Fermer
menu

Les femmes meilleures que les hommes au travail ? Toutes les études le prouvent !

Et une de plus ! La dernière étude qui s’est intéressée aux différences au travail entre les hommes et les femmes démontre que ces dernières sont plus performantes que leurs homologues masculins. Réalisée par la plateforme spécialisée en productivité Hive, ses conclusions se basent sur le nombre d’échanges via les messageries professionnelles. Le postulat de départ : est-ce que discuter en ligne sur le chat de l’entreprise rendrait moins productif ? Résultat : si les femmes en envoient 20 % de plus que les hommes, elles réalisent pour autant 10 % de tâches supplémentaires que ces derniers dans la même journée.

À lire également :
Egalité professionnelle entre femmes et hommes : les entreprises auront trois ans pour agir

Autre chiffre intéressant de l’étude : 55 % des tâches sont assignées aux femmes contre 45 % aux hommes. Les femmes en font donc davantage mais gagnent moins… Paradoxal ? Selon l’étude, c’est surtout qu’elles sont cantonnées à des tâches qui ne permettent pas de se rendre particulièrement visible de leur supérieur et de faire carrière. Une autre étude réalisée par la Harvard Business Review en juillet 2018 va dans ce sens. Les femmes exécutent des missions certes utiles à l’entreprise (organisation de rendez-vous, de pots et autres menus services) mais qui ne profitent pas à leur évolution professionnelle.

Les femmes meilleures gestionnaires que les hommes

Ces 2 études ne sont malheureusement pas isolées. En octobre dernier, un baromètre Parité réalisé par Manageo s’est intéressé aux dirigeantes et dirigeants de près de 6 millions de TPE. Des entreprises qui lorsqu’elles sont gérées par des femmes ont moins de risques de déposer le bilan. Il est vrai que l’étude précise également que les hommes se lancent dans des domaines plus à risque comme la restauration, la mécanique ou l’électronique alors que la vente à domicile, la fabrication de bijoux ou les instituts de beauté seront plus pérennes par exemple. Certes mais une autre étude britannique expliquait en 2016 que les femmes qui dirigent des équipes ont tendance à prendre des décisions moins hâtives et savent attendre davantage le bon moment. Ainsi, durant la crise de 2008, les entreprises à l’encadrement féminin ont mieux résisté et ont obtenu une plus forte croissance que les boîtes dirigées essentiellement par des hommes. Selon cette même étude, les femmes sont aussi plus résistantes à la pression et font moins subir leur stress aux autres. Des résultats qui s’appuient sur l’analyse du rythme cardiaque et de la tension musculaire des participant(e)s.

À lire également :
Les chiffres de l’inégalité hommes/femmes en 2018

Une autre étude, cette fois de Barclays Wealth/Ledbury Research, va encore dans ce sens et prouvent que les femmes sont plus avisées que les hommes pour gérer un budget. Les investisseurs féminins auraient en effet un rendement plus élevé car contrairement aux hommes elles prennent moins de risques inutiles.

Allez une dernière étude pour la route, mais il en existe plein d’autres : la revue International Journal of Business Governance and Ethics a réalisé une étude auprès de 600 administrateurs. Les femmes font des choix plus justes et « les entreprises avec des femmes au sommet ont de meilleurs résultats ». Ne reste plus qu’à convaincre les hommes de leur faire une place à leur côté…

À lire également :
Retrouvez tous nos articles Egalité professionnelle

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.