Fermer
menu

Les Français disent oui à la transparence des salaires

Dans le cadre de la loi Pacte, l’Assemblée nationale a adopté un amendement relatif à la transparence sur les écarts de salaire. Une transparence finalement assez limitée.

La transparence des salaires

Parallèlement, une étude menée fin septembre par Harris Interactive pour le compte de l’ONG Oxfam révèle que 70% des Français se déclarent favorable à ce que les grandes entreprises publient les écarts de salaires par niveaux entre leurs salariés.

La transparence par niveaux, c’est quoi ?

Les données par niveaux (quartiles ou déciles par exemple) permettent d’avoir un panorama explicite des salaires au sein d’une entreprise. Si on communique les salaires par quartiles, on accède à ce type de données :

  • 25% des salaires qui se situent au-dessous du premier quartile
  • 50% des salaires, au-dessous du deuxième quartile (le deuxième quartile est donc le salaire médian)
  • 75% des salaires, au-dessous du troisième quartile

Des données qu’on pourra aussi comparer d’une année sur l’autre pour voir évoluer le salaire médian ainsi que les plus hauts et plus bas salaires. C’est cette option de transparence qui a été retenue au Royaume-Uni.

À lire également :
Ces entreprises qui appliquent la transparence

La transparence via les salaires médian et moyen

Déjà en place aux Etats-Unis, la méthode des salaire médian et moyen fait débat : elle a notamment été critiquée par l’Oxfam qui lui reproche de ne pas permettre de mesurer les écarts réels entre les bas et hauts salaires, et la progression de ceux-ci.

Fortement influencé par les valeurs extrêmes, le salaire moyen à lui seul ne nous apprend pas grand-chose sur les écarts de revenu. Le salarié qui prend connaissance du salaire moyen dans son entreprise ne peut donc pas se situer par rapport à ce chiffre.

Le salaire médian, quant à lui, divise les employés en 2, avec 50% des salaires au-dessus de ce chiffre et 50% des salaires au-dessous. Une transparence par niveaux… à un seul niveau en quelque sorte. À l’échelle hexagonale, ce salaire médian est de 1710 euros nets mensuels.

Quand on compare salaire médian et salaire moyen, la différence peut révéler d’importantes inégalités. Ainsi un salaire moyen très supérieur au salaire médian incitera à jeter un œil du côté des très hauts salaires.

La transparence, un amendement au projet de loi Pacte

Pour rappel, le projet de loi Pacte – pour « plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises » – ambitionne de resserrer les liens entre les salariés et la croissance de leur entreprise. Les outils ? Entre autres : les dispositifs de participation, d’intéressement, d’épargne salariale et d’actionnariat salarié.

On note par exemple la proposition de supprimer le forfait social de 20% sur les primes d’intéressement et de participation versées par les employeurs. Cette contribution patronale était jusqu’ici prélevée sur les rémunérations ou gains exonérés de cotisations de Sécurité sociale mais assujettie à la CSG.

Quant à la transparence des salaires, les députés ont adopté début octobre un amendement qui oblige les entreprises de plus de 1000 salariés (pour la France) à communiquer les écarts entre la rémunération des dirigeants et les salaires moyens, ainsi que les salaires médians.

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.