Fermer
menu

Flexibilité, télétravail, nouveaux espaces de travail… Le NWoW veut casser les codes de l’entreprise

« Outil de transformation culturelle de l’entreprise », le NWoW (« New ways of working ») est un courant qui vise à promouvoir de nouvelles formes de travail mais surtout à replacer l’humain au cœur de l’organisation du travail. Flexibilité des horaires, télétravail, aménagement des espaces… Le NWoW veut casser les codes pour apporter toujours plus aux salariés. Et un collaborateur heureux, on le sait, est un collaborateur performant !

Le NWoW, la nouvelle entreprise libérée ?

L’étude a été réalisée par l’institut Think en septembre 2017 pour Colliers International France auprès de 496 salariés évoluant en bureaux flexibles fait la lumière sur le ressenti des collaborateurs et les différents d’usages et de perception en fonction du niveau de transformation des environnements de travail. Elle identifie en trois catégories de transformation : Flex, Dynamique et NWoW.

  • Flex : l’espace est aménagé pour optimiser les surfaces, avec des postes de travail standardisés et non attribués, utilisables par différents collaborateurs. Ce principe du flex’office ne fait pas l’unanimité auprès des salariés, inquiets de ne pas avoir de bureau attribué et d’espace assuré dès le matin. Elle est pourtant une praticité incontestable quand beaucoup de collaborateurs ont opté pour la flexibilité des horaires et le télétravail.
  • Dynamique : l’espace est aménagé par activité. Les postes de travail ne sont pas attribués, et les salariés ont accès à une grande diversité de mobilier et à des typologies de postes de travail différentes selon leurs besoins. Pour adopter ce type d’espaces, le « sponsorship » des dirigeants sur la volonté de faire évoluer les façons de travailler est déterminant.
  • NWoW : c’est la forme la plus aboutie de l’aménagement. Véritable outil de transformation culturelle de l’entreprise, le NWoW nécessite un engagement total des dirigeants pour transformer la culture de l’entreprise et de ses membres, ainsi que la mise en place d’une stratégie d’accompagnement du changement. Le concept requiert la mise en place et formation sur des outils digitaux variés et efficaces pour favoriser la collaboration, surtout à distance, et une complète mobilité, ainsi qu’un aménagement de l’espace par activité, poussant davantage l’ergonomie qu’en environnement dynamique.

« D’abord un état d’esprit »

« En termes de satisfaction globale, notre enquête montre que le modèle NWoW surpasse largement les modèles Dynamique et Flex. Pourquoi ? Il favorise la collaboration, la transversalité, la confiance et l’autonomie », analyse Audrey Abitan, responsable R&D chez Colliers International France. « Car le modèle NWoW […] n’est pas seulement une nouvelle manière d’organiser les espaces de travail. C’est d’abord un état d’esprit. Concrètement, décrypte Cécile Adam, « le NWoW promeut une nouvelle philosophie de travail qui tranche avec les modèles très hiérarchisés et normés. Sur certains points, il pourrait se rapprocher de l’entreprise libérée ».

L’impact de l’environnement de travail sur la performance est encore mal évalué. Pourtant, de plus en plus d’entreprises adoptent des environnements de travail plus inspirants et collaboratifs, qui correspondent à de nouveaux besoins en interne (agilité, autonomie, confiance, responsabilisation) et à des modes de travail plus dynamiques (collaboration, mobilité, créativité).

Un collaborateur plus engagé et plus créatif

Dans l’espace NWoW, le collaborateur est plus engagé et plus créatif. 67% des salariés en NWoW estiment d’ailleurs que leur environnement contribue à leur épanouissement personnel (contre 31% en Flex et 46% en Dynamique). Pourquoi ? La recette paraît simple : de la liberté. Confiance de son management, plus grande liberté dans l’organisation de son travail, divers lieux pour se concentrer, se détendre ou échanger de manière informelle avec un collègue…

Mais elle nécessite par la même occasion que les managers lâchent la bride : les horaires de travail d’un collaborateur et la manière dont il effectue ses missions sont secondaires, c’est le résultat qui prime. « Lorsqu’on engage une transformation globale, l’évolution managériale est particulièrement forte. Les managers doivent apprendre à coacher à distance, par objectif, et tenir compte de tous ces changements comportementaux. Et la plupart du temps, ils perdent des signes de statut » concède Dominique Losay, Président du Think Tank NWoW  et ancien responsable du Flex Office chez BNP Paribas Personal Finance.

La mobilité fait bien sûr partie intégrante de cette philosophie : « peu importe où le travail se réalise du moment qu’il est bien fait ». 72% des salariés en NWoW affirment en effet pouvoir choisir le poste de travail qui convient le mieux à la tâche qu’ils effectuent (contre 41% en Flex et 48% en Dynamique). Chose permise par le digital évidemment. D’après l’étude, 83% des salariés en NWoW affirment que leurs équipements technologiques favorisent leur mobilité et 84% leur efficacité au travail.

Un travail collaboratif facilité

Dans la logique NWoW, l’environnement de travail intervient comme « un facilitateur voire un catalyseur de la performance collective » :

  • On y trouve de nombreux espaces d’échanges dédiés, tout équipés, de différentes tailles.
  • Des «hubs » cafétéria ou une place du village comme lieux fédérateurs propices à la convivialité.

Un environnement qui soutient à la fois l’autonomie des salariés tout en permettant aux équipes de se retrouver et d’échanger… Voilà qui fait rêver. 76 % des collaborateurs en NWoW estiment justement que leur environnement favorise le travail collaboratif (contre 49% en Flex et 56% en Dynamique), et les échanges informels entre collègues (contre 55% en Flex et 62% en Dynamique).

Le management, clef de voûte du NWoW

Ajoutez à cela un modèle managérial permettant « l’expression de chacun, l’échange d’informations et la liberté d’organisation de son travail ». Voilà qui parait trop beau pour être vrai…

Du côté des salariés en NWoW, 81 % pensent que leur environnement de travail contribue à la performance de leur entreprise (contre 56% en Flex et 65% en Dynamique). Si l’on considère les nombreux témoignages de managers ayant mis en place le concept, le NWoW offre de très bons taux de satisfaction, pour une meilleure performance de l’entreprise. Réfléchir à se transformer leur a déjà permis  de mieux se connaître. Mais par où commencer ? Pourquoi pas par une enquête de satisfaction, un baromètre simple et efficace pour prendre la température.

Pour Dominique Losay, Président du Think Tank NWoW  et ancien responsable du Flex Office chez BNP Paribas Personal Finance : « Globalement les collaborateurs plébiscitent la capacité à travailler de manière plus informelle, le nomadisme interne et externe à l’immeuble. » Une condition est requise cependant, pour que l’adoption du NWoW rencontre le succès dans votre entreprise, au-delà de la participation active des managers : que les salariés soient associés au projet de transformation culturelle.

(Photo : Etude Colliers International / Claire Kurt)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.