Fermer
menu

La France, 2ème pays le plus touché au monde par la fuite des cerveaux

En France on parle régulièrement de fuite des cerveaux, sans qu’on sache véritablement s’il s’agit d’un mythe ou d’une réalité. De nombreux jeunes diplômés quitteraient le pays faute d’opportunités professionnelles, d’autres iraient voir ailleurs pour fuir les discriminations, quand certains de nos compatriotes seraient plus motivés par des destinations à la fiscalité plus attrayante. Mais qu’en est-il réellement ?

Fuite-cerveaux

D’après les données du réseau social professionnel LinkedIn, qui étudie régulièrement la « relocation » de ses membres, la France perd en nombre des personnes qualifiées. C’est une confirmation et plus seulement une intuition : nous sommes le 2ème pays dans le monde, juste après l’Inde, dont le solde entre les personnes qualifiées qui partent et celles qui reviennent est le plus négatif. Ce n’est pas encore un exil, mais le contexte français semble encourager de plus en plus le départ à l’étranger. De quoi inquiéter les politiques et relancer le sempiternel débat sur l’attractivité de la France…

C’est la deuxième année que le réseau social ausculte les flux migratoires de ses 380 millions de membres. En se basant sur ceux qui ont changé de poste et de pays d’origine sur l’année 2014, LinkedIn a établi un indice (positif ou négatif) et déterminer ainsi les pays les plus attractifs et ceux qui sont les plus quittés par les professionnels. Voici le top 20 dévoilé par LinkedIn début août.

Les 20 pays avec le plus d’activité migratoire selon LinkedIn

En rouge, les indices négatifs indiquent les pays qui perdent plus de professionnels qu’ils n’en gagnent. L’Inde, avec -0,23, est le pays le plus touché par la fuite des cerveaux, suivi de près par la France (-0,20), l’Italie et l’Espagne. La France 3ème dans ce classement en 2013 aurait donc perdu de l’attractivité face à des concurrents internationaux. Notamment la Grande-Bretagne qui était 2ème en 2014 et qui voit son solde migratoire s’améliorer.

Un « indicateur de la performance économique »

A l’inverse, les pays qui parviennent plus à relocaliser leurs professionnels sont des destinations connues des expatriés : les Emirats Arabes Unis, la Suisse (le pays qui compte le plus de Français « exilés »), l’Arabie Saoudite, Singapour et l’Allemagne. Ces résultats sont d’après LinkedIn un « indicateur de la performance économique » de chaque pays du top 20. Et il est vrai que dans le top du classement on retrouve des pays qui ont connu une forte croissance, alors qu’en queue de peloton, on tombe sur la France et ses voisins latins. Des pays où la crise continue de durer, poussant pas mal de professionnels à aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs.

Dans un autre article, Lindsay Brady de LinkedIn analyse les tendances métiers qui accompagnent ces flux migratoires professionnels : l’émergence d’une génération d’entrepreneurs (la création d’entreprise est en effet l’une des raisons qui incite à s’expatrier et à ne pas revenir dans son pays d’origine), la montée du « business developpement » et la forte croissance de l’industrie high-tech en Europe. 3 orientations qui sont en train de redessiner l’économie d’aujourd’hui que LinkedIn essaie de mieux cerner en construisant peu à peu un « Economic graph » à partir des données de ses membres.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. mathias
    19 août 2015 - 12h23

    Etant ingénieur formé et ayant débuté ma carrière en France, je vais m’expatrier en Suisse car les salaires sont le triple que ceux en France, malgré un coût de la vie plus élevé on s’y retrouve largement…
    Un ingénieur débutant en france touche environ 2000€ net/mois, environ 2000€ d’impôt soit 1800 € nets par mois après impôts. A poste et expérience equivalente en Suisse il youchera 5000€ net d’impôts…
    En france ça ne sert àruen de travailler, avec mon travail j’enrichi mon patron, avec mes cotisations je fait vivre les cas sociaux, avec les impôts je fait vivre les trop nombreux fonctionnaires… adieu mon pays

  2. Micka
    19 août 2015 - 15h52

    Pas mieux…

  3. Julien
    31 août 2015 - 11h37

    Très honnêtement, je suis diplômé d’un bac + 3 en Infographie et un bac + 2 en Webdevelopment et j’ai toujours galéré à trouver un job en France. Bien sûr, j’ai eu des proposition de certains patron d’entreprise qui voulait me prendre en contrat pro à 700€/mois avec le fameux argument: « vous savez c’est la crise les temps sont dur! » (mon cul !). Aujourd’hui, j’habite en Australie et je gagne 50$/h (environs 42€) et je ne suis pas pris de haut par mes supérieurs ou mes collègues. Donc, entre un pays ou les patrons se justifie sur la crise ou le chômage pour embaucher des gens à des salaires dérisoires et un pays qui paye les gens à leur juste valeur (et ou en plus le temps est cool!), il y a pas photo ! Maintenant pour moi la France, c’est pour les vacances d’été quand c’est l’hiver en Australie !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.