Fermer
menu

Et si la génération Y avait raison de se plaindre ?

Il leur suffisait certainement de se comparer à leurs parents. Mais aujourd’hui une étude menée par le Guardian confirme ce que les jeunes nés au début des années 80 savaient déjà intuitivement : leur niveau de vie est largement inférieur à la génération précédente. Très précisément, ils gagnent en moyenne 20% de moins que leurs aînés, selon l’étude. Alors que le terme génération Y semblait un peu vague et surtout ne pas correspondre aux divers profils des jeunes au sein d’une même société, l’étude du Guardian leur fournit un point commun : l’argent. Ou plutôt son manque. Menée dans sept pays occidentaux, cette recherche s’appuie sur la plus grande base de données de revenus au monde, le Luxembourg Income Study (LIS).

Dette, chômage, bulle immobilière, pouvoir d’achat en berne…

En France, selon le Guardian, entre 1978 et 2010, les 65-69 ans ont vu leurs revenus augmenter de 49% et ceux des 70-74 ans de 30% par rapport à la moyenne nationale. Ceux des 25-29 ont à l’inverse reculé de 8%… Les néo-retraités génèrent ainsi plus d’argent que les familles composées de membres de moins de 50 ans.

Aux États-Unis, les jeunes sont en moyenne plus pauvres que les retraités et au Royaume-Uni, le revenu des retraités a augmenté trois fois plus vite que celui des jeunes professionnels.

De quelle entreprise rêve la génération Y

Baby-boomers, une génération privilégiée 

Quel monde laisserons-nous à nos enfants se demandent certainement les seniors et ceux déjà partis à la retraite. Entre la dette des Etats occidentaux incapables de relancer la croissance, le chômage de masse, une bulle immobilière qui pénalise les primo-accédants cumulés à des revenus inférieurs à ceux de leurs aînés, il n’est pas étonnant que les Y regardent avec défiance les générations précédentes.

Est-ce la situation de nos aînés qui était exceptionnelle quand les générations actuelles vivent un réajustement nécessaire ? En tout cas aujourd’hui, la solidarité joue à plein au sein des familles même si elle ne suffit pas à rassurer la jeunesse. En Espagne notamment, la courbe de natalité s’érode. En France les ménages font des enfants de plus en plus tard même si le renouvellement naturel de la population est toujours assuré avec une moyenne de 2 bébés par femme. De quoi laisser penser que la situation n’est peut-être pas si catastrophique, en France en tout cas. Selon une étude publiée par l’Insee en 2014, les jeunes entrés sur le marché du travail dans les années 80 ont progressivement rattrapé leur retard salarial par rapport à leurs aînés. Même si l’institut note que « les générations entrant actuellement sur le marché du travail font face à des conditions bien plus dégradées que lors des cycles précédents ». Leur avenir sera-t-il finalement plus radieux que la situation actuelle le laisse à penser ? Difficile à prédire mais pour finir en humour, citons les paroles des Enfoirés qui rappellent aux jeunes qu’au moins ils ont toute la vie devant eux, « c’est une chance, un défi ».

Les jeunes une génération sacrifiée, vraiment ?

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.