transmis à un panel de près de 1000 candidats.

(istockphoto/alvarez)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.