Fermer
menu

Etre femme dans l’armée française

Ne pas caricaturer la profession sans pour autant passer sous silence les sujets qui fâchent, c’est la double volonté de Marine Baron, ex-officier de la marine nationale, dans son livre « Lieutenante – Etre femme dans l’armée française » paru en janvier 2009. Engagée très jeune, cette passionnée d’histoire militaire voulait savoir si elle parviendrait à s’imposer dans un monde d’hommes. Et pour le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a été servie…

A 22 ans, Marine intégre une unité de formation des forces spéciales, presque entièrement masculine, où elle devient officier d’état-major. Issue d’un milieu plutôt anti-militariste, la jeune femme décide pourtant d’arrêter ses études pour s’engager. Mais pendant les deux années où elle suivra sa formation, elle va vivre un cauchemar. Insultes, misogynie, rumeurs, blagues salaces, dénigrements de toutes sortes… Après deux ans, Marine abandonne pour retourner à la vie civile, la tête haute certes puisqu’elle est reçue à l’école d’officiers de Saint-Cyr-Coëtquidan, mais « usée ».

Pour autant, son récit « Etre une femme dans l’armée française » constitue un témoignage juste, ni polémique ni complaisant. « J’avais quelques raisons de raconter mon histoire », explique-t-elle. « D’abord, faire connaître un milieu singulier et secret, dans ses faiblesses, ses contradictions, mais aussi dans sa richesse et ses bons côtés. Ensuite décrire un milieu d’hommes avec des yeux de femme ».

Encore aujourd’hui, certains métiers restent hermétiques aux femmes. Pourtant petit à petit les choses avancent. En mai 2009, Virginie Guyot fut la première femme à intégrer la patrouille de France comme pilote de chasse (elles sont 11 femmes sur 350 hommes en France). Elle fut d’ailleurs le sujet d’un documentaire diffusé le 24 juin 2009 sur France 3. La ville de Venise compte, elle, sa première femme gondolière depuis peu, après 900 ans de suprématie masculine. Reste à savoir comment ces femmes se sentent acceptées au sein de professions traditionnellement masculines…

« Lieutenante – Etre femme dans l’armée française » de Marine Baron, paru le 15-01-2009 aux Editions Denoël, 192 pages, 16 Euros.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. patricia
    31 juillet 2009 - 11h31

    Elle n’avait pas le bon costume pour être officier : femme et issue d’une famille non militaire. On retrouve la même chose dans le civil. Si tu n’as pas un parent déjà à un poste haut placé, tu n’auras aucun droit d’entrée. C’est l’égalité à la française, la cooptation. Il faut rappeler les règles de la bourgeoisie française. L’ainé devait être un militaire, le second un prêtre et le troisième reprenait l’affaire familiale. Aujourd’hui, l’ainé reprend le métier familial (militaire, PDG, etc.) Sont-ils meilleurs ? non, pas du tout, ils sont juste né avec le bon titre.

    Je l’avais déjà expliqué sur mon blog. La carrière au sein de l’armée doit répondre à des exigences de commandement et de campagne. En théorie tout le monde à sa chance, en réalité, le plafond de verre est très présent. Les femmes ne sont jamais affectées à des postes de commandement suffisamment reconnus pour monter rapidement en grade. Une femme qui emprunte la voie royale (Saint-Cyr) aura un meilleur poste qu’une femme issue d’une autre voie. (c’est idem pour les hommes). Cela n’a rien à voir avec la compétence et l’intelligence, c’est uniquement technique. Et j’ai l’impression que c’est la même chose dans le civil.

    Pour l’histoire, la femme a toujours été présente au sein de l’armée (infirmière, logisticienne), y compris du temps de Napoléon. Depuis les années 1970, l’armée a accordé à la femme le droit de servir en son nom. Les « militaires féminines » sont apparues à ce moment là. Depuis, elles sont parfaitement intégrées au même poste et responsabilité que celles qui exercent dans le civil (principalement activité du tertiaire, de la santé ou la logistique). Une femme PDG çà ne court pas les rues et c’est assez récent. Dans l’armée c’est la même chose, trois femmes ont obtenu le grade de Général. Ce qui est supérieur en pourcentage de réussite professionnelle.

    A l’armée comme dans de nombreuses entreprises, il y a le harcèlement moral. Mais l’armée n’est plus un métier réservé aux hommes depuis longtemps.

  2. Françoise
    31 juillet 2009 - 13h04

    Quand j’étais plus jeune c’était mon rêve de faire mon service militaire . J’étais attirée par l’uniforme et surtout mes parents qui habitaient juste à côté de la caserne !

  3. Denis
    1 août 2009 - 19h41

    Ça me fait penser au nième reportage sur les marins-pompiers diffusé cette semaine sur M6 et qui présentait le parcours d’une jeune femme sortant de formation. Même attitude masculine : moqueries et mysoginie ! A l’heure où les femmes sont de plus en plus présentes dans les diplômes d’études supérieures (nous étions un tiers de garçons dans le master que j’ai suivi) et occupent des postes à responsabilité plus forte, il devient triste de voir que ce type de comportements persiste. Notamment de la part de futurs officiers militaires et donc managers …
    Je trouve cette initiative très intéressante pour encore plus nous ouvrir les yeux sur ces comportements.

  4. Lislandais
    1 août 2009 - 21h08

    Bonjour

    « …certains métiers restent hermétiques aux femmes », et d’autres demeurent hermétiques à ceux qui ont dépassé un certain âge.
    Peut-être un sujet qu’il serait d’actualité de traiter sur ce site.
    Qu’en pensez-vous ?

    http://vivre-en-islande.blogspot.co

    Bonne soirée

  5. Priscilla
    3 août 2009 - 9h31

    Cher Lislandais, l’emploi des seniors est un sujet que nous avons déjà abordé (voir ici : https://www.blog-emploi.com/dossier/seniors/ ) et que nous allons continuer à aborder par la suite. Effectivement il semblerait que les femmes et les seniors soient confrontés aux mêmes types de discrimination, et qu’en France nous soyons très en retard sur ces sujets…

11 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.