Fermer
menu

« Faire suer le burnous », « peigner la girafe »… 8 expressions à connaître sur le travail

L’anglais a définitivement pollué le monde du travail avec des phrases toutes faites, régurgitées par des employés à l’accent incertain : « Envoie-moi ton rapport « asap », ensuite je fais un reporting avec le top-management » par exemple. Un besoin de distinction très eighties devenu la norme. Et si aujourd’hui pour faire la différence, il fallait au contraire reparler français au travail ? Rien de plus incertain mais voici en tout cas 8 expressions hautes en couleur pour briller en société ! Toutes proviennent de l’excellent site Expressio.fr, et sont également disponibles en version papier*.

8expressions

Avoir du pain sur la planche = Avoir beaucoup de travail

A l’origine, cette expression signifiait « avoir des ressources pour l’avenir, être assuré de ne manquer de rien ». Son sens actuel pourrait provenir d’une autre expression, « la planche au pain », désignant à  l’époque le tribunal. Mixée à « manger le pain du roi », voulant dire être en prison, du « pain sur la planche » a ensuite pris le sens de corvées.

A pied d’œuvre = Prêt à commencer un travail

Origine : l’œuvre fait ici référence au mur bâti par les maçons, ce mot est aussi utilisé depuis le XIIIe siècle comme synonyme de travail ou activité. « Mais ce n’est qu’au XVIIe, qu’on a commencé à dire de ce maçon, arrivé sur le lieu de son travail et prêt à attaquer ce dernier, qu’il était à pied d’œuvre. Il va de soi que le maçon peut être remplacé par n’importe quel autre travailleur », peut-on lire sur Expressio.fr. Ou, autrement dit, personne n’est irremplaçable…

Long comme un jour sans pain = Très long, interminable

Rien de pire qu’une journée à observer les heures s’écouler. C’est pourtant une réalité dans le monde du travail, même s’il est toujours possible de tromper l’ennui sur Internet. Mais à l’origine de cette expression, on retrouve une réalité bien plus dure : la privation de pain, élément essentiel de l’alimentation. On passait alors une journée l’estomac vide à attendre l’opportunité de manger. Ce qui est effectivement incroyablement long et dur.

D’arrache-pied = Fournir un effort intense

A l’inverse de long comme un jour sans pain, l’expression d’arrache-pied nous rappelle ces moments de rush au boulot. Encore une expression qui a changé de sens au cours du temps. A l’origine, elle signifiait « tout de suite », puis « sans interruption » ou « sans relâche » avant de prendre son sens actuel sans que l’on sache exactement pourquoi ni comment.

Des manœuvres florentines = Intrigues pour nuire

Une expression directement rattachée à la ville de Florence en Italie. Lieu de pouvoir au Moyen-Age, Florence est aussi un lieu d’intrigues, politiques notamment. Le monde du travail ne fait pas exception à la règle. Là aussi, il faut ruser pour placer ses pions et étendre sa zone de pouvoir. Et chacun de tenter ses manœuvres florentines.

Faire suer le burnous = Exploiter

En langage marxiste, on parle de domination de l’homme par l’homme. Le burnous, un grand manteau en laine avec capuche porté au Maghreb, nous plonge dans l’époque coloniale quand les colons faisaient travailler dur la population locale, porteuse du burnous. Le sens est évident : dans ces pays chauds, on devait suer abondamment sous ce vêtement. « Mais l’image est plus proche de la viande que l’on fait suer en la cuisant pour en extirper un maximum de jus, l’employeur essayant de tirer un maximum de son employé », précise Expressio.fr.

Payer au lance-pierres = Sous-payer

Une expression bien connue des salariés qui se considèrent souvent insuffisamment rémunérés. A l’origine, « avec un lance-pierres » signifiait de « manière rapide et approximative » comme cette arme. Cela a ensuite pris le sens « d’insuffisamment précis » puis simplement insuffisant, avant qu’ « avec un lance-pierres » devienne « au lance-pierres ». Ou comment remplir votre tête à défaut de votre compte en banque.

Peigner la girafe = Ne rien faire d’efficace

L’origine de cette expression est incertaine mais son sens est très probablement lié à la masturbation. Tout comme « branleur » signifie quelqu’un qui traîne, ne fait rien, « peigner la girafe » est assimilé à l’oisiveté. Mais l’utilisation de la deuxième expression sera bien plus classe lorsque vous moquerez les traîne-savates de votre entreprise.

* Les 1001 expressions préférées des Français

 

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Bordalou
    17 mars 2014 - 10h35

    « Sculpter la fumée »
    Voilà une expression que j’adore et qui signifie : rester dans le conceptuel sans s’attacher aux aspects concrets. Manier la théorie sans portée pratique. Dans les grandes organisations, publiques et privées, le nombre de gens qui sculptent la fumée est impressionnant…

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.